Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter" : l'énorme embarras de la commission européenne

Le commissaire européen Günther Oettinger est plongé dans la tourmente. Dans le cadre d'une interview réalisée à Strasbourg, diffusée mardi soir sur la chaîne allemande DW, il exprimerait son mépris pour les électeurs italiens.

Le Mépris

Publié le
"Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter" : l'énorme embarras de la commission européenne

Günther Oettinger et Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse à Bruxelles au sujet du budget de l'Union européenne, le 2 mai 2018.  Crédit EMMANUEL DUNAND / AFP

La crise politique italienne vient de connaître un rebondissement spectaculaire au niveau de la Commission européenne. Une polémique vient d'éclore sur les réseaux sociaux. Le journaliste Bernd Thomas Riegert, de la chaîne DW, a publié un message sur Twitter rapportant des propos du commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines, Günther Oettinger, extraits de l'interview diffusée ce mardi soir. Le contenu du message dévoilait une déclaration méprisante à l'égard du peuple italien de la part de Günter Oettinger.

"Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter".  
 
 
 
Ce tweet a provoqué un véritable tollé et une onde de choc sur les réseaux sociaux et en Italie. Le message a rapidement été supprimé par le journaliste Bernd Thomas Riegert qui a depuis entrepris une périlleuse démarche de rétropédalage et d'équilibriste. 
 
Le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a personnellement réagi sur Twitter suite à ce dérapage. 
 
"Incroyable. A Bruxelles, ils sont sans vergogne. Si ce n'est pas une menace… Je n'ai pas peur, les Italiens d'abord !
 

Jean-Claude Juncker tente de sauver l'image de la Commission européenne

Au regard de l'ampleur de la tempête sur les réseaux sociaux, de la sensation de déni de démocratie et face au message désastreux envoyé aux électeurs italiens, le Président de la Commission européenne a tenté d'éteindre l'incendie avec un communiqué officiel, dévoilé ce mardi 29 mai. 
 
"Le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, tient à faire part de sa conviction que le sort de l'Italie ne saurait dépendre des injonctions que pourraient lui adresser les marchés financiers. L'Italie – indépendamment des partis politiques qui demain la dirigeront – est un pays fondateur de l'Union européenne qui a énormément contribué à l'intégration européenne. Le Président est convaincu que l'Italie poursuivra son parcours européen. La Commission est prête à coopérer avec l'Italie de manière responsable et dans un respect mutuel. L'Italie mérite respect".
 
Le président italien Sergio Mattarella a confié la délicate mission à Carlo Cottarelli de former le nouveau gouvernement après la récente crise politique. Giuseppe Conte a en effet renoncé à sa mission suite au refus du chef de l'Etat italien d'adouber la nomination de l'eurosceptique Paolo Savona au portefeuille des Finances. 
 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 29/05/2018 - 20:55 - Signaler un abus Le citoyen moyen

    n'a que faire des marchés, à par celui où il va acheter ses légumes. Günther et Le camion-citerne Junker, du haut de leur nuage ont tout faux.

  • Par Anouman - 29/05/2018 - 21:20 - Signaler un abus Marchés

    C'est vrai qu'il serait temps de leur apprendre à voter à tous ces cons d'électeurs. D'ailleurs les candidats aux élections nationales devraient être validés par la commission européenne qui leur donnerait un label "euro-compatible" et une vignette étoilée pour mettre sur leurs affiches de campagne.

  • Par vangog - 29/05/2018 - 22:33 - Signaler un abus Encore un centriste-girouette qui méprise la démocratie!

