Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jérusalem : Emmanuel Macron "n'approuve pas la décision" de Donald Trump

Le président de la République a promptement réagi à l'annonce américaine, défendant l'idée d'une Jérusalem capitale de deux Etats.

Deux capitales, une ville

Publié le
Jérusalem : Emmanuel Macron "n'approuve pas la décision" de Donald Trump

Alors que le Crif venait de demander à Emmanuel Macron d'emboîter le pas de Donald Trump et de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, le Président français a réagi sur Twitter.

"Sur Jérusalem, la France n'approuve pas la décision des États-Unis. La France soutient la solution de deux États, Israël et la Palestine, vivant en paix et en sécurité, avec Jérusalem comme capitale des deux États. Nous devons privilégier l’apaisement et le dialogue."

Il a tenu a se distinguer du président américain.

"Le rôle de la France n’est pas de choisir un camp contre un autre, c’est de parler à toutes et tous, pour aider à construire la paix."

Et à renvoyer la paix à la responsabilité des forces antagonistes, seules capables de faire changer les choses.

"Ce sont les Israëliens et les Palestiniens qui feront la paix. La France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, accompagnera toutes les initiatives en ce sens."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par HOURCAILLAOU - 06/12/2017 - 22:05 - Signaler un abus petit manu

    meme pas peur de toi donald.tu vas voir ce que tu vas voir. a ce jour,on a rien vu a part cette poignee de mains tant commentee. donc bla bla bla

  • Par vangog - 06/12/2017 - 22:15 - Signaler un abus « Jérusalem, capitale de deux états »?????

    Il veut nous refaire un Liban-bis en Israël, le petit télégraphiste de la finance internationale?...fort heureusement, Donald s’est affranchi des très bêtes conseils de Macron-Rothschild, et de ceux des Nations unies, sous influence elles-aussi, et il a proclamé ce que tous les Présidents américains promettent, depuis vingt ans, sans avoir le courage de l’accomplir...Soit ce Macron est bête, soit il est sous influence d’une propagande pro-palestinienne très ringarde et très dépassée... Que les Palestiniens le veuillent ou pas, ce sont les Israéliens qui ont gagné la guerre, contre la plupart des pays musulmans qui les entourent, et ils ont gagné le droit de vivre, en paix sur une petite bande de terre qu’ils ont conquise sur leurs ennemis et sur la rigueur du désert. il reste aux arabes, et aux Palestiniens des immensités désertiques à défricher et à apprivoiser, s’ils n’ont pas peur du désert...ou l’emigration dans un autre pays arabe, s’ils n’ont pas le courage de prendre leurs pioches...

  • Par assougoudrel - 06/12/2017 - 23:17 - Signaler un abus Mr le Président

    Ne mettez pas votre lâcheté sur le compte du Peuple Français. Je ne vous suis pas.

  • Par Marie-E - 07/12/2017 - 06:28 - Signaler un abus Il y avait une co..erie

    A faire. Et bien oui ça y est la France l'a faite. Nous faisons partie des 8 pays ayant saisi le conseil de sécurité pour discuter de toute urgence avant la fin de la semaine du " problème" de Jérusalem. De quoi va t on encore se mêler... Soupir

  • Par Ganesha - 07/12/2017 - 06:53 - Signaler un abus Vangog

    Votre raisonnement est d'une absurdité stupéfiante ! Vous niez une multitude de conflits historiques ! On pourrait remonter aussi loin que le permet l'invention de l'écriture ! Citons simplement la ''Guerre de cent ans'' ! Et en Juin 1940, Charles de Gaulle aurait dû reconnaître ''sportivement'' que la France avait ''perdu le match'' et que c'était définitif ?

  • Par Ganesha - 07/12/2017 - 08:35 - Signaler un abus Vangog 2

    En plus, ma première réaction prend en compte les guerres ''traditionnelles'', entre pays limitrophes. Un peuple essaie d'envahir son voisin. Il serait plus pertinent de poser la question : au bout de combien de temps une colonisation est-elle définitive ? La tentative des anglais en Inde avait duré ''officiellement'' 89 ans. En 1876, les Sioux ont gagné la bataille de Little Big Horn contre le 7ème de cavalerie du général Custer, mais, au final, ils n'ont obtenu que quelques misérables ''réserves'' !

  • Par Ganesha - 07/12/2017 - 08:59 - Signaler un abus Négationnisme

    J'ai déjà eu ici cette discussion et je sais d'avance que les ''partisans d'Israël'' ont pour réponse une négation absurde de la réalité ! D'après eux, ce qui c'est passé en 1947 n'est qu'un ''simple soulèvement'' d'une population juive présente, non pas en Palestine, mais en ''Israël'' depuis des millénaires ! Vous devez connaître le chiffre : combien de juifs venant du reste du monde sont-ils venus participer à ce ''conflit local'' ? Il vous reste à espérer l'apparition d'un homme (ou une femme) comparable à Nelson Mandela... et que l'Afrique du Sud se révèle être un compromis ''éternel'' !

