Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jérusalem : Comment l'Arabie saoudite tente de se rapprocher d'Israël

Dans sa lutte de leadership contre l'Iran, Ryad entend désormais enterrer la hache de guerre avec l'État hébreux.

Diplomatie complexe

Publié le
Jérusalem : Comment l'Arabie saoudite tente de se rapprocher d'Israël

Évidemment, l'Arabie saoudite ne pouvait que condamner la décision de Donald Trump sur Jérusalem. "Le royaume exprime de profonds regrets après la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Il a déjà mis en garde contre les graves conséquences que peut avoir cette décision injustifiée et irresponsable", a ainsi souligné le communiqué du Palais royal de Ryad.

Mais dans les coulisses, le discours est un peu différent. Comme le raconte le Point, la diplomatie saoudienne a pris un nouveau virage sous l'impulsion du futur roi.

Le mois dernier, Mohammed ben Salmane a rencontré le chef de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pour lui demander de renoncer à faire de Jérusalem-Est la capitale du futur État palestinien. Une position qui semble invraisemblable.

Pourtant, l'Arabie saoudite entend bien reprendre le leadership régional face à l'Iran. Quitte à se rapprocher du grand ennemi israélien, qui possède, avec elle, un sérieux allié commun, en la personne de Donald Trump. La tentative est audacieuse mais pourrait bien finir par échouer. Pour le moment, les coups de force diplmoatique du futur monarque n'ont pas tous réussis, en témoigne la guerre au Yémen et le retour au pouvoir de Saad Hariri au Liban.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 07/12/2017 - 16:00 - Signaler un abus Une capitale pour deux états?????

    Et vous avez vu jouer ça où?...excepté le Liban, où Beyrouth est une capitale multi-communautaire, avec les désordres que l'on sait, excepté Berlin, qui fut un havre de paix pour la Liberté (sic), avant la chute du mur de la honte socialiste, aucun pays au monde ne peut accepter d'avoir une capitale pour deux états, et pour deux communautés aussi opposées..."vae victis!" comme disait Jules, et les victis sont les Palestiniens...

  • Par Marie-E - 07/12/2017 - 16:46 - Signaler un abus il a raison MBS

    les Palestiniens au moment d'Oslo ont convaincu les occidentaux de filer de l'argent pour leur construire un beau Parlement qui n'a jamais servi à Abu Dis (comme ne nouveau musée palestinien vide et le nouveau palais présidentiel de Ramallah qui a remplacé la Moukata). Alors oui leur capitale pourrait être Abu Dis. De là on pouvait voir le Dôme du Rocher .... mais ça c'était avant qu'il y ait le mur de séparation pour protéger de l'intifada que les Palestiniens avaient déclenchée on ne sait plus pourquoi. Donc maintenant pour aller d'Abu Dis à Jéru il faut faire un détour. Evidemment les habitants d'Abu Dis ne sont pas très chauds mais ...si on leur dit que c'est Al Qods

  • Par kelenborn - 07/12/2017 - 18:36 - Signaler un abus Ah non Vangogol

    Même à Berlin, y avait pas une capitale mais....une ville pour deux Etats! La capitale de la RFA c'était Bonn! Ah oui Caramba! encore foiré !!! Retiens toi, serre les fesses ! c'est juste un conseil !

  • Par Marie-E - 07/12/2017 - 19:15 - Signaler un abus Quand Berlin a été divisée

    c'est Bonn qui était la capitale de l'Allemagne de l'ouest. Quand l'Allemagne a été réunifiée en 1990 , Berlin a été réunifiée et est redevenue capitale. Une capitale ne peut pas être divisée entre 2 pays.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€