Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les grandes lignes de la réforme des retraites du gouvernement

Les "grands principes" de la future réforme des retraites ont été dévoilés ce mercredi par l'exécutif devant les partenaires sociaux.

Retraités de demain

Publié le
Les grandes lignes de la réforme des retraites du gouvernement

 Crédit STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Jean-Paul Delevoye, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, a dévoilé ce mercredi les "premiers grands principes" de la future réforme des retraites.

Les grandes lignes de la réforme ont donc été dévoilées. L'âge légal restera bien fixé à 62 ans. Le futur système "universel" remplacera les 42 régimes de retraites existants. Le système sera "public, par répartition" comme actuellement. Tous les assurés cotiseront "dans la limite de 120.000 euros bruts annuels" de revenus d'activité. 

Une des promesses du chef de l'Etat sera respectée : "un euro cotisé vaudra les mêmes droits pour chaque Français".

Les salariés et les fonctionnaires cotiseront donc au même niveau.

Pour la fonction publique, les primes des agents civils et militaires "seront pris en compte pour le calcul des droits à la retraite", contrairement à aujourd'hui où ce n'était pas le cas.  

Les cotisations seont converties en points et seront accumulées tout au long de la vie. Elles seront enregistrées sur un compte unique afin de calculer les futures pensions. 

La réforme va également maintenir les pensions de réversion pour les veuves et veufs. 

Sur le plan du calendrier, la réforme ne concernera pas les retraités actuels, ni ceux qui seront à moins de 5 ans de l'âge de départ lors de l'adoption de la loi.

Les discussions au Parlement sur cette réforme majeure sont envisagées pour le courant de l'année 2019. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 10/10/2018 - 18:24 - Signaler un abus Un immense marché de dupes

    L'objectif inavoué de l'Etat, et des fonds de pensions que sont les caisses de retraites, est de baissé drastiquement les pensions de retraites, parce que mécaniquement ça génèrera de la croissance. Il y aura ceux qui sauront se défendre comme les indépendants, les pharmaciens, médecins, etc. La fonction publique saura également se faire respecter, et il y aura tous les autres retraités du secteur privé qui vont payer pour tous les autres et qui vont se faire laminer. Un gouvernement incapable d'engranger de la richesse, de réduire sa dépense et qui va encore poursuivre l'abaissement du niveau de vie de la classe intermédiaire. Le monde financier adore Macron.

  • Par Fredja - 11/10/2018 - 13:25 - Signaler un abus "un euro cotisé vaudra les mêmes droits pour chaque Français".

    Attention, il y a escroquerie derrière cette affirmation ; les cotisations seront versées à la fois par le salarié et par l'employeur. Et quand l'employeur sera l'état (avec notre pognon), la cotisation employeur sera BEAUCOUP plus élevée que pour le privé ou les indépendants... Vous la voyez venir, la grosse escroquerie ? Comme le dit plus haut citoyen libre, ce sont encore les mêmes qui vont se faire avoir, et qui vont payer pour les autres... J'imagine que les fonctionnaires et les régimes spéciaux vont se faire un plaisir de négocier des cotisations "employeur' modèle géant... Sans compter les primes des fonctionnaires : si elles sont incluses dans le calcul des retraites, elles doivent être soumises à cotisation, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui ! Trop facile de vouloir avoir le beurre, l'argent du beurre et le c...l de la crémière... Ca promet de l'animation au moment de la présentation du texte !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€