  • Par Marie-E - 07/12/2017 - 09:44 - Signaler un abus Ganesha et le négationnisme

    "D'après eux, ce qui c'est passé en 1947 n'est qu'un ''simple soulèvement'' d'une population juive présente, non pas en Palestine, mais en ''Israël'' depuis des millénaires" je n'ai jamais dit cela puisque c'est faux. .. 1/ il est vrai que des juifs sont restés ou sont arrivés depuis très longtemps en Palestine : exemple les Rabbins à Safed (vers 1400) et Jérusalem et Hébron qui ont toujours eu une population juive très pauvre mais présente... 2/ le 1er congrès sioniste a eu lieu à Bâle et c'est là que les sionistes se sont démenés en Angleterre et en Russie pour que les juifs puissent émigrer en Palestine, province ottomane. Ils ont commencé à acheter des terres (très chers aux Turcs ou aux Levantins) pour les exploiter et quand le yichouv a commencé à prospérer, cela a attiré les populations arabes avoisinantes de l'Empire ottoman... 3/ vagues d'immigration causées par les pogroms (Russie) et l'insécurité : édification de kibboutz (Dagania en 1910) Tel Aviv (1909) 4/ Chute de l'Empire ottoman, Déclaration Balfour : la Palestine est considérée comme le foyer national juif et l'immigration se renforce mais le coup d'arrêt est donné par le mandant britannique qui limite

  • Par Marie-E - 07/12/2017 - 09:59 - Signaler un abus Ganesha et le négationnisme (suite)

    drastiquement l'immigration juive tout en favorisant l'immigration arabe après avoir donné unilatéralement les 2/3 de la Palestine à l'émirat de Transjordanie aux Bédouins hachémites virés d'Arabie par la tribu des Saoud. 5/ Massacres des juifs de Hebron, de Jerusalem avec réaction des Anglais qui veulent virer les juifs de ces villes 6/ la Guerre : au sein de l'armée anglaise, la brigade JUIVE appelée PALESTINIENNE combat l'Allemagne et les Arabes avec Al Husseini constituent une division de la Waffen SS... 7/ Après la guerre les Anglais em... encore les juifs (camps d'internement à Chypre....) pour les empêcher d'accoster à Haïfa. Mais en 1948 les juifs historiques, religieux ou non, les kibboutnikim et les immigrants se battent contre un ennemi supérieur en nombre mais heureusement pas motivé. Les juifs ne voulant plus du nom de Palestine synonyme de défaite et destruction choisissent le nom d'Israël (nom du Patriarche Jacob, signifie "celui qui lutte avec D.ieu"). En 1964 grâce à l'intelligence du KGB, les Arabes qui ont fui en 1948 et qui sont réfugiés dans des camps prennent le nom de Palestiniens, nom qu'ils méprisaient avant 1948 puisqu'il ne concernait que les juifs

  • Par Ganesha - 07/12/2017 - 10:41 - Signaler un abus Marie E

    Je ne nie absolument pas les souffrances de ce ''groupe d'humains'' qui se considèrent comme juifs ! De toutes évidence, il ne s'agit pas d'une race, tout au plus une religion. Je dis simplement que la ''déclaration Balfour'' était une notion aussi périmée que celle de Jules Ferry en 1885 : ''Les races supérieures ont un droit sur les races inférieures''. Dans l'histoire de l'Humanité, un certain nombre de concepts, tel que celui du ''Droit à la Colonisation'' ont été considérés comme des vérités d'évidence pendant des siècles, et ensuite rejetés. Un autre exemple ? L'esclavage... Mais je vous le répète : dans l'état actuel de ce drame, je vous souhaite de trouver un Nelson Mandela.

  • Par Marie-E - 07/12/2017 - 11:52 - Signaler un abus Ganesha

    il n'y a rien de racialiste. Je ne comprends pas ce que vous racontez.. On a eu plusieurs Nelson Mandela : résultat on a proposé 98% de ce que voulaient les Palestiniens avec les plans Barak et Olmert. Résultat : non Arafat puis Abbas voulaient 100 % d'où refus et intifada pour terminer. On a eu aussi Beilin avec Genève : idem les travaillistes rêvent que les Arabes les aiment. Et bien non et je suis contente d'avoir des membres du gouvernement qui ont fait partie des troupes combattantes : Netanyahu, Steinitz, .....Il n'y a pas colonisation et encore moins d'esclavage : ce n'est pas notre culture et pour moi c'est interdit par ma religion. Je vous laisse Nelson Mandela. Au fait je ne parlais pas souffrance, je vous rappelais les causes du sionisme.

  • Par ISABLEUE - 07/12/2017 - 14:30 - Signaler un abus que de bla bla

    Israël existe et a une seule capitale : Jérusalem. Pas la peine de vouloir se l'approprier, le Vatican pour les Chrétiens (où tout le monde peut venir) et Médine pour les musulmans (où seuls les musulmans peuvent aller) Chercher l'erreur.....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€