Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une journaliste française expulsée de Chine pour un article sur la région autonome ouïgour

Ursula Gauthier, la correspondante de L’Obs à Pékin, doit désormais quitter le pays le 31 décembre.

Mauvais noël...

Publié le
Une journaliste française expulsée de Chine pour un article sur la région autonome ouïgour

Finalement, Ursula Gauthier devra quitter la Chine. Après un mois de campagne à son encontre par la presse officielle chinoise, la correspondante de L'Obs n'a pas vu sa carte de presse renouvelée dans le pays et doit désormais quitter la Chine le 21 décembre, comme elle l'a annoncée ce 25 décembre. "On m’a confirmé que si je ne faisais pas publiquement amende honorable (…) tout en me désolidarisant des ONG dénonçant à travers mon cas les atteintes à la liberté d’expression en Chine, ma carte de presse ne serait pas renouvelée et je devrais partir le 31 décembre."

Ce qui a provoqué la colère des autorités chinoises, c'est la publication d'un article dans la magazine français, le 18 novembre dernier, sur la lutte antiterroriste dans la région autonome ouïgour Xinjiang, dont la population est turcophone et musulmane.

Le gouvernement chinois s'est toujours montré intraitable face aux minorités, notamment dans cette région où les attentats sont souvent aussi sanglants que la répression. Ainsi, la journaliste évoquait une opération dans la région juste après les attentats de Paris. 28 "terroristes"avaient alors été tués mais les autorités chinoises avaient exigé le black-out totale sur cet événement, jugé par de nombreux médias étrangers comme un "massacre." La correspondante a ainsi été accusée par les organes de presse officiels de "soutenir les terroristes."

Depuis la publication, Ursula Gauthier, tout comme l'ambassadeur de France ont eu des entretiens à plusieurs reprises pour tenter de dénouer la situation. Pour la journaliste, "il est légitime et crucial de raconter ce qui se passe au Xinjiang, comme on l’a fait pour la Tchétchénie et la Russie." Elle a donc refuser les excuses réclamées. "L’enjeu, ce n’est pas seulement moi. Si on cède sur mon cas, on trace un trait sur la possibilité pour les journalistes étrangers d’écrire librement sur ce qui se passe au Xinjiang aujourd’hui, et Dieu sait sur quoi demain."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 25/12/2015 - 19:07 - Signaler un abus Bon allez j'enlève ce que j'ai dit de mal...

    sur les musulmans ouïgours, et sur la journaleuse...ne conservons que notre sympathie pour les Tibétains, qui, eux, ne croient pas à une religion de mort et de haine. D'ailleurs, personne n'en parle plus, vous avez remarqué...les immolations ne font plus recette dans les médias?

  • Par cloette - 25/12/2015 - 21:30 - Signaler un abus Bonne chose

    La Chine a très bien fait de l'expulser et je trouve d'ailleurs qu'ils en ont mis du temps !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€