Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gérard Collomb promet de rétablir l'Etat de droit

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, est intervenu lors des questions au gouvernement dans la journée de mercredi. Il a réaffirmé son intention de rétablir l'Etat de droit.

Le retour de l'Etat de droit ?

Publié le
Gérard Collomb promet de rétablir l'Etat de droit

 Crédit FRANCOIS GUILLOT / AFP

Gérard Collomb a tenu à dissiper tous les doutes et à réaffirmer son autorité. Le ministre de l'Intérieur a affiché sa détermination face à la grogne qui secoue actuellement le pays dans les universités, sur le site de Notre-Dame-des-Landes ou dans le cadre de la grève des cheminots. 

Gérard Collomb a indiqué que "l'Etat de droit" serait rétabli "partout" et "en particulier dans les facultés" qui font face au mouvement de protestation contre la réforme de l'accès à l'université.
 
Le ministre de l'Intérieur était interrogé par la députée LREM de l'Hérault Patricia Mirallès sur les incidents, en marge d'une manifestation samedi à Montpellier contre le gouvernement.
 
Gérard Collomb considère qu'il ne fallait pas que la "convergence des luttes puisse être synonyme de la convergence des casseurs."
 
La manifestation du week-end dernier à Montpellier a réuni des anarchistes, des opposants à l'expulsion des zadistes ou bien encore des militants défendant les droits des migrants.
 
Reste à savoir si Gérard Collomb enverra des CRS afin de libérer les locaux de Sciences Po Paris, occupés par des étudiants grévistes, comme ce fut le cas récemment à Nanterre, où le recours à la force a été très contesté dans les milieux étudiants et universitaires. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 18/04/2018 - 20:46 - Signaler un abus Etat de droit

    Au lieu de discuter il ferait mieux d'agir, dans les universités, dans les banlieues et dans les ZAD. Mais il ne fait rien, c'est un contemplatif.

  • Par vangog - 18/04/2018 - 21:30 - Signaler un abus L’aveu!

    La France gauchiste n’est pas un état-de-droit, contrairement à ce que nous répètent tous les benêts...puisqu’il faut le rétablir. difficile de faire confiance à un socialaud pour réparer ce qu’Il a cassé. Il faudrait mieux demander à une spécialiste!

  • Par Max.B - 19/04/2018 - 08:20 - Signaler un abus C'est quoi l'etat de droit?

    Cela fait plus de 30 ans que l'etat de droit n'est plus respecté dans les banlieues, mais on dépense toujours autant d'argent pour les faire vivre et les personnes se plaignent mais ne dénoncent pas car ce sont leurs enfants qui regnent

  • Par Atlante13 - 19/04/2018 - 10:31 - Signaler un abus Et vous le croyez encore?

    quand les femmes de gendarmes vous disent que leurs maris ont interdiction absolue de se servir de leurs armes, de répondre aux coups et blessures qu'ils reçoivent? Ce vieux guignol socialiste est incapable de prendre une quelconque décision. Sauf celle de ne rien faire.

  • Par Liberdom - 19/04/2018 - 16:05 - Signaler un abus Ridicule

    Son altesse sénilissime, dans un éclair de lucidité, a réussi à aligner une phrase cohérente... pour dire une connerie.

  • Par A M A - 19/04/2018 - 16:08 - Signaler un abus Bon courage, Filochard....

    Bon courage, Filochard....

  • Par Sangha26 - 20/04/2018 - 15:55 - Signaler un abus pas à la hauteur...

    Pas à la hauteur, le ministre ! Pas étonnant, il vient du socialisme.... Ces gens-là ne seront jamais vaccinés de leur angélisme et il est incapable de prendre des mesures à la hauteur du désordre qui sévit dans le pays en ce moment et qui entrave tout !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€