Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Irak : le chef de l'État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, aurait été "grièvement blessé" par des frappes aériennes

Abou Bakr al-Baghdadi s'est exprimé fin 2016 pour appeler les combattants djihadistes à défendre la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, dernier bastion de l'Etat islamique dans le pays.

Terrorisme

Publié le
Irak : le chef de l'État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, aurait été "grièvement blessé" par des frappes aériennes

Selon des sources locales citées par le Daily Mail, le chef du groupe terroriste Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, aurait été "grièvement blessé" par des frappes aériennes menées dans le nord de l'Irak. Le cerveau de l'organisation djihadiste aurait été blessé après un bombardement dans la région d' Al-Ba'aj. 

Aucune confirmation officielle n'a encore été apportée sur l'état de santé d'Abu Bakr al-Baghdadi, qui avait déjà été annoncé blessé ou tué à plusieurs reprises depuis 2015.

Au mois de décembre 2016, le Pentagone avait estimé que le chef du groupe terroriste était encore en vie, malgré les nombreux efforts entrepris par la coalition internationale pour le neutraliser. 

"Nous pensons qu' Abu Bakr al-Baghdadi est encore en vie, et commande toujours les combattants de l'Etat islamique. Nous faisons tout notre possible pour suivre ses déplacements", a confié à CNN Peter Cook, le porte-parole du Pentagone. 

À l'exception d'un message audio datant de 2014 dans lequel il s'autoproclamait chef du Califat, Abu Bakr al-Baghdadi était resté plutôt discret. Il s'est de nouveau exprimé à la fin de l'année 2016 pour appeler les combattants djihadistes à défendre la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, dernier bastion de l'Etat islamique dans le pays. 

>>>> À lire aussi : Exclusif : Une petite virée en enfer ? Bienvenue dans l’un des bunkers de l’État islamique

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€