Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Formation professionnelle : CroissancePlus fait 5 propositions pour améliorer la réforme

Selon l’association des entrepreneurs, il faut que le gouvernement aille "au-delà de cet accord des partenaires sociaux pour que la réforme de la formation professionnelle soit aboutie, pour qu’elle réponde aux besoins des salariés et des entreprises".

Peut mieux faire

Publié le
Formation professionnelle : CroissancePlus fait 5 propositions pour améliorer la réforme

Dans un communiqué, CroissancePlus revient sur la réforme de la formation professionnelle et sur le préaccord conclu entre le gouvernement et les partenaires sociaux. L’association des entrepreneurs regrette que ces négociations aient abouti à des propositions de réforme « bien loin des ambitions initiales ». L’association estime que même si « l’augmentation du plafond d’heures disponibles sur le CPF, incorporation du CIF dans le CPF, financement dédié pour l’accompagnement des transitions professionnelles, suppression du système de listes recensant les formations éligibles au CPF… » « permettent à chaque acteur autour de la table des négociations de conserver ses acquis, sa place, son rôle », elles ne donneront pas « à la formation professionnelle sa raison d’être : pour un chômeur, trouver un travail ; pour un salarié, adapter son travail aux évolutions économiques ou s’engager vers une évolution professionnelle ; pour une entreprise, avoir accès à la compétence et à la performance ».

CroissancePlus souhaite donc que l’exécutif aille « au-delà de cet accord des partenaires sociaux pour que la réforme de la formation professionnelle soit aboutie, pour qu’elle réponde aux besoins des salariés et des entreprises ».

Cinq mesures

De ce fait, l’association fait cinq propositions « simples et concrètes, issues du vécu des chefs d’entreprises ». Tout d’abord, elle préconise de « simplifier drastiquement l’organisation de la formation professionnelle » en limitant « le nombre de structures intermédiaires, lier les modalités d’homologation d’une formation à l’utilité pour le bénéficiaire » et en supprimant « le délai d’accès à la formation pour les demandeurs d’emplois ». En outre, elle indique qu’il faut « clarifier le financement de la formation professionnelle pour une meilleure efficacité ». C’est-à-dire, il faut  « comptabiliser le CPF en euros plutôt qu’en heures (1€ payé, 1€ rendu), permettre à l’entreprise de consulter instantanément le budget formation dont elle dispose, rémunérer les alternants en fonction de la formation suivie et non de leur âge ». La troisième mesure porte sur l’accès à des formations trans-branches, soit « le cloisonnement par branche contraint la formation », indique CroissancePlus.

>>> À lire aussi : Formation professionnelle : le gouvernement s’incline face aux résistances des partenaires sociaux 

L’association propose également de mettre en place des formations en ligne : « moduler 'présentiel' et 'e-learning', permettre l’utilisation des plateformes numériques en dehors des heures de travail, lever la contrainte de classes virtuelles de 6 élèves maximum ». In fine, elle plaide pour la garantie d’un « maillage territorial équilibré ». Pour ce faire, il faut inciter, selon CroissancePlus, les régions et les entreprises « à adapter l’offre à la demande ».

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 23/02/2018 - 09:34 - Signaler un abus Excellentes propositions mais

    Les privilègiés qui se gavent veulent continuer à se gaver. ..trop d'intermédiaire et trop d'argent mal distribué et mal géré au détriment des élèves et des vraies entreprises. ..

  • Par Pourquoi-pas31 - 23/02/2018 - 15:36 - Signaler un abus Les partenaires sociaux

    ont les deux mains et les bras jusqu'aux coudes dans le pot de confiture. Est-ce une posture très sociale ? Il me semble nécessaire de les aider à embellir leurs images en les écartant du pot de confiture.

  • Par vangog - 23/02/2018 - 22:24 - Signaler un abus Voilà du libéralisme intelligent!

    et de bonnes propositions, qui n’ont strictement aucune chance d'être reprise par le gouvernement macroniste, qui a réinventé l’eau tiède

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€