Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La France ne peut pas créer des apatrides" : Manuel Valls refuse l'extension de la déchéance de nationalité à tous les Français

"Cela ne serait pas conforme à l'image, ni aux valeurs, ni surtout aux engagements internationaux de la France." a déclaré le Premier ministre sur BFMTV.

Prise de parole

Publié le
"La France ne peut pas créer des apatrides" : Manuel Valls refuse l'extension de la déchéance de nationalité à tous les Français

Pour sa première grande interview de l'année,  Manuel Valls avait choisi d'accueillir BFMTV dans son bureau de Matignon ce mercredi soir. Alors que l'année 2015 a été marquée par de terribles attentats, le Premier ministre a confié qu'il "ressentait le poids des responsabilités comme citoyen, comme responsable politique et comme père. Nous faisons tout pour lutter contre le terrorisme". Mais le chef du gouvernement n'a pas fait mystère du risque toujours présent. " Il n'y a pas de risques zéros" a-t-il indiqué, précisant qu'il fallait "vivre avec la menace terroriste".

Concernant la déchéance de nationalité, après avoir publié une tribune à ce sujet dans L'Obs, le locataire de Matignon a tenu à défendre à nouveau cette mesure controversée. "Être Français, c'est un honneur. J'ai fait le choix de devenir Français", a-t-il poursuivi,  en référence à son histoire (Manuel Valls, né espagnol, a acquis la nationalité française en 1982) . "On est Français parce qu'on adhère aux valeurs de la France ce sont des droits et des devoirs, une culture".

Mais le Premier ministre a également souligné que l'idée de déchoir tous les terroristes français de la nationalité ne sera pas retenue. "Il y a une condition qui doit être très claire, la France ne peut pas créer des apatrides". Cela n'est pas possible. Cela ne serait pas conforme à l'image, ni aux valeurs, ni surtout aux engagements internationaux de la France. C'est pour ça que nous n'avions pas retenu l'idée de pouvoir déchoir tous les Français de leur nationalité". Il s'est dit par ailleurs "convaincu que la révision de la Constitution proposée sera adoptée à une large majorité."

Sur le plan économique, le Premier ministre s'est félicité que la France ait retrouvé la croissance et a promis l'inversion de la courbe du chômage avant 2017. "Nous aurons des résultats, j'en suis convaincu. Le chômage baissera" a-t-il dit.

Il a également lancé une petite pique à l'encontre de son ministre de l'Economie Emmanuel Macron qui a déclaré que la réponse au terrorisme "était économique". Mais pour Manuel Valls, "la réponse au terrorisme n'est pas économique, elle porte d'abord sur la sécurité".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 07/01/2016 - 00:14 - Signaler un abus La France gauchiste crée des chômeurs en ultra-nombre...

    c'est la seule assurance de Valls-la-führer. Pour le reste...il n'est sûr de rien, le petit espagnol hargneux!

  • Par ALAIN B - 07/01/2016 - 07:33 - Signaler un abus La Mediocratie nous tue

    Quel clown ce type

  • Par A M A - 07/01/2016 - 12:02 - Signaler un abus La peine de mort pour les

    La peine de mort pour les terroristes aurait résolue les tergiversations de Valls et de bien d'autres sur la fabrication d'apatrides. D'autant qu'il s'agit de terroristes qui n'hésitent pas à se l'applique et à l'appliquer gratuitement et de façon collective à des nationaux anonymes. Un jeu de quilles sordide de quelques gamins mal élevés. Face à une réalité " réelle", ne sont opposés que des mots!.... Image, valeurs, engagements, .....? On est dans une incurie qui se cache derrière les plus totales abstractions.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€