Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Islam : "Cette religion n'a aucun recul sur elle-même" affirme le sénateur Philippe Esnol

Ancien maire socialiste de Conflans-Sainte-Honorine, il critique les reculs de l'Etat face au fondamentalisme religieux.

Polémique

Publié le

Alors que le mot d'ordre est à l'apaisement depuis les attentats, certaines voix à gauche se montrent plus crues dans leurs propos sur la présence de l'islam en France. C'est notamment le cas de Malek Boutih, député PS de l'Essonne, pour qui certains élus n'hésitent pas à donner des gages aux communautés pour des questions électoralistes. "Malek Boutih a tout à fait raison" renchérit au Point le sénateur Philippe Esnol, ex-PS passé aux Radicaux de gauche. Pour lui, l'Etat recule face au fondamentalisme religieux et notamment celui de l'islam.

"Il y a huit mois, j'ai reçu la visite du procureur de la République qui m'a confié que des ordres avaient été donnés pour qu'on ferme les yeux sur le port de la burka afin de ne pas reproduire les émeutes qui, à la suite d'un contrôle de police, avaient mis le feu à Trappes à l'été 2013" raconte-t-il.

Ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, il peste contre les pressions "incessantes" des communautés religieuses. "Les musulmans ont parfaitement le droit d'exercer leur foi en toute quiétude. Mais pas dans la sphère publique ! Or, certains membres de cette communauté débordent constamment de la sphère privée. Et il faut le dire : cette religion n'a aucun recul sur elle-même et aucune capacité à l'autodérision. Ils ne comprennent pas la laïcité" tranche le sénateur.
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par toupoilu - 17/01/2015 - 21:34 - Signaler un abus +1

    .

  • Par Mario - 17/01/2015 - 23:17 - Signaler un abus Et oui

    Et si une partie de la gauche se réveille , on pourra délivrer la France et avec nos alliés ,le monde , de ce fascisme vert qui nous pourrit la vie depuis Khomeini fin des années 70.

  • Par Wortstein - 18/01/2015 - 01:03 - Signaler un abus Un retour simple au bled

    et plus d'allocs pour cette racaille qui ne souffre pas de nous faire souffrir...

  • Par Neurohr Alain - 18/01/2015 - 04:17 - Signaler un abus Un socialiste lucide !

    A quelque chose terrible malheur est bon.

  • Par lexxis - 18/01/2015 - 09:21 - Signaler un abus LE CHRETIEN NE VAUT PAS CHER!

    Non, les musulmans ont parfaitement compris la laïcité, mais ils n'en veulent pas et ils savent qu'il y a suffisamment de lâcheté chez les élites françaises politiques et autres pour pouvoir avancer leurs pions (hallal, voile,horaires de piscines, accusation systématique d'islamophobie etc) en toute sérénité. Un autre exemple: qui réagit actuellement aux 10 morts du Niger, aux églises incendiées: doit-on laisser les chrétiens crever, en holocauste pour la diffusion de Charlie Hebdo? Manifestement la lutte contre racisme n'est pas la même pour tout le monde et il y a comme de la discrimination selon l'identité de la victime. Ce qu'on ne peut pas faire à un musulman ou à une mosquée ou à un juif ou une synagogue, on peut parfaitement le laisser faire à un chrétien et à une église, pourvu quei cela se passe à plusieurs milliers de km de chez nous, même si nous en sommes le boute-feu. Opposer la liberté d'expression à 10 morts au Niger, à plusieurs autres aussi ailleurs, (qui ne doivent pas par priorité être des musulmans), à une dizaine de lieux de cultes incendiés, c'est sans doute un peu court, mais visiblement dans les médias de la République cela ne choque personne.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€