Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tsunami : 20 000 morts
Fukushima : zéro mort

Quand on parle des catastrophes qui ont frappé le Japon en mars 2011, on oublie trop vite les milliers de morts du séisme et du tsunami, estime un éditorialiste du Telegraph.

Menace invisible

Publié le

Comme beaucoup d'autres, le journaliste Michael Hanlon, du Daily Telegraph, a regardé les terribles événements qui se sont déroulés au Japon en mars 2011 avec une fascination mêlée d'horreur.

"La première catastrophe naturelle d’une ampleur inouïe à être filmée et diffusée en temps réel dans des millions de foyers a produit des images terrifiantes qui resteront gravées à jamais dans ma mémoire (...) L'image la plus terrible fut celle de cette vague noire, ce raz de marée meurtrier qui a submergé les terres comme un flot de mélasse."

Comme tous les journalistes, Michael Hanlon écrit sur cette catastrophe.
Comme il l'avait fait lors du tsunami qui avait dévasté les côtes de l’océan Indien en décembre 2004 (NDLR : plus de 200 000 morts).
 
Puis quelque chose a changé : lorsque la menace autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a commencé à pointer le bout de son nez, plus rien. "

Comme la quasi totalité des journalistes, Michael Hanlon est "captivé par l’angle nucléaire" et focalisé sur le risque d'une fusion du coeur du réacteur. "Nous avions oublié les vraies victimes – les quelque 20 000 personnes qui avaient perdu la vie – au profit d’un sujet nucléaire alarmant."

Dans les semaines qui ont suivi le tsunami, plusieurs pays - dont l’Allemagne, l’Italie et la Suisse  - ont annoncé qu’ils allaient revoir leur position sur le nucléaire civil.  "Tout cela s’est produit dans un climat hystérique et un vide informationnel", souligne-t-il. C'est seulement après un laps de temps assez long que les premiers rapports scientifiques dignes de foi ont émergé au Japon. Montrant notamment "que la centrale de Fukushima Daiichi, bien qu’obsolète, criblée de défauts de conception et frappée par des forces géologiques supérieures aux prévisions du cahier des charges, a remarquablement résisté.

 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Indigène Indigné - 10/03/2012 - 11:16 - Signaler un abus Le lobby anti-nucléaire existe. Celui anti-nature pas.

    L'objectivité est loin d'être la règle dans nos sociétés sur-médiatisées. Surtout en ce qui concerne le nucléaire. L'émotion prend le pas sur la raison et ce qui me choque, c'est le nombre de personnes qui se prêtent à ce petit jeu mesquin et malsain. A-t-on le droit de dire que les massacres ethniques au Rwanda ont fait autant si ce n'est plus de morts qu'Hiroshima ? La machette oui, l'atome non !

  • Par RcommeRobert - 10/03/2012 - 12:12 - Signaler un abus et ne devraient pas en causer

    "et ne devraient pas en causer au cours des cinquante prochaines années". Ah bon ? Comment pouvons-nous en être aussi certains ?

  • Par Indigène Indigné - 10/03/2012 - 12:36 - Signaler un abus @RcommeRobert - 10/03/2012 - 12:12

    Effectivement, on ne peux être certain de l'avenir ou du futur. Cependant, l'auteur se base peut-être sur l'expérience humaine et celle de Hiroshima et Nagasaki. Afin de mieux comprendre l'auteur, je vous invite à lire la phrase qui suit celle que vous avez tiré du texte : "Les voix de la science ont été étouffées et, à ce jour, elles n’ont toujours pas été entendues" Et là, je rejoins l'auteur de cet article.

  • Par RcommeRobert - 10/03/2012 - 12:50 - Signaler un abus L'auteur ne peut pas à la fois

    L'auteur ne peut pas à la fois se baser sur les expériences des bombardements atomiques, écouter "les voix de la science", et être certain que les radiations émises par les réacteurs détruits de la centrale de Fukushima ne causeront pas de morts dans les cinquantes prochaînes années.

