Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Indépendance de l'Ecosse : pour la première fois le "oui" arrive en tête d'un sondage

Selon une enquête YouGov/Sunday Times, les indépendantistes sont majoritaires avec 51% d'opinions favorables alors que le camp des opposants n'en compte que 49%.

A quelques jours du scrutin

Publié le

Le Royaume-Uni est peut-être à quelques jours d'un évènement historique. En effet, dans onze jours précisément, l'Ecosse est amenée à se prononcer sur son indépendance. Et plus le temps passe, plus les partisans du "oui" gagnent du terrain. Au point de devenir majoritaires comme le révèle un sondage YouGov pour le Sunday Times. Selon cette enquête, 51% des personnes interrogées se disent favorables à l'indépendance de l'Ecosse, contre 49% qui s'y opposent. Si la majorité ne tient qu'à un fil, ce sondage fait l'effet d'une bombe outre-Manche puisque c'est la toute première fois que les indépendantistes arrivent en tête des intentions de vote. 

>>>>> A lire aussi : L'Écosse peut-elle vraiment quitter le Royaume-Uni ?

>>>>>>>

Pour rappel, il y a un mois, un autre sondage YouGov accordait 61% des intentions de vote aux adversaires de l'indépendance et 39% aux indépendantistes, soit un écart de 22 points. Autant dire que les chances du Parti national du Premier ministre écossais Alex Salmond d'obtenir l'indépendance sont de plus en plus sérieuses. Selon Alistair Darling, directeur de la campagne des unionistes "Better Together" (partisans d'un maintien de l'Ecosse au sein du Royaume-Uni, ndlr) le dernier sondage montre que le référendum "va être très serré".

A lire sur le sujet : Voilà à quoi pourrait ressembler le nouveau drapeau britannique si l'Écosse devenait indépendante >>>>>

"Nous nous réjouissons de cette bataille", a-t-il déclaré au Sunday Times. "Ce n'est pas la bataille d'Angleterre - c'est la bataille d'Ecosse, pour les enfants de l'Ecosse et les petits-enfants et les générations à venir. Nous allons gagner cette bataille". Blair Jenkins, le directeur exécutif de la campagne pour le "oui", a pour sa part demandé à son camp de poursuivre ses efforts : "Même si ce sondage  nous place légèrement devant, d'autres sondages montrent que nous avons encore des progrès à faire pour gagner".

Le Sunday Times a aussi rapporté que la reine Elizabeth II "s'intéressait de très près" au référendum et avait demandé qu'on la tienne au courant quotidiennement. Réponse le 18 septembre. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 07/09/2014 - 14:07 - Signaler un abus Ca serait trop beau

    Cameron le conservateur libertaire avalerait son accent d'Eton. Yeeeeeeeeeeessssssssssss.

  • Par assougoudrel - 07/09/2014 - 18:10 - Signaler un abus Cameron veut un référendum

    pour rester ou non dans l'UE. Par contre ce référendum le gène, si bien qu'il parle de donner plus de pouvoir à l'Ecosse. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant? Le Royaume Unis se désunit.

  • Par Deudeuche - 07/09/2014 - 18:36 - Signaler un abus Alist. Darling à montré l'arrogance de Londres face à Salmond

    Ca va être dur de sauver l'Union. Les Irlandais du Nord regardent cette affaire avec curiosité (surtout les Ulster Scots protestants) qui considèrent l'avenir différemment. Ils se sentent Britanniques parce que l'Ecosse est au UK; Quid d'une écosse indépendante pour l'Ulster? Rejoindre la République rester avec les "Anglais" dans un royaume désuni. Well, well, well!

  • Par toupoilu - 08/09/2014 - 06:33 - Signaler un abus Je ne sais pas si l'ecosse votera pour l'independance,

    mais d'une manière générale, ça donne une idée de la valeur des sondages du départ. La vérité c'est le vote, et les retournements improbables sont possibles. Donc il faut y croire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€