Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Jean-Michel Blanquer annonce la mise en place d'une dictée quotidienne à l'école primaire

Le ministre de l'Education entend s'attaquer à la baisse du niveau de lecture des écoliers français pointée par une récente étude.

Du changement

Publié le
Jean-Michel Blanquer annonce la mise en place d'une dictée quotidienne à l'école primaire

Les résultats – très loin d'être fameux - des écoliers français ne sont surement pas étrangers à cette annonce. Lors d’une conférence de presse organisée dans la foulée de la publication de l’étude Pirls, qui a testé 320 000 enfants de 9 et 10 ans et classée la France au dernier rang en Europe, le ministre de l'Éducation nationale a annoncé la mise en place d'une dictée quotidienne à l'école primaire. 

L'idée n'est pas nouvelle et avait déjà été abordé par Najat Vallaud Belkacem en 2015… mais la ministre de François Hollande s'était heurtée à une opposition farouche des syndicats, rappelle Le Parisien. Désormais, elle doit devenir "une réalité quotidienne" a insisté le ministère dans un tweet.

Cette dictée fait partie d'une série de recommandations qui visent à "souligner le caractère quotidien et central de la lecture, ainsi que l’importance d’un apprentissage systématique du vocabulaire, de la grammaire et donc de l’orthographe", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Parmi les autres annonces du ministre figurent de nouvelles évaluations de milieu d'année dès février 2019 en CP et en début de CE1 à la rentrée 2018, et une meilleure formation des enseignants. Par ailleurs, Jean-Michel Blanquer a fait part de son optimisme. "Notre pays a été parmi les tout premiers en Europe, il va le redevenir", a-t-il assuré.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 05/12/2017 - 16:21 - Signaler un abus On n'aurait jamais dû la supprimer

    Des dictées quotidiennes au Primaire, mais aussi de nombreuses dictées au collège, et également des sanctions dans les rédactions et les autres disciplines en cas de fautes de français. Il va falloir que les profs réapprennent l'orthographe et la grammaire: ce sera ça le plus dur !

  • Par assougoudrel - 05/12/2017 - 17:29 - Signaler un abus Bac+5 et pourtant

    J'ai connu un appelé du contingent Bac+5 qui, en revenant de mission avait écrit sur un registre: "ceux qui ne se sont pas présentés à l'arrivée". Cette simple phrase était criblée de fautes d'orthographe. Alors, ceux qui se moquent de Ribéry...!

  • Par Anouman - 05/12/2017 - 20:59 - Signaler un abus Dictée

    Pour l'orthographe cela aura plus d'effet que ne rien faire du tout. Mais pour la lecture, seule la pratique individuelle en dehors des heures de classe pourra améliorer le problème. C'est d'ailleurs en lisant qu'on apprend l'orthographe, pas à l'école.

  • Par vangog - 06/12/2017 - 01:53 - Signaler un abus Retour trente ans en arrière, avant trotskysme!..

    A l’époque, avant le gauchisme a tous les étages, il yavait une dictée quotidienne, et tout « marchait » très bien. Et puis, les gauchistes sont arrivés et ont cassé le système éducatif français. Aujourd’hui J.M.Blanquer pose la première pierre de la reconstruction...mais, pour reconstruire l’édifice détruit par les gauchistes, il faudra restaurer l’autorité et l’exemplarité, et il faudra la modernité du Front National...plus à tortiller!

  • Par winnie - 06/12/2017 - 07:39 - Signaler un abus Enfin.....

    un ministre avec la tete sur les epaules, ca nous change de tout ces ideologues qui ont chercher a deconstruire la France par le relais des enseignents trotskistes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€