Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le joggeur blessé par des tirs d'arme à feu le 7 janvier 2015 s'exprime : "ce n'était pas Amedy Coulibaly"

L'enquête a pourtant révélé que l'arme qui l'a blessé est la même que celle utilisée par le preneur d'otages de l'Hyper Cacher.

Témoin

Publié le
Le joggeur blessé par des tirs d'arme à feu le 7 janvier 2015 s'exprime : "ce n'était pas Amedy Coulibaly"

La tuerie à Charlie Hebdo a quelque peu éclipsé l'information. Mais le soir de l'attaque, un joggeur est blessé par des tirs d'arme à feu à Fontenay-aux-Roses. L'homme est blessé mais parvient à s'en sortir. Un an après, il s'est confié ce lundi à BFMTV et explique surtout que le tireur n'était pas Amedy Coulibaly, l'auteur de la prise d'otages à l'Hyper Cacher. Or, l'enquête a pourtant révélé que l'arme qui l'a blessé est la même que celle utilisée par le tueur. 

"Je ne sais pas trop ce qui se passe au début. J'ai l'impression qu'un feu d'artifice me tombe dessus parce que j'ai senti une odeur de poudre. Je vois quelqu'un qui arrive à un mètre de moi et qui me braque (...), je regarde le pistolet en premier, et ensuite je regarde son visage, ses yeux" indique Romain.

Puis il décrit l'agresseur comme "massif", à "la couleur de peau claire". "Pour moi, ce n'était pas Amedy Coulibaly qui m'a tiré dessus" assure-t-il ajoutant ne pas "savoir pourquoi on m'a fait ça". "C'est facile d'oublier un petit joggeur qui se fait tirer dessus" lance-t-il enfin. Reste que son témoignage va de nouveau relancer la thèse d'une complice de Coulibaly.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€