Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Hollande au JT de 20h : le chef de l'Etat défend son remaniement et explique qu'il ne "marchande pas" les entrées au gouvernement

Remaniement, déchéance de nationalité, relance de l'économie, crise de l'agriculture et primaire 2017 ont fait l'objet de discussions.

Mise au point

Publié le
François Hollande au JT de 20h : le chef de l'Etat défend son remaniement et explique qu'il ne "marchande pas" les entrées au gouvernement

François Hollande a énuméré ses trois grandes priorités pour le pays : protéger les Français, relancer l'emploi, réussir la transition énergétique. Crédit Reuters

Le président de la République s'est exprimé ce jeudi à la télévision de son bureau de l'Elysée. Interrogé par David Pujadas et Gilles Bouleau, il a abordé de nombreux points cruciaux.

Concernant le remaniement, François Hollande a tout d'abord souligné qu'il n'avait pas intégré les Verts au gouvernement (Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili) en vue de l'élection de 2017. "Il n'y a pas de marchandage. Je ne négocie pas", a-t-il assuré. La rumeur d'un accord avec Emmanuelle Cosse sur un projet de referendum local à Notre-Dame-des-Landes a fait couler beaucoup d'encre ce jeudi. Le chef de l'Etat a tenu à clarifier la situation : "Il y a un blocage à Notre-Dame-des-Landes.

Il faut prendre une décision. D'ici le mois d'octobre, il faudra organiser un référendum local sur la question. Mais cette idée avait déjà été soulevée il y a longtemps. Je vous rappelle que Jean-Marc Ayrault qui revient au gouvernement est très attaché au projet de construction de l'aéroport."

François Hollande a ensuite énuméré ses trois grandes priorités pour le pays : protéger les Français, relancer l'emploi, réussir la transition énergétique. Le troisième point semble justifier la présence des Verts au gouvernement. "Nous devons  agir, réformer, avancer", a-t-il martelé. "Prendre des  décisions pour faire avancer le pays peut conduire à l'impopularité", a-t-il expliqué.

Le président de la République a ensuite évoqué la question de l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution. "L'état d'urgence ne peut pas être un état permanent", a-t-il précisé. Avant d'ajouter : "La déchéance de nationalité n'est pas une invention. Elle est déjà dans le code civil. La France ne doit pas être suspendue à cette modification de la Constitution."

Concernant l'économie, François Hollande a rappelé qu'il fallait réformer le code du travail mais sans toucher aux fondamentaux (SMIC). "Il faut de la souplesse pour les entreprises et de la sécurité pour les salariés", a-t-il dit tout en évoquant les mérites du pacte de responsabilité. Le chef de l'Etat a ensuite défendu la loi sur le travail dominical : "La loi Macron a été saluée et appliquée sous certaines conditions."

La crise de l'agriculture a également été discutée. Une crise que François Hollande explique par la baisse vertigineuse du cours du porc et par l'embargo russe. Le président a souligné la nécessité du choc de simplification mais pas aux dépens de la sécurité et de la santé. Et d'insister ensuite sur la nécessité d'un plan européen de stockage.

L'entretien s'est terminé sur la question de la primaire à gauche pour 2017. "Les partis peuvent s'organiser mais, personnellement, je sais ce que j'ai à faire. Je serai pleinement président jusqu'au bout", a déclaré le chef de l'Etat.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par arcole 34 - 12/02/2016 - 06:12 - Signaler un abus A DEFAUT DE TRANSITION ENERGETIQUE NOUS AVONS UN GOUVERNEMENT

    Remanié de transition à basses calories, en attendant l'année prochaine et cela pour expédier les affaires courantes pour ne pas soulever de vagues avant les élections. Quand à dire que l'entrée des verts est anodine et non négociée, à d'autres mais pas à moi, cela faisait des mois que Pompili , Placé et compagnie avaient quittés EELV ne supportant plus Duflot et Cosse et racontait sur les chaines d'informations en continu qu'ils s'étaient découverts compatibles avec Hollande et Valls . Un maroquin ne leur faisant pas peur à l'instar de la khmer Verte Duflot .Le poids des mots et le sens des idées chez Flamby en effet comment concilier la réforme et la modernisation avec des verts qui sur le terrain sont ceux qui n'hésitent plus à s'opposer physiquement à ladite modernisation et effectivement le dossier de Notre-Dame-Des-Landes va être un sacré test pour la cohésion de la majorité d gauche.Nous verrons s' il y aura adéquation entre ce qui sera décidé parles verts au gouvernement et les verts des partis d'extrême verdure qui agissent sur le terrain. Mais de toute façon c'est selon Macron un gouvernement de transition temporaire en CDD pour une politique une flexibilité de l'emploi.

  • Par pandore - 12/02/2016 - 08:10 - Signaler un abus lamentable pitrerie

    Bien sûr qu'il négocie.....sinon pourquoi ce référendum local à NDDL ??? Et d'ailleurs local ça veut dire quoi pour lui ??? C'est un projet au minimum régional .....aussi faut-il faire voter les ligériens et les bretons . Comme d'habitude du temps perdu et pendant cce temps là les autres avancent

  • Par zouk - 12/02/2016 - 10:36 - Signaler un abus Fr. Hollande ne marchande pas les entrées au Gouvernement

    Nous prend il donc tous pour des crétins incurables?

  • Par vangog - 12/02/2016 - 18:39 - Signaler un abus C'est vrai, il ne marchande pas...il négocie!

    ...contre quelques centaines de milliers de voix.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€