Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le gouvernement a dévoilé les grandes lignes du budget 2019

Bercy a officiellement présenté ce lundi le projet de loi de Finances pour 2019. Les ministres ont notamment insisté sur les baisses des impôts pour les ménages et la réduction du déficit public.

PLF 2019

Publié le
Le gouvernement a dévoilé les grandes lignes du budget 2019

 Crédit PHILIPPE LOPEZ / AFP

Le tant attendu projet de loi de Finances (PLF) pour l'année 2019, intitulé "Soutenir le travail, investir pour l'avenir", vient d'être officiellement dévoilé. Le gouvernement a focalisé sa communication sur le pouvoir d'achat. Les ministres Bruno Le Maire (Économie) et Gérald Darmanin (Comptes publics) ont insisté sur le chiffre de la baisse de 6 milliards d'impôts pour les ménages

Ces résultats sont obtenus grâce à des dispositifs déjà annoncés, comme la baisse de la taxe d'habitation pour 80% des Français (3,8 milliards d'euros), la suppression de cotisations salariales (4 milliards) ou bien encore la baisse de la CSG pour près de 300.000 retraités (300 millions). 
 
Bruno Le Maire a tenu à préciser qu'il était vital de parvenir à redresser les finances publiques : 
 
"Pour construire la nouvelle prospérité française et obtenir une croissance durable, il faut des finances publiques bien tenues.
(...) La dette est un poison lent pour notre économie et pour nos enfants".
 
Un déficit public de 2,8% est notamment inscrit pour 2019. Parmi les économies annoncées, 4.164 suppressions de postes  au sein de l'État et des organismes parapublics sont prévues. L’objectif affiché est de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat, dont 50 000 dans le périmètre de l’État. Les secteurs les plus touchés seront le ministère des Comptes publics (2 000 suppressions de postes prévues), l’Éducation nationale (1 800 suppressions), l’audiovisuel public et le réseau extérieur de l’État.
 
Selon Bercy, la hausse du produit intérieur brut devrait atteindre 1,7% en 2019, au lieu des 1,9% initialement attendus. La Banque de France, elle, mise plutôt sur 1,6%. L'année 2019 s’annonçait déjà comme délicate pour les finances publiques en raison de l’entrée en vigueur de la réforme du CICE.
 
Emmanuel Macron va tenter de tenir sa promesse de campagne d’Emmanuel Macron avec la transformation du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges pérennes. Ce dispositif va entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Cette mesure va fortement peser sur le déficit public en 2019. 
 
L’exécutif devra également surmonter la dette de la SNCF Réseau. L’Insee a décidé de l'intégrer à la dette publique, sans attendre sa reprise officielle prévue en 2020. 
 
Votée lors du projet de loi de finances 2018, la baisse de la taxe d’habitation va se poursuivre en 2019 avec une nouvelle étape de 3 milliards d’euros. Elle sera appliquée à 80% des foyers assujettis à cet impôt. Les 17 millions de foyers concernés ne devraient plus payer du tout de taxe d’habitation en 2020. L’objectif vise à une disparition pour tous de cet impôt en 2021. 
 
Les entreprises devraient être mises à contribution dans le PLF 2019, à travers la fin du taux réduit de taxe sur les carburants dans certains secteurs, ou encore via l'augmentation du taux de versement du cinquième acompte de l'impôt sur les sociétés. Les entreprises vont néanmoins bénéficier de la transformation du CICE en baisse de charge. Bercy a maintenu son engagement de réduire le taux de prélèvements obligatoires de 1 point d'ici à la fin du quinquennat.
 
"Dès le 1er septembre 2019, les cotisations salariales sur les heures supplémentaires seront supprimées pour tous les salariés", selon des révélations d'Édouard Philippe. Cette mesure devrait rapporter "en moyenne plus de 200 euros supplémentaires par an" pour les salariés payés au Smic et coûter environ deux milliards à l’État.
 
Les allocations familiales et les aides personnalisées au logement, ne seront revalorisées que de 0,3% l’an prochain alors que l’inflation est actuellement attendue à 1,3%. Cette démarche permettra de réaliser près de deux milliards d’économies. 
 