    Les indignations de ce Gunther Oettingen sont à géométrie variable...lors des combinazione de la gauche fasciste et du centre-gauche, Gunther n’appelait pas les spreads à apprendre aux italiens à voter... car les marchés profitaient du mondialisme de gauche. Aujourd'hui que les nationaux italiens se réveillent, très fort, le teuton a peur pour les excédents commerciaux de l’Allemagne...Mais le vent a tourné en défaveur des mondialistes, et les centriste-girouettes ont oublié de mettre de l’huile dans leurs rouages rouillés...L’heure tourne, et les vrais démocrates savent que la démocratie italienne vaincra, au final. Tout vient à point pour qui sait attendre!

  • Par kelenborn - 29/05/2018 - 23:17 - Signaler un abus Ce Günter öttinger

    Il doit être allemand non ? Il ne fait jamais que répéter les histoires que son père lui racontait pour l'endormir! Des histoires que racontait un monsieur à moustaches vers 1933!!! On observera que ces tweets sont en anglais qui est bien la ...langue officielle de l'Europe! Frexit now! Ert souhaitons que les Italiens descendent par millions dans la rue! Seul Juncker a des excuses! il devait être bourré!

  • Par cloette - 30/05/2018 - 06:09 - Signaler un abus Les marchés

    vont apprendre aux Italiens à bien voter . Tout est dit en effet . Si on n’a pas compris c’est qu’on est bête .

  • Par aristide41 - 30/05/2018 - 07:11 - Signaler un abus Réalité

    On peut le déplorer, mais c'est exactement ce qui va se passer. On en voit déjà les premières effets. Il reste à souhaiter que la Banque Européenne continue sa politique actuelle mais Mario Draghi va bientôt être remplacé...

  • Par Atlante13 - 30/05/2018 - 09:28 - Signaler un abus De plus en plus difficile

    de croire en l'UE. L'Europe du nord tient féja l'Europe du sud par les c***lles, il suffit aux allemands de serrer un petit de temps à autre pour le leur rappeler. Hollande avait vite compris et s'était couché d'entrée, Macron a voulu essayer mais a vite été renvoyé jouer aux billes dans sa cour d'école. Les grecs sont anesthésiés grand l'extrême-gauche collabo (question d'habitude), le Portugal et l'Italie suivront. RIP.

  • Par lexxis - 30/05/2018 - 09:30 - Signaler un abus GUNTHER OETTINGER DEHORS!

    Cette fois, le masque est bien tombé. Tous ces gens qui toisent de haut ce qu'ils appellent avec mépris les populistes, tous ces technocrates mondialistes ont une sainte horreur de la démocratie. Certes les gens ont encore le droit de voter, mais uniquement pour approuver l'Europe, y compris quand elle est mauvaise, bureaucratique, arrogante, fraudeuse et au fond antI -concurrentielle (par rapport à l'automobiliste américain, quelle est la réponse de l'Europe aux triches de VW?) , Normalement dans une organisation saine, un Commissaire qui méprise publiquement et aussi ouvertement le vote d'un membre fondateur prend immédiatement la porte, qu'il soit allemand ou pas. Enfin pourquoi donc organiser l'année prochaine des élections européennes, si les électeurs n'ont pas le droit de dire tout le mal qu'ils pensent d'une bulle où la démocratie n'a pas le droit de cité. Après les Brexit, qui marque la condamnation d'une politique d'immigration insensée, la Pologne, la Hongrie, l'Italie cela commence à faire beaucoup d'opposants et on ferait mieux de s'interroger sur les raisons de leur choix, plutôt que d'ostraciser ces vieilles Nations comme si elles ne savaient pas ce quelles font.

  • Par gerint - 30/05/2018 - 09:45 - Signaler un abus On connaît depuis longtemps le mépris de l'UE pour la démocratie

    Oetinger n'a fait que dire clairement ce que la Cpommision pense

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 10:02 - Signaler un abus notez bien

    La "une "du Figaro: pas une allusion à la chose!

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 10:06 - Signaler un abus Au passage

    Qu'avait dit le pochetron Juncker au moment du référendum irlandais: c'est oui on continue, c'est non, on continue!

