Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les frondeurs ? "Une épée dans le dos" tranche François Hollande

L'ancien président a donné sa première grande interview sur RTL. L'occasion de revenir sur son quinquennat.

Le retour

Publié le
Les frondeurs ? "Une épée dans le dos" tranche François Hollande

 

François Hollande sort du silence. Sur RTL, l'ancien président a donné sa première grande interview. Voici ce qu'il faut retenir.

Emmanuel Macron : "Je laisse le pays dans un meilleur état et tant mieux pour Emmanuel Macron", explique l'ancien président. "Je suis pour que notre pays réussisse. Donc je suis pour qu'Emmanuel Macron, président de la République, puisse réussir son mandat." Il estime que Macron n'avait pas prévu d'aller au bout dès sa démission en 2016. "Il a vu qu'avançant, il suscitait un accueil dans l’opinion parce qu'il avait des idées et des propositions et, surtout, il s'était placé hors du système" estime François Hollande.

Les frondeurs : "C'est une épée dans le dos, on peut le dire comme cela" explique-t-il, soulignant que "l'on peut en tout cas en être blessé très sérieusement, je m'en suis rétabli". Les frondeurs ont été "une difficulté supplémentaire" poursuit-il. "Il ne devait pas y avoir de doutes." Et de conclure : "Si il avait fallu les exclure, je pense que je n'aurais même plus eu de majorité durant le quinquennat."

Son bilan : S'il reconnait un manque de pédagogie, il estime avoir été "un président honnête, courageux dans des circonstances très difficiles et qui a mis l'intérêt général au-dessus de toutes considérations" et estime avoir "réussi, avec l'effort engagé par les Français, à créer 500.000 emplois sur les deux dernières années".

La relation avec le pouvoir : "Le pouvoir, c'est très important mais ce n'est pas en soi ce qui me mobilise. Je considère qu'il y a une cause plus grande qui est de savoir ce que l'on peut faire pour son pays."

Affaire Urvoas : "Si les faits sont avérés, ils sont graves" a-t-il tranché, en référence au soupçon de violation du secret professionnel. "Ça m'étonne qu'on lui reproche cela, je vous le dis franchement" soulignant que son ancien ministre "aura, de toute façon, à s'expliquer devant la Commission d'instruction de la Cour de justice de la République".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jurgio - 14/12/2017 - 22:57 - Signaler un abus Hollande nous fait de la nov'langue

    « une épée dans le dos » Que signifie cette expression ? Une épée au-dessus de la tête ou une épée dans les reins ? Ni oui ni non, nous dira celui qui n' a jamais su se décider pour une solution ou pour une autre.

  • Par Liberdom - 15/12/2017 - 00:08 - Signaler un abus Pauvre nul

    Il a créé 500.000, emplois? de faux emplois pour travestir les chiffres et pouvoir se représenter. Dans l'intérêt général? Mon oeil : plus sûrement dans l'intérêt de sa petite bedaine de clown grotesque. Une épée dans le dos ? alors qu'il ne méritait qu'un grand coup de pompe dans le train.

  • Par essentimo - 15/12/2017 - 07:05 - Signaler un abus Une épée ?

    C'est un poignard et il ne méritait pas mieux.

  • Par BABOUCHENOIRE - 15/12/2017 - 15:42 - Signaler un abus Mais pourquoi faut il que les journalistes lui demandent des

    explications . Son passage présidentiel a bien montré toutes ses qualités et 5 ans c’était bien trop , 2 ans aurait largement suffi, alors n'en rajoutons plus

  • Par Atlante13 - 15/12/2017 - 17:44 - Signaler un abus Vous avez dit

    dans le dos?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€