Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Européennes : le Belge Paul Magnette décline l'offre du Parti socialiste (français) et en profite pour le tacler

Le bourgmestre de Charleroi a été sollicité par les socialistes français pour mener leur liste aux élections européennes de 2019.

C'est non

Publié le
Européennes : le Belge Paul Magnette décline l'offre du Parti socialiste (français) et en profite pour le tacler

 Crédit JOHN THYS / AFP

C'est une fin de non-recevoir en bonne et due forme. Le socialiste belge Paul Magnette, figure de l'opposition au traité de libre-échange entre l'Europe et le Canada (Ceta) avait été sollicité par la direction du Parti socialiste (PS) français pour conduire la liste du parti aux européennes. Dans le Monde, vendredi, il a annoncé qu’il déclinait la proposition. 

"Je suis candidat à ma réélection comme maire de Charleroi en octobre prochain et, en 2019, les élections européennes se dérouleront en Belgique, en même temps que les régionales et les législatives, pour lesquelles je jouerai un rôle, sans nécessairement briguer l’exercice d’un mandat", explique l'homme politique.

Un agenda trop chargé expliquerait donc sa décision ? Pas complètement, car dans cet entretien, interrogé sur les raisons du déclin du PS, il explique qu'il "n’y a pas de cause unique mais il y a d’abord ce drame bien français du poids excessif des personnalités, en raison du système présidentiel. Ce n’est pas propre au PS, mais cela entraîne une constante polarisation qui rend difficile le jeu collectif."

Selon lui, "le parti de Jaurès, de Blum et de Mitterrand ne disparaîtra pas mais personne ne peut nier qu’il est dans une situation difficile". Il note que l’enjeu des élections européennes "est important pour lui s’il ne veut pas se laisser enfermer dans l’équation simpliste posée par le président Macron : ou bien on est européen avec lui, ou bien on rallie les populistes antieuropéens, de droite ou de gauche."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 18/08/2018 - 22:17 - Signaler un abus Et si on évoquait la France, et les partis modernes...

    comme le Rassemblement National?...plutôt que nous abreuver d’articles sur des illustres inconnus, qui préfèrent , de toute façon, s’occuper de leurs affaires, plutôt qu’assister à l’enterrement du PS Français? C’est vrai que le système présidentiel français est un pur archaïsme, dans le monde moderne, et que Macrouille nous en démontre la totale aberration, avec son culte de l’ego magnifié par des médias totalement serviles, et ressemblant de plus en plus à ceux des démocraties socialistes d’avant-mur. Ce système présidentiel est mort et vit probablement sa dernière présidence sous forme d’enterrement...si les partis archaïques avaient été remplacés par un parti moderne comme le RN, le scrutin électoral proportionnel aurait été mis en place depuis longtemps, à toutes les élections...mais ça vient! Ça vient! 2019 nous promet une belle déflagration pour les partis archaïques , LREM compris , car il n’est qu’une branche à peine dissidente d’un Parti socialiste français en fin de vie...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€