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 10:06 - Signaler un abus Au passage

    Qu'avait dit le pochetron Juncker au moment du référendum irlandais: c'est oui on continue, c'est non, on continue!

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 10:09 - Signaler un abus et...

    silence radio sur l'Exfesse!!! je ne vais pas dégueuler mon petit dej en allant voir Laberration et l'Obserfoireur !

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 10:13 - Signaler un abus et ne parlons pas

    de Merdane!!!! on sait juste qu'on a du retrouver cinq enfants de migrants dans le congélo de Donald Trump!

  • Par Ajar - 30/05/2018 - 10:23 - Signaler un abus La coupe est pleine

    Il faut en finir avec avec se dictat de l'UE .Il nous faut du courage et remettre les conteurs à zéro

  • Par philippe de commynes - 30/05/2018 - 10:39 - Signaler un abus Espérons

    que la coalition victorieuse lega-M5S obtiendra le scalp d'öttinger/Juncker et cie, ce serait un grand service qu'ils rendraient à toute l'Europe.

  • Par philippe de commynes - 30/05/2018 - 14:07 - Signaler un abus Tenez bon

    A nos amis Italiens, dans votre intérêt et dans le notre , tenez bon, aujourd'hui tous ceux qui entre l'oligarchie et la démocratie choisissent la démocratie sont eux aussi , un peu italien.

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 14:34 - Signaler un abus ah l'Obserfoireur

    a quand même cru bon d'informer ses lecteurs!!! Croissandeau en a pour 3 semaines d'hémorroïdes! Vous noterez que notre homme n'en est pas à sa première! au vu de la jurisprudence du CSA , il devrait être à Cayenne. Un conseil, allez chercher chez madame Google une photo de Goebbels! ça sent le clonage! Et comme aurait dit Thierry Roland, celui la j'aimerais pas le rencontrer sous un lampadaire un jour de grève d'EDF !

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 14:36 - Signaler un abus non AJAR

    "remettre les conteurs à zéro" non ça c'est déjà fait: Pierre Bellemare est mort! ...tu l'as cherchée!

  • Par lémire - 30/05/2018 - 18:20 - Signaler un abus vérité qui fâche

    La vérité qui fâche c'est que les "marchés" sont en mesure de punir sévèrement les électeurs des pays surendettés, même s'ils ne peuvent pas les forcer à "bien" voter. Les risques d'effondrement d'une économie sont bien réels : si la Grèce était sortie de l'euro, elle n'aurait pas pu continuer à acheter du pétrole et du gaz, faute de devises, et l'Italie ne serait pas mieux lotie. A l'époque de la fermeture des banques grecques, l'UE avait fait savoir qu'elle se préparait à apporter une assistance humanitaire à la Grèce, et peu de temps après, le gouvernement grec entrait en négociation... Bref, les Italiens voteront comme ils voudront, et leur gouvernement fera, tôt ou tard, ce que les marchés l'obligeront à faire. C'est la limite des systèmes démocratiques "ouverts", et la punition des peuples qui suivent les démagogues dans leurs délires. Dommage pour le programme sécuritaire italien qui serait salutaire pour l'Europe entière

  • Par Plongeur - 30/05/2018 - 18:49 - Signaler un abus Toute vérité n'est pas bonne à dire ?

    Et pourtant il a raison ce brave homme, les marchés décideront de l'avenir de l'Italie. Quand un particulier, une entreprise ou un pays est surrendetté il est dépendant de ses créanciers. Si la décision est de dépenser encore plus comme le projettent les nouveaux élus Italiens les mêmes créanciers augmenteront les taux d'intérêts. Le taux est toujours proportionnel au risque. CQFD Tsipras l'a tellement bien compris qu'il s'est mué en petit Tatcher du sud. Vous pouvez pisser par terre et vous rouler dedans jusqu'à ce que ça mousse vous n'y changerez rien. J'attends la contradiction avec impatience.

