Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hackers : des hôpitaux et administrations françaises aussi victimes de chantages informatiques

Un chantage informatique contre un hôpital américain avait défrayé la chronique. Mais les attaques de ce genre ne sont pas nouvelles, et des institutions françaises en sont aussi victimes.

Tout va bien

Publié le
Hackers : des hôpitaux et administrations françaises aussi victimes de chantages informatiques

L'affaire avait fait le tour du monde : des hackers avaient bloqué les ordinateurs d'un grand hôpital américain, le Hollywood Presbyterian Medical Center à Los Angeles, exigeant une rançon pour le débloquer. Il y a un logiciel pour cela, Cryptolocker, qui chiffre et rend illisibles les données d'un ordinateur, sauf si l'on rentre un code...

Une affaire qui avait pu paraître nouvelle et exceptionnelle, mais ce n'est pas le cas. Et la France est touchée, rapporte Le Monde. En 2015, le laboratoire d'analyses LABIO avait subi une attaque similaire. Le labo avait refusé de payer, mais une partie des données, y compris des dossiers médicaux de clients, avaient été diffusés par les hackers.

Le Canard enchaîné avait révélé en janvier que le ministère des Transports avait subi une infection de ce type.

« Toutes les semaines, je suis informé d’un ou deux cas », déclare Vincent Trély, président de l’APSSIS (Association pour la Promotion de la Sécurité des Systèmes d’Information de Santé). « Mais Il y a une sorte d’omerta sur le sujet. » Les services de santé sont particulièrement vulnérables. « Il y a environ mille hôpitaux en France, et à peine 50 responsables sécurité des systèmes d’information. La situation n’est pas plus enviable dans les structures privées, et c’est encore pire dans le médico-social. Dans 95 % des cas, il n’y a personne pour se préoccuper de sécurité informatique. », explique Cedric Cartau, responsable sécurité des systèmes d’information au CHU de Nantes et Pays de la Loire.

Lire l'article du Monde >>>

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€