Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Gérard Collomb annonce le retour d'une police de proximité "dès la fin de l'année"

C'était une promesse d'Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle.

Mesures

Publié le
Gérard Collomb annonce le retour d'une police de proximité "dès la fin de l'année"

C'est un symbole controversé qui va faire son retour. Dans un entretien au journal Le Figaro mercredi, Gérard Collomb a annoncé que la "police de la sécurité du quotidien" – une police de proximité promise par le président de la République pendant la campagne présidentielle - commencera à être déployée "dès la fin de l'année". En revanche, impossible de savoir pour l'instant de combien d'agents elle sera dotée ni de quel budget elle disposera.

"Je viens de prendre connaissance d'un rapport que j'ai demandé à mes directions sur le sujet" a précisé le patron de la place Beauvau.

Dans cet entretien, le ministre de l'Intérieur promet également "des postes de policiers et de gendarmes dans les métiers de la sécurité publique, d'investigation, du contrôle aux frontières et du renseignement (DGSI et renseignement territorial), non pas par tranches de 1000 postes par an, mais en mettant l'accent sur les trois premières années, en portant l'effort sur les budgets 2018, 2019 et 2020".

Symbole de la politique sécuritaire de Lionel Jospin avant d'être supprimée par Nicolas Sarkozy à son arrivée à l'Élysée, la police de proximité a été au cœur de nombreux débats sur la sécurité, notamment pendant la campagne. Elle est souvent présentée à gauche comme un symbole d'apaisement entre jeunes et police dans les quartiers difficiles, alors que beaucoup à droite préfèrent le concept de police d'intervention.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Klaus02 - 16/08/2017 - 12:58 - Signaler un abus On est sauvés...

    La police de proximité, la tarte à la crème des gouvernements socialistes...

  • Par J'accuse - 16/08/2017 - 13:09 - Signaler un abus Socialisme pas mort

    Un symbole d'apaisement avec les jeunes voyous n'a jamais amené plus de sécurité, bien au contraire. Comme si les délinquants l'étaient parce que les policiers étaient méchants avec eux... Les pauvres! Et en plus, le socialiste Collomb n'a ni le budget ni les agents pour sa police d'apaisement. Le PS est agonisant, mais pas sa politique.

  • Par assougoudrel - 16/08/2017 - 13:22 - Signaler un abus Si c'est pour voir des policiers

    jouer au foot avec les jeunes des cités, je ne vois pas l'intérêt. Il faudra aussi gonfler l'effectif des "grands frères" pour leur expliquer que leur jeter des cailloux et autres projectiles n'est pas bien. On a besoin de policiers pour nettoyer ces quartiers et non cette foutaise.

  • Par bebert4 - 16/08/2017 - 13:49 - Signaler un abus Rééquilibrage

    Les socialistes (et les autres) nous ont déjà apporter la délinquance de proximité

  • Par Leucate - 16/08/2017 - 15:30 - Signaler un abus Et c'est reparti les c...es

    La police de proximité, c'est excellent ! Mais comment des policiers isolés peuvent-ils "sécuriser" les autres alors qu'ils ont eux-mêmes la peur au ventre dès qu'ils s'aventurent dans le quartier. La "police de proximité" (ha ! ha ! ha !) ne pourra s'installer dans un quartier qu'une fois qu'un sérieux coup de karcher y aura été donné, et pas avec le pistolet de plage sans eau de cet imbécile de Sarko. Cela suppose de vastes opérations de police judiciaire appuyées par les forces mobiles de sécurité afin de nettoyer le quartier de toute la racaille qui y trouve refuge mais la question devient alors: où les mettre une fois arrêter et comment une Justice en déconfiture serait-elle capable de juger cette masse en lui infligeant les peines prévues dans notre code pénal.

  • Par clint - 16/08/2017 - 16:25 - Signaler un abus Les français ont voté pour un président de gauche : ils l'ont !

    De toute façon ils n'iront pas dans les territoires "interdits" !

  • Par Anguerrand - 16/08/2017 - 16:56 - Signaler un abus Quelles conneries

    Un policier " de proximité" me racontait qu'il avait le choix entre deux solution, s'attaquer à la délinquance, seul contre 40 dealers et supporter les représailles à domicile contre sa famille, sa voiture et aller au travail la peur au ventre. Ils avait affaire à de véritables gangs. Deuxième solution faire ami ami avec les délinquants et détourner le regard de la délinquance. Ça été un bide total qui n'a jamais fait baisser la délinquance et occupé des milliers de policiers. Seul des policiers extérieurs peuvent intervenir, pas le " copain" policier deproximité. Mais en Socialie on adore recommencer ce qui ne fonctionne pas et coûte cher.

  • Par tubixray - 16/08/2017 - 19:42 - Signaler un abus Dérisoire et encoer

    Face à ces "jeunes" ou plutôt des barbares qui ont la haine de la France on va leur jeter en pâture quelques jeunes policiers qui n'auront comme seul objectif de rentrer chez eux le soir sans avoir été tabassés.....Ils ne comprennent que la force que ce soit dit et la France est faible y compris dans les maisons d'arrêt ou les pires d'entre eux séjournent parfois ....

  • Par Poussard Gérard - 16/08/2017 - 20:44 - Signaler un abus ces missions relevent de la police municipale

    Et surtout pas de la police nationale. ... Pauvre Collomb, qui a 72 ans est le symbole du renouvellement en remettant au gout du jour une police de proximité alors que ce nest pas son role....

  • Par jc0206 - 16/08/2017 - 21:08 - Signaler un abus Ben mon Collomb .....

    Surtout n'oublie pas de féminiser ta police de proximité, les "cailleras" vont adorer.

  • Par vangog - 16/08/2017 - 21:54 - Signaler un abus Retour vers le passé socialiste...

    Le PP: "s'il vous plaît, brave jeune-homme, auriez vous l'obligeance de me présenter vos papiers d'identité?..." le djeun-hom: "Ziva le pépé! Tu crois que j'me balade avec mon currenculum vitel, t'es fou toi! Retourne dans ta garnison, hé Français, avant que j'appelle mes grands-frères: comment ils vont te les présenter leurs Cévés..."

  • Par cloette - 17/08/2017 - 08:40 - Signaler un abus Il y a déjà eu ça

    loukoums et bisou- nounours , un plouf dans l'eau, de l'argent dépensé, et du temps perdu , la poudre de perlimpinpin qui n'a aucun effet, sinon un effet négatif , tout ça pour ça ,Gérard Collomb ?

  • Par jurgio - 17/08/2017 - 14:30 - Signaler un abus Au moins un avantage :

    les policiers sont plus vite rentrés chez eux.

  • Par Beredan - 17/08/2017 - 16:42 - Signaler un abus Ridicule ....

    Le mafioso est à côté de ses pompes...

  • Par Borgowrio - 18/08/2017 - 14:16 - Signaler un abus Police alibi , couteuse , inutile

    Les policiers municipaux qui se promènent en couple quand tout va bien , qui rentrent chez eux le soir . Quand le bordel commence , rodéos , cris , klaxons , incivilités , ils dorment . De toute façon , que peuvent ils faire ? Par contre le budget de la mairie aura besoin de vous ... Il vous faudra payer

  • Par vangog - 19/08/2017 - 21:59 - Signaler un abus Au moment où Macron veut amputer le budget

    des municipalités de 90% de la taxe d'habitation, pour cause de promesse électorale irrationnelle, son ministre de l'intérieur pond une nouvelle dépense socialiste obligatoire à assumer par les municipalités..."ils sont soit fous, soit cons, soit les deux!" Je vous dis...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€