Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Exécution d'un otage français, millions de dollars pour financer le djihad : ce que préparait Oussama Ben Laden avant sa mort

La Direction du renseignement américain (DNI) a déclassifié de nouveaux documents, certains évoquant la volonté du chef d'Al-Qaïda d'attaquer les intérêts français avant la présidentielle de 2012.

Révélations

Publié le
Exécution d'un otage français, millions de dollars pour financer le djihad : ce que préparait Oussama Ben Laden avant sa mort

Cinq ans après la mort d'Oussama Ben Laden, on en sait un peu plus sur les dernières ambitions de ce dernier. Mardi 1er mars, la Direction du renseignement américain (DNI) a en effet rendu public 113 nouvelles lettres et notes, qui avaient été saisis dans la maison du terroriste, au Pakistan. Parmi ces dernières, on apprend notamment que le chef d'Al-Qaïda voulait s’en prendre aux intérêts français et projetait de faire tuer un otage français en Afrique, "une semaine avant l'élection présidentielle" en France en 2012. 

Oussama Ben Laden pensait qu’un tel acte pourrait "faire pression" sur le président français et provoquer un rapatriement rapide des troupes françaises d'Afghanistan.

"Si [le président français Nicolas Sarkozy] refuse de négocier, alors une semaine avant l'élection présidentielle, nous tuerons l'un des otages, celui avec le rang et la position les plus basses dans la société", écrit alors Ben Laden.

Parmi les fichiers, traduits de l’arabe à l’anglais, on retrouve également des commentaires sur l'actualité, des plans de cours, mais aussi des lettres d'Oussama Ben Laden à sa famille. Les documents révèlent par ailleurs que le chef d'Al-Qaïda disposait "d'à peu près 29 millions de dollars", un pactole destiné à financer le djihad. "J’espère que mes frères, sœurs, et tantes maternelles respecteront ma volonté et dépenseront tout l'argent que j'ai laissé au Soudan pour le jihad, pour l'amour d'Allah", écrit-il.

En mai 2015, les renseignements américains avaient déjà déclassifié un premier lot d’une centaine de documents. Cette décision était la conséquence d’une consigne de Barack Obama, qui souhaitait "une plus grande transparence" sur les documents saisis.

>>>>> A LIRE AUSSI : Dans la tête de Ben Laden : ce que les documents saisis chez lui nous apprennent sur Al Qaeda et la guerre de l’islam radical contre l’Occident

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€