  • Par arturpio - 11/03/2012 - 08:25 - Signaler un abus la réalité matérielle

    Oui. Et aussi: Résultats mesures par le sysème RADIOACTIVE@HOME (projet BOINC) à Takadomi (Préfecture Saitamaken, Chef-lieu Yoshikawashi), au nord de Tokyo : Last measurement sensor: 0.09 uSv/h Last 24 hours average: 0.11 uSv/h Details sensor 374 — à Takadomi, Japan. Cela veut dire que le niveau de radiation Gamma là-bas est normal, et qu'il n'y a aucune contamination... Aucune. Zero. C'est même moins qu'à Paris ou Toulouse... source : http://radioactiveathome.org/fr/

  • Par RcommeRobert - 11/03/2012 - 09:08 - Signaler un abus 2 Petites précisions

    Petites précisions : - Le site "radioactiveathome.org" ne dispose pas de capteur à Paris ou Toulouse. - Takadomi est à plus de 200 km de la centrale accidentée ; ce n'est certainement pas à cet endroit que l'on a des chances de mesurer des taux de radiation élevés.

  • Par icare - 11/03/2012 - 12:29 - Signaler un abus Vu dans un reportage de LCP

    Sous-titre : "L'accident dans la centrale de Fukushima, intervenu après le séisme, a provoqué la mort 19 000 personnes" http://www.dailymotion.com/video/xpcm6m_fukushima-un-an-apres_news

  • Par texarkana - 11/03/2012 - 12:43 - Signaler un abus Il faudrait abolir cette cruelle Nature!

    Vagues de froid : X morts, tsunamis : X morts, tornades : X morts, vagues de chaleurs : X morts, inondations : X morts, sécheresse en Afrique : X morts...quelle marâtre cette Nature! je propose de l'abolir, qu'en pensez vous ?

  • Par RcommeRobert - 11/03/2012 - 13:31 - Signaler un abus Il y a des fléaux qu'on ne peut abolir

    Il y a des fléaux qu'on ne peut empêcher, comme les séismes ou les chutes de météorites. Et il y en a sur lesquels on peut agir, à condition de le vouloir.

  • Par Pif - 13/03/2012 - 19:15 - Signaler un abus mensonges

    « La centrale de Fukushima Daiichi, bien qu’obsolète, criblée de défauts de conception et frappée par des forces géologiques supérieures aux prévisions du cahier des charges, a remarquablement résisté. » « Les réacteurs ont été détruits, mais les radiations n’ont pas causé de morts à Fukushima Daiichi et ne devraient pas en causer au cours des cinquante prochaines années. » lit-on dans cet article. C’est complètement faux. 1) La centrale n’a pas « remarquablement bien résisté ». Au contraire, il s’y est produit au moins 4 explosions provoquant de graves pollutions radioactives, et 3 cœurs de réacteur a fondu simultanément, ce qui représente le pire accident nucléaire de tous les temps. Le confinement n’est plus assuré. La nappe phréatique et l’océan pacifique sont contaminés. 8% du Japon est contaminé au césium pour 300 ans. Du plutonium a été répandu dans l’atmosphère.

  • Par Pif - 13/03/2012 - 19:16 - Signaler un abus mensonges

    2) La catastrophe nucléaire a déjà provoqué des centaines de morts directs ou indirects. Cet article les ignore, c’est de la pure désinformation. Le triste décompte des premiers morts dus à la catastrophe nucléaire se fait ici : http://fukushima.over-blog.fr/article-les-premiers-morts-dus-a-la-catastrophe-de-fukushima-72115727.html

  • Par Pif - 13/03/2012 - 19:17 - Signaler un abus mensonges

    3) Les radiations ne tuent pas les gens immédiatement. Elles provoquent de nombreuses maladies et tuent par cancer des années après. A Tchernobyl, les premiers cancers de la thyroïde dus à l’iode 131sont apparus au bout de 3ans. Il ne faut pas attendre 50 ans pour compter les morts comme le prétend cet article négationniste. Entre 1986 et 2004, on estime à 985 000 le nombre de morts dus à la catastrophe de Tchernobyl (source : http://www.strahlentelex.de/Yablokov%20Chernobyl%20book.pdf)."

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€