Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

HLM : les dérives du bailleur social Paris Habitat

Le premier bailleur social d'Ile-de-France offre de nombreux avantages (salaires élevés, parachute doré...) à ses salariés et sa direction, révèle Le Parisien ce samedi.

Bon plan

Publié le
HLM : les dérives du bailleur social Paris Habitat

Paris Habitat est le premier bailleur social d’Ile-de-France, avec un parc de 122 000 logements et quelque 3 000 salariés. Financé par l'argent public et à 75% par les loyers de gens très modestes, le bailleur social n'en est pas moins dépensier et très généreux avec ses 3000 salariés et, surtout, avec sa direction.

Plusieurs rapports d'inspection dévoilés par Le Parisien Aujourd'hui-en France ce samedi montrent ces avantages. Parmi eux, des salaires moyens (qui ont progressé de 20% entre 2008 et 2014) élevés: de 2300 euros bruts par mois pour un gardien à 3170 euros pour le reste du personnel. En plus d'avantages répandus (13e mois, prime d'objectif, prime d'intéressement) Paris Habitat multiplie les primes. Ainsi, l'an dernier, les employés ont touché chacun une prime de 200 euros pour saluer la certification ISO de Paris Habitat.

Les salariés peuvent encore faire gonfler leurs revenus en se faisant racheter 7 jours de congés sur les sept semaines dont ils bénéficient dans l'année (majorées d'une semaine pour ceux qui partent en dehors des vacances scolaires). Les 22 jours de RTT peuvent aussi être rachetés. Au total, les salariés peuvent espérer obtenir un mois de salaire en plus.

Mieux : es directeurs territoriaux ou de branche touchent un salaire compris entre 6000 et 7000 euros nets par mois (sans compter les avantages précédemment listés). Les directeurs généraux adjoints émargent à 9500 et 10.000 euros. Et le directeur général de Paris Habitat, Stéphane Dambrine est rémunéré environ 14.000 euros nets par mois. Il bénéficiait même des avantages octroyés au reste du personnel jusqu'à ce que la Miilos ne déclare son contrat de travail "irrégulier" et l'oblige à s'en passer. Il a toutefois conservé un généraux parachute doré de 500.000 euros en cas de licenciement.

Le journal évoque aussi des "anomalies" d'occupation du parc social. L'un des DG adjoints de Paris Habitat, qui émarge à 9 000 € net par mois, bénéficie depuis quinze ans d'un logement aidé, par exemple.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zen aztec - 30/01/2016 - 17:36 - Signaler un abus NOOOOOOON!!!

    J'le crois pas!!!

  • Par vangog - 30/01/2016 - 17:40 - Signaler un abus La politique de création de logements sociaux est totalement

    décorelée avec la demande! Logements sociaux vides dans des communes obligées de satisfaire à la très bête loi allur, édification de logements sociaux pour ménages modestes, alors que 80% des demandeurs sont des très faibles revenus, difficulté à payer leurs loyers pour ceux qui y accèdent en abaissant les seuils d'admission, 800000 sans-abris en France...et en plus, ces mauvais gestionnaires-probablement copains du pouvoir gauchiste- sont sur-payés...la prime à la médiocrité érigée en méthode de fonctionnement?

  • Par bergé - 30/01/2016 - 19:39 - Signaler un abus quelle honte

    quelle honte

  • Par Djib - 31/01/2016 - 10:37 - Signaler un abus le petit propriétaire que je suis apprécie

    J'ai acquis un appartement il y a une vingtaine d'années pour le louer et avoir un complément de revenus. J'ai fait une partie des travaux de rénovation moi-même. Comme il est de bonne qualité et loué à des tarifs raisonnables (un peu en dessous du prix du marché) j'ai la chance d'avoir des locataires que je peux choisir et qui apprécient en prenant soin des lieux. En revanche l'état et les collectivités locales prennent plus de la moitié des revenus que j'en tire (taux marginal de l'IR + CSG/CRDS + taxes foncières).Je suis vraiment une bonne affaire pour la collectivité car je suis un prestataire de logement qui non seulement ne coute rien à l'Etat et qui est en plus racketté sans vergogne. Et pourtant les socialos considèrent que je fais partie des "salauds de proprios qui exploitent le bon peuple".

  • Par pale rider - 31/01/2016 - 10:38 - Signaler un abus petits arrangements "classiques" de la nomenklatrua

    Le plus immonde est que ces bénéficiaires sont aussi les premiers à cracher sur le privé en général et les patrons en particulier . Ils ont la palme de la duplicité ...

  • Par Liberdom - 31/01/2016 - 14:25 - Signaler un abus Servir.....

    Non, SE servir.

  • Par Vincennes - 31/01/2016 - 16:44 - Signaler un abus C' est comme le fils de LE DRIAN et sa carrière fulgurante

    car nommé au comité exécutif de la Société nationale IMMOBILIERE(SNI) auprès du Pdt du Directoire (FILIALE DE LA Caisse des dépôts et consignations), qui gère la bagatelle de 275.000 logements sociaux………nommé, en même temps, directeur du contrôle interne et du contrôle d’Efidis, une filiale du groupe. Il a été également bombardé membre du comité exécutif de la SNI, un comité regroupant les plus hauts responsables de l’entreprise, qui ne compte que 13 membres……….que dire de cette « CARRIERE ECLAIR » ??? comparé au CIRQUE fait autour de J.SARKOZY, par les "merdialeux "aux ordres" !!! Les cadres de l’entreprise auraient très mal digéré l' ASCENSION FULGURANTE du fils LE DRIAN dont le Papa, soit même, aurait décerné la légion d'honneur 3 mois avant la nomination de son fiston pour cette prestigieuse PROMOTION

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€