Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Fillon n'a pas réussi à convaincre les classes populaires

Tous les indicateurs le montrent : ce sont les sympathisants aisés et plutôt âgés qui ont choisi le candidat. Avec le risque d'échouer aux portes de l'Élysée.

Base restreinte

Publié le
François Fillon n'a pas réussi à convaincre les classes populaires

Raz-de-marée, il y a bien eu. Mais le raz-de-marée filloniste n'est pas vraiment le mouvement populaire attendu à droite. "D’une commune à l’autre, d’un quartier à l’autre, la participation a été multipliée par dix" souligne le Monde dans une enquête sur la sociologie du vote. Là où le niveau de vie est élevé, la participation est très forte : entre 25% à36% pour les circonscriptions les plus mobilisatrices, situées en Ile-de-France ou dans le grand ouest. Surtout, les régions les plus pauvres, marquées par la présence du Front national (Moselle ou Pas-de-Calais) affichent des taux de participation dérisoires, entre 2% et 3,5%.

A LIRE AUSSI - Fillon, c’est pas encore gagné… Les 7 combats idéologiques que le vainqueur de la primaire devra remporter pour se faire élire ET gouverner

De la même façon, les villes avec des taux de chômage élevés ont très peu participé. Même si elles sont dirigées par la droite, comme c'est le cas de Tourcoing. "Ce ne sont que quelques exemples d’une longue liste. Sur toute la France, les territoires ruraux les plus isolés et les endroits paupérisés ne se sont pas sentis concernés" souligne Le Monde. De la même façon, François Fillon a profité du vote des inactifs (45% des votants à la primaire, selon un sondage Harris Interactive) et des plus de 50 ans, qui ont représenté 55% des votants.

Dès lors, même si les premiers sondages pour la présidentielle sont favorables, François Fillon risque de se trouver limité s'il ne parvient pas à élargir sa base. Deux camps s'opposent d'ailleurs au sein même des fillonistes, entre ceux qui souhaitent faire bouger le candidat sur ses mesures les plus radicales et ceux qui, au contraire, réclament une droiture et une intransigeance. Pour l'ancien Premier ministre, le combat ne fait que commencer…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 29/11/2016 - 11:53 - Signaler un abus Foutaise

    Ça existe encore des classes aisées en France, à part les bobos qui sont de Gauche? Il n'y a presque plus de classe moyenne depuis plus de quatre ans. Hollande a privilégié ses électeurs au détriment de la classe moyenne et des retraités, bien que certains disent que les vieux qui ont voté la primaire sont tous des nantis.Si cela continu, comme les pays du tiers monde, il y aura une élite et des pauvres. Sans classe moyenne, un pays est foutu.

  • Par vangog - 29/11/2016 - 11:59 - Signaler un abus Francois Fillon, le parti (pris) de la bourgeoisie provinciale!

    Nous, les patriotes, préférons le peuple dans son ensemble, sans distinctions, et nous recommencerons à rembourser les traitements pour les enfants, dé-remboursés par les UMPSECOLOCOCOs pour mieux rembourser les traitements anti-SIDA...et nous continuerons à rembourser le doliprane et l'advil, pour les familles, contrairement à Francois Fillon, comptable de la décroissance...

  • Par TADD - 29/11/2016 - 12:04 - Signaler un abus ça dépend aussi

    beaucoup du niveau culturel des gens . Arrêter messieurs les journalistes, sociologues, sondeurs...etc.. de toujours étudier les votes par le clivage riches pauvres, vieux jeunes, ouvriers patrons....etc...Ily a des gens ( et il y en a beaucoup ) qui sont très peu intéressés par la politique . Les "experts Miami " font des scores très supérieurs aux émissions politiques.

  • Par toupoilu - 29/11/2016 - 12:39 - Signaler un abus Bien sur que le clivage est la.

    Les votants de la primaire sont extrêmement majoritairement issus des classes aisées et âgées, pour beaucoup désormais inactifs. Et ce sont ceux qui profiteront des mesures de Fillon, fiscalité, épargne, sanctuarisation des retraites, et qui aussi ne seront pas touchés par les autres, augmentation du temps de travail, fragilisation, etc, qui se sont déplacer ce WE. Il ne faut juste pas oublier que la masse des autres existe, et a aussi le droit de vote. Mais dans mon esprit, il ne faut pas s'opposer à ce programme parce qu'on va le subir et ne pas en etre les beneficiaires, mais parce que ce n'est que la continuation de ce qu'on fait déja, sous Sarkozy, sous Hollande, ET QUI NE MARCHE PAS. La logique de ça, c'est comme au bon vieux temps du communisme, que si ça ne marche pas, c'est parce qu'on n'en fait pas assez, qu'il faut aller encore plus loin, plus fort. Alors qu'il faut juste faire différent.

  • Par ClauZ - 29/11/2016 - 13:20 - Signaler un abus @toupoilu

    "Alors qu'il faut juste faire différent." Eh bien c'est justement ce que Fillon veux faire, différemment, en appuyant sur l'investissement et l’entreprise. Cela n'a pas été fait, la preuve nous sommes champion du monde de la taxation du capital, une incongruité de plus.

  • Par Wortstein - 29/11/2016 - 14:57 - Signaler un abus Les classes populaires

    n'ont pas réussi à me convaincre non plus.....

  • Par vangog - 29/11/2016 - 15:08 - Signaler un abus @ClauZ Quels investissements??????

    les investissements structurels sont, à 80%, le fait des collectivités locales. Nous, les patriotes, avions mis en garde, depuis longtemps, contre la multiplication du mille-feuille des collectivités locales, et contre l'extension du RSA. Aujourd'hui, le département n'investit quasiment plus, consacrant 60% de son budget au RSA , et le reste aux dépenses de personnel. Les communes voient leurs dotations baisser drastiquement, sous l'influence des politiques gauchistes. Comment Fillon peut-il les faire investir dans des infrastructures d'avenir, alors qu'elles ont fait du clientèlisme la pierre de touche de leur édifice branlant?

  • Par von straffenberg - 29/11/2016 - 16:07 - Signaler un abus Une seule solution

    A mon avis réindustrialiser ces régions complètement abandonnées nord ,est , Bourgogne (hors vignoble) pour ne citer que celles là . La pauvreté ne disparaîtra qu'à ce prix la .

  • Par gerint - 29/11/2016 - 16:28 - Signaler un abus Ce n'étaient que les Primaires de Droite

    Maintenant il faut passer à la campagne Présidentielle et le développement des thèmes va s'orienter dans cette direction, on va vite avoir des précisions, sans doute des inflexions devant le profusion des remarques et des attaques.

  • Par langue de pivert - 29/11/2016 - 18:55 - Signaler un abus CQFD !

    Le candidat ne peut-être élu que part les électeurs qui votent c'te connerie (aux primaires comme aux présidentielles :-) ! Celui qui ne trouve pas son bonheur dans "la droite et le centre" il lui restera la gauche et le FN ! (il y a environ 70 candidats potentiels à ce jour pour 2017 si si renseignez -vous :-) Il doit bien avoir compris M. Fillon qu'il ne passera pas au premier tour avec 100% de suffrages exprimés. Rien n'est gagné pour personne !

  • Par crobard007 - 29/11/2016 - 21:00 - Signaler un abus Ah les sociologues, les analystes !!!!

    Ceux là même qui avaient prévu la victoire de CLINTON !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€