Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

France : près de 70 000 détenus, selon l'administration pénitentiaire

Le mardi 19 juillet, l'administration pénitentiaire a annoncé que 69 375 personnes sont incarcérées dans les prisons françaises. Ce nouveau record a été atteint en juillet.

Record

Publié le
France : près de 70 000 détenus, selon l'administration pénitentiaire

Les prisons françaises sont surpeuplées. Crédit Reuters

Selon un rapport publié le mardi 19 juillet par l'administration pénitentiaire, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record au 1er juillet 2016 avec 69.375 détenus contre 68.859 personnes incarcérées en avril 2014. Cette annonce intervient quelques mois après la publication d'une étude qui avait notamment mis en lumière cette problématique.

En mars dernier, un rapport du Conseil de l'Europe avait ainsi classé la France à la 7e place sur les 47 membres de l'organisation paneuropéenne. Outre ce classement, le pays est souvent épinglé par la Cour européenne des droits de l'Homme pour "traitements dégradants" des détenus. Selon de nombreux spécialistes, ces conditions de détention peuvent entraîner des conséquences néfastes au sein de ces établissements: tensions et violences entre détenus et contre les surveillants, diminution des activités et moindre disponibilité des conseillers d'insertion.

La durée des peines a augmenté 

La raison de cette explosion pourrait être due aux conséquences d'un climat sécuritaire suite à la situation actuelle en France. En effet, les juges ont durci les peines. "La durée moyenne des peines a augmenté de 9 à 11 mois, les gens vont plus facilement en prison et plus longtemps", avait indiqué en mars dernier Clarisse Taron, du Syndicat de la magistrature. Les prisons sont surpeuplées et manquent de surveillants (4.000 pour un effectif de 27.000).

Les places de prison manquent. La construction de nouveaux établissements prend en moyenne dix ans et coûte environ 200 000 euros par cellule pour une maison d'arrêt de 500 places. De 2012 à 2015, 3 085 places supplémentaires ont été créées (en tenant compte des fermetures, NDLR). La droite juge que 10 000 à 20 000 places nouvelles seraient nécessaires.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Kisepeu - 21/07/2016 - 13:24 - Signaler un abus prisons

    Pourquoi la France ne construirait pas des prisons en Guyane? C'est moins onéreux . Il est incroyable que les contribuables doivent payer des sommes énormes pour tous ces malfrats.

  • Par vangog - 21/07/2016 - 14:05 - Signaler un abus "Les juges ont durci les peines"??????????

    Quelle est cette République dont les juges roses et rouges, mis en place grâce à l'aveuglement UMPS, décident d'affaiblir ou de durcir la loi, selon leur bon vouloir?...et pourquoi avoir attendu aujourd'hui?...Premier attentat musulman: saint Michel en 1982, et, depuis, une longue litanie de morts dus en très grande partie à l'islamisme...je répète: pourquoi avoir attendu 34 années pour appliquer la loi républicaine décidée par les représentants du peuple? et peut-on avoir confiance dans ces juges qui, hier, "affaiblissaient les peines"???? question subsidiaire: comment créer les 20000 places de prison avant la fin du quinquennat de Flamby, afin que celui-ci ne soit pas considéré par l'UE comme un tortionnaire inhumain, ce qu'il a déjà été, pendant les 4 premières années de son quinquennat?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€