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 20:24 - Signaler un abus Plongeur

    Sitôt commandé, sitôt servi.....Personne de sensé ne peut soutenir que l'on peut s'endetter indéfiniment. Si on ne rembourse pas, on ne trouve plus de prêteurs! Il n'y a que Melenchon qui ne comprend pas mais la question n'est pas celle la! L'Allemagne a mis la main sur les anciens pays communistes et s'en sert comme atelier à bas coûts. Elle réalise donc un excédent commercial considérable qui maintient l'euro à un niveau élevé, bien au dessus de ce que devrait être son cours pour les économies moins développées. Car la main d'oeuvre à bas coût a un effet déflationniste sur le prix des produits allemands. C'est en gros ce qui se passe quand des marchands peu scrupuleux font fabriquer des vêtements dans des caves par des clandestins! Fatalement ils vendent moins cher. Le problème est que l'on n'est pas dans une économie de malfaiteurs, du moins théoriquement mais...en Europe dont on nous vente les bienfaits. Même aux USA si la Californie est prospère on ne va pas laisser crever le Michigan! Ben en Europe, cela ne gêne pas le moindre du monde l'Allemagne comme elle n'a pas plus été gênée en 1939 ! Ca te convient ?

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 20:31 - Signaler un abus Plongeur

    Et je persiste et signe! Faut arrêter de nous gonfler les roubignolles avec la hantise de l'inflation des allemands! Ceux qui ont connu l'inflation des années 30 sont....morts! Non cette situation arrange l'Allemagne dont tout connaisseur ( même pas spécialiste) sait qu'elle fait de la Real politik! L'allemand basique n'a pas changé: je les ai vu fonctionner en Slovaquie: Oh, on ne disait pas aux slovaques qu'ils étaient des Untermenschen mais... Et par ailleurs cela a été renforcé par la réunification car l'Allemagne a récupéré la Prusse! Demande donc à ceux qui se souviennent du temps bénit des communistes comment se comportaient les gens de la DDR ? Bon maintenant casse pas les assiettes! et t'as même droit à une pause !

  • Par philippe de commynes - 30/05/2018 - 21:30 - Signaler un abus Amalgame éronné Italie Grèce

    Pardon de rappeler une lapalissade, mais l'industrie grecque ce n'est à peu près que dalle (à moins de considérer l'arnaque aux fonds structurels européens comme une industrie ...), l'industrie italienne c'est plus que celle française ... Si la Grèce avait été boutée hors de la zone euro, il n'y a guère que la féta et l'ouzo qui serait leur serait resté accessible, et encore pour les gens ne dépendant pas de l'état (fonctionnaires, retraités, pensionnés divers) celui ci n'ayant plus eut la possiblité de s'endetter pour les payer ... Si l'Italie sort de la zone Euro, elle a un solde budgétaire primaire positif ( les recettes excédent les dépenses, et ce surplus sert à diminuer la dette) , donc les gens dont les revenus dépendent de l'état peuvent se rassurer , et si l'euro-lire est dévalué ... et bien les Italiens qui achetaient des Volkswagen, du vin français, et allaient skier en Suisse ne changeront rien à leur style de vie, sauf qu'ils consommeront italien : ils n'en mourront pas, et si c'est le prix à payer pour faire renouer l'Italie avec la croissance, c'est encore un prix raisonnable.

  • Par philippe de commynes - 30/05/2018 - 21:36 - Signaler un abus donc la situation

    des deux pays est on ne peut plus dissemblable: les grecs bluffaient en disant "ne nous poussez pas à bout ou nous sortons de l'Euro et alors il explose" alors que tout ce qui aurait explosé aurait été l'économie grecque, les "eurocrates" bluffent en voulant faire croire aux italiens que s'ils sortent de l'euro leur économie explose, alors que tout ce qui explosera sera l'euro : maintenant ce sont les italiens en position de force.

