Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fraude fiscale : Ikea dans le collimateur du fisc européen

Un rapport publié vendredi par des eurodéputés révèle "comment l'entreprise multinationale suédoise s'est structurée pour soustraire à l'impôt plus d'un milliard d'euros ces six dernières années".

Bricolage

Publié le
Fraude fiscale : Ikea dans le collimateur du fisc européen

Bruxelles "a pris bonne note de ce rapport et va l'étudier en détail", assure la Commission européenne.  Crédit REUTERS/Neil Hall

Selon les conclusions d'un rapport rédigé par plusieurs députés européens, Ikea a réalisé un montage financier complexe dans différents pays de l'Union européenne afin de se soustraire à 1 milliards d'euros d'impôts entre 2009 et 2014.

Les élus écologistes du parlement européen ont remis leurs travaux à la Commission européenne vendredi 12 février, et demandent l'ouverture d'une enquête sur de possibles infractions aux règles fiscales de l'UE.

Comme le révèle ce rapport, Ikea fait verser par ses magasins une redevance sur leur chiffre d'affaires à une entreprise établie aux Pays-Bas, avant que ces sommes ne transitent par le Luxembourg et le Liechtenstein.

Selon Vanessa Mock, porte-parole de la Commission européenne chargée des services financiers et de la fiscalité, Bruxelles "a pris bonne note de ce rapport et va l'étudier en détail".

Dans un mail adressé à l'AFP, après avoir été interrogé sur la publication de ce rapport, Ikea affirme "payer ses impôts conformément aux législations nationales et internationales". 

"Nous tenons à continuer à développer nos activités en Europe et nous nous réjouissons d'échanger sur une harmonisation du système fiscal international (…) Au cours de l'exercice financier 2015, Ikea Group a payé des impôts pour un montant total de plus de 1,5 milliard d'euros, et sur les cinq dernières années (entre 2011 et 2015), le total s'élève à environ 7,5 milliards d'euros", explique également le géant du meuble dans ce courrier. 

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€