Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 22 Février 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Fonction publique : Macron juge "inévitables" les "non-renouvellements" de fonctionnaires

Cependant, il compte embaucher "dans la police, la sécurité, dans l'Éducation nationale" et maintenir les effectifs hospitaliers.

Intentions

Publié le
Fonction publique : Macron juge  "inévitables" les "non-renouvellements" de fonctionnaires

Le leader d'En Marche ! doit annoncer le chiffrage de son programme le 22 février, et l'intégralité de ses mesures le 2 mars. Cependant, petit à petit, il lève le voile sur ses propositions. Ainsi, ce vendredi 17 février, il a annoncé que des "non-renouvellements" de fonctionnaires étaient "inévitables" au nom de la modernisation. "Il y a des non-renouvellements qui peuvent être faits dans d'autres secteurs et qui sont inévitables parce qu'on va moderniser", a-t-il déclaré sur Radio Classique. Toutefois, il a assuré qu'il va "embaucher des fonctionnaires dans la police, la sécurité, dans l'Éducation nationale et on n'en supprimera pas dans la fonction publique hospitalière qui en a besoin." "Ce sera secteur par secteur.

Il y aura un chiffre, un sérieux budgétaire, une méthode et une crédibilité, (...) et on reste dans nos engagements européens [sur le déficit, NDRL]", a assuré Emmanuel Macron.

"Qui paye l'ISF ?"

En outre, l'ancien ministre de l'Economie a défendu sa proposition de transformation de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). "Je ne change rien sur la partie immobilière. Vous avez le même seuil qu'aujourd'hui, les mêmes abattements. Je ne vais pas me mettre à taxer les œuvres d'art ou autres, toutes les exonérations existantes sont maintenues. Je sors de l'assiette de l'impôt sur la fortune tout ce qui est détention de titre, de part d'entreprise, et de ce qui finance l'activité économique", a-t-il assuré. Il a notamment souligné qu'il a "besoin de femmes et d'hommes qui entreprennent, qui investissent dans l'activité économique".

 "Qui paye l'ISF? Pas les gens du CAC 40", a-t-il lancé. "Avec le système actuel ils n'ont pas besoin de se servir des revenus, ils vivent sur de l'endettement qu'ils ont constitué, ils ont des montages qui leur permettent de ne pas payer l'ISF", a ajouté l'ancien locataire de Bercy. Selon lui, se sont les gens riches ou moyennement riches qui payent l'ISF. "Quelle est la conséquence? Les gens qui entreprennent qui créent de la valeur dans le pays ou qui pourraient en créer, partent parce qu'ils ne veulent pas le payer", a-t-il expliqué.

>>> À lire aussi : Emmanuel Macron, l’apprenti sorcier de la politique

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ikaris - 17/02/2017 - 16:34 - Signaler un abus Le maronnier de l'emploi public

    toujours très amusant : pour paraitre un tant soit peu libéral il faut toujours promettre des diminutions de fonctionnaire ... mais très vite on se rend compte que certaines profession sont plutot bien vus : infirmières, policier, profs ... donc on ne dit pas où on en supprimera : justice (tribunaux engorgés et prsons en sous nombre) ? armée (on va être en infériorité par rapport à la Suisse !) ? impots (on taxe comment) ? . La seule bonne réponse serait de tailler dans la fonction publique territoriale qui enfle sans fin à mesure que les barons locaux achètent plus d'électeurs à coup d'emplois et de services inutiles .... mais manque de pot, ça dépend pas de l'état !

  • Par ZeArno - 17/02/2017 - 16:52 - Signaler un abus Pour les précisions on attend le mois de Mai ?

    Quand ? Combien ? pour quelles économies ? Décidément, sortie de la posture et des tournures de phrases, ce personnage, comme son programme, est vide.

  • Par vangog - 17/02/2017 - 16:55 - Signaler un abus Il ne veut pas taxer les oeuvres d'art de son copain Fabius...

    mais il veut sabrer dans la fonction publique régalienne, Macron l'algérien...une ineptie!

  • Par vangog - 17/02/2017 - 16:56 - Signaler un abus Si Marine Le Pen béneficiait d'un article Atlantico...

    pour chacune de ses 144 propositions, vous croyez qu'elle serait à quel niveau, actuellement?

  • Par Flamel - 18/02/2017 - 03:09 - Signaler un abus Spécialiste des montages ISF...jusqu'à un certain point

    Il sait de quoi il parle, pour les montages permettant d'éviter de payer l'ISF. Lui-même, malgré ses revenus faramineux de l'époque "Rotschild", a cru réussir à éviter l'ISF, en ayant 1 million d'euros d'emprunts. Pas de chance,il avait sous-évalué sa résidence secondaire du Touquet pour être en-dessous du seuil d'imposition, mais a été dénoncé. Le fisc lui a fait un redressement et maintenant il paie l'ISF...

  • Par l'enclume - 18/02/2017 - 11:21 - Signaler un abus Surprenant mon cher Watson

    Flamel - 18/02/2017 - 03:09 - Ce qui est surprenant, le Canard Enchaîné n'en pipe mot.

  • Par Citoyen Ordinaire - 18/02/2017 - 12:54 - Signaler un abus Macron fils spirituel de Sarkozy

    Même discours sur les fonctionnaires, avec le passage démago sur la Police et l'Hopital et l'éducation...Euh mais vous allez sortir qui alors ? Si les journalistes étaient honnêtes, ils hurleraient au populisme et à la démagogie. Mais non, il et moderne et progressiste, Si un mélange de Hollande & Sarkozy est le progrès....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€