Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ile-de-France : la région va débourser un million d'euros pour réduire la pollution de l'air dans les transports

"Le paradoxe c'est qu'on nous dit 'c'est très pollué en surface, prenez le métro', mais on risque de retrouver la pollution dans le métro", a déclaré Valérie Pécresse sur LCI.

Environnement

Publié le
Ile-de-France : la région va débourser un million d'euros pour réduire la pollution de l'air dans les transports

Sur LCI ce mercredi 21 mars, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a annoncé que  la région va débourser un million d'euros pour réduire la pollution de l'air dans le réseau de transport souterrain. "Le paradoxe c'est qu'on nous dit 'c'est très pollué en surface, prenez le métro', mais on risque de retrouver la pollution dans le métro", a-t-elle expliqué. "Donc l'Ile-de-France va mettre un million d'euros pour pouvoir dépolluer l'air dans les gares, les stations de métro, afin que les agents de la RATP mais aussi les voyageurs puissent voyager dans de bonnes conditions", a-t-elle précisé.

>>> À lire aussi : Pollution sonore : mais pourquoi Paris est-elle l’une des métropoles les plus bruyantes au monde (et ne croyez pas que ça relève juste de l’inconfort, c’est dramatique pour la santé) ?

Dans Le Figaro, Valérie Pécresse a également indiqué qu'à ce jour, "divers industriels s'engagent sur des procédés innovants qui méritent qu'on s'y intéresse pour mieux combattre la pollution". Le quotidien révèle qu'un appel à projets devrait être lancé pour tester dès cet été de nouvelles technologies dans ce domaine. Un jury auquel participeront la RATP et la SNCF devra retenir une société. De son côté, Airlab (émanation d'Airparif financée par la région) suivra l'expérimentation du projet.  

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 21/03/2018 - 12:45 - Signaler un abus La solution?...ne plus bouger! Et, si possible, ne plus respirer

    Voilà le monde Orwellien, uniforme, bétonné, grisâtre et asexué, auquel nous vouent ces manipulateurs societaux...Les gauchistes (sens élargi...) auraient pu laisser opérer la nature seule, celle qui a construit nos villes autour de commerces de centre-ville, oxygénés par des artères puissantes..., mais cela ne satisfaisait pas l’orgueil malsain de ces manipulateurs pervers. Il fallait dévier les arteres, expulser les commerces vers la périphérie! Ces Frankenstein du déterminisme absolu ont voulu détruire nos campagnes, afin de les amener dans les villes...ça paraît simple sur un papier d’Hidalgomygode, mais beaucoup plus confus dans la réalité! Alors, après de multiples contre-pieds, ils en sont réduits à corriger, éternellement, les effets tordus de leurs manipulations perverses. Pourtant, la nature qui ne demandait qu’une chose: que ces gauchistes lui foutent la paix!

  • Par J'accuse - 21/03/2018 - 13:08 - Signaler un abus Un million pour des tests ?

    L'argent n'est pas dépensé pour dépolluer, mais pour tester de nouvelles technologies de dépollution ! Qui ne marcheront peut-être pas... Ce n'est pas au contribuable de financer les tests d'entreprises privées. Les tests doivent être gratuits, et la région paiera seulement si ça marche comme il faut, avec une forte réduction pour avoir permis de tester des technologies avec lesquelles ces entreprises se feront beaucoup de pognon. Marre de ces élus qui balancent notre fric par les fenêtres, et qui en plus s'en vantent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€