Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 01 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

FIFA : Résultat surprise, Gianni Infantino élu à la succession de Sepp Blatter

"La Fifa a traversé des moments tristes (...) mais c'est fini. Nous devons aller de l'avant."

Écuries d'Augias

Publié le
FIFA : Résultat surprise, Gianni Infantino élu à la succession de Sepp Blatter

Gianni Infantino a été élu président de la FIFA au deuxième tour, succédant à Sepp Blatter. Il a obtenu 115 voix sur 207, un score confortable à un deuxième tour où la majorité relative suffisait, alors qu'il n'était pas le favori. >"La Fifa a traversé des moments tristes (...) mais c'est fini. Nous devons aller de l'avant", a-t-il déclaré. "On va appliquer la bonne gouvernance et la transparence."

Le grand favori était le bahreïnien cheikh Salman bin Ibrahim Al Khalifa, et personne n'attendait de véritables réformes de ce membre de la famille royale du Bahrain. L'enjeu de cet élection était évidemment les scandales de corruption dans laquelle l'organisation mondiale du football est empêtrée depuis plusieurs mois.

Infantino, de double nationalité suisse et italienne et polyglotte, juriste de formation, a fait la majeure partie de sa carrière dans les instances internationales du football, et était jusqu'à présent secrétaire-général de l'UEFA. C'est donc un technocrate, et non un politique ou un ancien athlète. Il a supervisé l'expansion de l'Euro 2016 à 24 équipes et a participé à la conception de la Ligue des Nations de l'UEFA et de l'organisation de l'Euro 2020 qui aura lieu dans 13 nations européennes. Il faisait déjà partie de la commission de réforme de la FIFA. Avant cela, il était secrétaire général du Centre international d'étude du sport (CIES) à l'Université de Neuchâtel, après avoir été conseillé des instances du football, dont les ligues espagnole, italienne et suisse.

A LIRE AUSSI : Corruption à la Fifa : le traitement choc dont les instances internationales du football ont besoin pour en finir avec le cycle des scandales

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€