  • Par kelenborn - 30/05/2018 - 23:17 - Signaler un abus Oui mon Philou

    Mais j'ai l'impression qu'avec Philippe le bel vous avez un peu trop arrosé les grillades de templiers... Tu sembles confondre déficit budgétaire ( différence entre recettes et dépenses des administrations publiques ) et...déficit extérieur. Il y a bien des relations entre les deux mais.... elles sont très compliquées! Deuxièmement ce n'est parce que l'Italie se comporte plutôt mieux que la France en matière d'échanges extérieurs que ce que tu racontes est aussi simple! l'Euro lire comme tu dis peut être dévalué c'est pas pour autant que les italiens vont acheter du...pétrole italien !!!!!!!!!!!

  • Par philippe de commynes - 31/05/2018 - 09:22 - Signaler un abus Kelenborn

    Je ne confond pas déficit budgétaire et commercial, l'Italie a un solde primaire positif : les RECETTES de l'état sont SUPERIEURES à ses DEPENSES avant côut de la dette, celui ci réintégré l'Italie a effectivement un déficit budgétaire, alors l'intérêt de cette mesure : montrer que même si l'Italie a une dette élevée, ses finances sont quand même sous contrôle.

  • Par kelenborn - 31/05/2018 - 09:34 - Signaler un abus tiens plongeur, tu vas être en apnée

    L’Italie sort exsangue de 10 années de crise. C’est le seul de pays de la zone euro où le PIB par habitant est inférieur en 2018 à son niveau de 1999, année de la création de la monnaie unique. Le PIB se maintient à 5,5 % en dessous du niveau antérieur à la crise.Fin 2017, la production industrielle était inférieure de 20 % à son niveau d'avantcrise, contre 8,5 % pour la France et 6 % pour l'Allemagne. Le secteur du bâtiment sort totalement sinistré après 10 ans de crise. Selon l’institut statistique italien, entre 2008 et 2015, 123 583 entreprises (soit 20 % des sociétés du bâtiment en 2008) ont été mises en faillite. 45,5 % des PME de ce secteur ont ainsi disparu.Le taux de chômage reste très élevé. Il s’est établi à 11,1 % de la population active. Chez les Italiens âgés de 15 à 24 ans, le taux de chômage demeure très important à 31,5 %.L’Union européenne prévoit une croissance de 1,5 % en Italie en 2018 qui se ralentirait en 2019 à 1,2 %. Ces taux seraient inférieurs à la moyenne européenne.

  • Par kelenborn - 31/05/2018 - 09:41 - Signaler un abus et puis aussi celle la, ds le même article

    " Quand un ostmark a été échangé contre un deutschemark, l’Allemagne de l’Ouest a consenti un effort budgétaire conséquent pour remettre à niveau les anciens länder de l’Allemagne de l’Est." Eh oui c'est l'Allemagne: rien n'a changé depuis Bismarck! Quand on fait du GrossDeutschland, rien n'est trop cher. En revanche , pour les Untermenschen.... Et quand on pense qu'on a encore des charlots comme Macroléon ou des diminués du bulbe comme Lemaire , Quatremer and co pour parler de la Françallemagne: Francisque au bistrot, Marianne sur le trottoir " Tu attendais la contradiction!!!! Les WC étaient fermés de l'extérieur ?

  • Par kelenborn - 31/05/2018 - 09:49 - Signaler un abus Mon Philou

    "je ne confond pas déficit budgétaire et commercial" Quel rapport entre le prix de l'Ouzo et celui des Volkswagen et l'état des finances publiques ? Peut être , dans ta tête, fais tu la distinction mais le moins que l'on puisse dire est que sur le papier c'est de la soupe aux Schtroumpfs! Il est probable que Satan t'habite et que le bucher t'attend ( j'ai pas dit le boucher ta tante)! Mets toi à la place d'Ah2bouh !!! Il va penser que tu parles des finances de Johnny !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€