Les pensions de retraites vont être désindexées de l’inflation. La revalorisation sera limitée à 0,3%. Cette mesure, permettant d'obtenir plus d’un milliard d’euros d’économies, pourrait ne pas être appliquée de manière uniforme. 
 
Les taxes sur le diesel augmenteront de 6,5 centimes d’euro par litre l’année prochaine. Celles sur l’essence vont progresser de 2,9 centimes. Le crédit d’impôt sur la transition écologique (CITE), qui permettait notamment de financer l’isolation d’un logement, sera revu à la baisse.
 
Les crédits alloués au logement devraient baisser de 1,16 milliard d’euros, avec notamment le nouveau mode de calcul des APL, qui se fondera sur les revenus actuels des bénéficiaires et non plus sur les revenus enregistrés deux ans plus tôt. Cette économie devrait être de l'ordre d’un milliard d’euros.
 
Sur le front de l'emploi, une réduction du nombre de contrats aidés est prévue avec une baisse de crédits de 2,1 milliards d'euros. 
 
Le budget 2019 va donc tenter de concilier baisses d'impôts et maîtrise du déficit public.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 24/09/2018 - 17:29 - Signaler un abus Donne-moi ta montre,

    je té donnerai l'heure.

  • Par vangog - 24/09/2018 - 22:13 - Signaler un abus Suppression de cotisations salariales ...

    pour des heures sup qui n’ont pas encore eu lieu, c’est une simple hypothèse de travail. Et, dans le contexte de baisse de l'activité tous azimuts que vit la France gauchiste, il n’est pas du tout certain que les entreprises aient besoin d’heures supplémentaires...et, pour ce qui concerne les 3,8 milliards d’economie sur la taxe d’habitation, Macrouille avait promis que ce manque à gagner serait intégralement compensé pour les communes...ces 3,8mliards doivent donc être budgétés par l'état PS-Macroniste, si Macrouille n’est pas un menteur...ce dont je doute fortement (un mec qui voit des menteurs partout, ne peut être, en même temps, que spécialiste en mensonge!)

  • Par ajm - 25/09/2018 - 16:21 - Signaler un abus Brouillard savant pour cacher la prédation fiscale

    Curieux ce budget de l'Etat où tout est opportunément mélangé , ce qui dépend réellement du budget de l'Etat, très déficitaire, et le reste, notamment les dépenses relevant des différentes branches de la SC , financées notmalement par des contributions spécifiques dédiées et qui est globalement équilibré ou très proche de l'équilibre. Cela permet, dans un brouillard volontairement projeté, de diluer les responsabilités et les vrais causes des déficits, avec un siphonnage organisé par Bercy grâce un une CSG, graal et arme fiscale de dissuasion fatale .

  • Par Anguerrand - 25/09/2018 - 17:03 - Signaler un abus Tous les impôts augment

    Le déficit ne baisse pas et les dépenses d’etat continuent à augmenter . La France est recordwomen au monde dès prélèvements et on voudrait que l’economie redémarre, même un enfant comprendrait que ce n’est pas possible. La France va emprunter 100 milliards de plus pour boucler son budget soit plus qu’en2017. Notre dieu Macron a une grande gueule mais la costume bien trop grand. Par contre pour ses vacances au Fort il nous réserve ses factures y compris la piscine pour sa femme et toute sa grande famille

  • Par lasenorita - 25/09/2018 - 18:08 - Signaler un abus La dépense publique + de 56% du PIB

    La dépense publique,en France,représente 56,6%...en Allemagne 44%...voir http://www.jeanmarc-sylvestre.com/qui-peut-nous-dire-pourquoi-la-france-depense-280-milliards-d-euros-de-plus-que-l-allemagne-personne...Macron dépense,sans compter,les sous des contribuables français qu'il accable d'impôts et de taxes,mes impôts ne diminueront pas en 2019,ainsi que ceux des ''Français moyens''!Macron fait le ''généreux'' avec les sous des contribuables français,il distribue nos sous aux musulmans (qui nous envahissent)au lieu de diminuer les dépenses!...Dans les médias ''officiels'',payés par nos impôts,on nous raconte que tout va bien!...je ne les écoute pas et je préfère croire les journaux ''de droite'' que je reçois et qui,eux,disent la vérité!...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€