Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Europe de l'ouest : le taux de chômage est deux fois plus important dans les pays dotés d'un salaire minimum

Selon le blog de l'American Enterprise Institute, dans les neuf pays d'Europe de l'ouest et du nord ne disposant pas de salaire minimum, le taux de chômage moyen s'élève à 6,1%, alors que dans les neuf qui en ont un, il est de 13,8%.

A méditer

Publié le

Le blog de l'American Enterprise Institute a publié les chiffres comparés des taux de chômage dans les pays d'Europe de l'ouest et du nord, selon qu'ils sont dotés ou pas d'un salaire minimum. Le résultat fait réfléchir. Dans les 9 pays ne disposant pas de salaire minimum, le taux de chômage moyen s'élève à 6,1%, alors que dans les 9 étant qui en ont un, il est de 13,8%. Soit plus de deux fois plus.

Chez ceux qui n'ont pas de salaire minimum (la Suède, la Norvège, la Finlande, l'Islande, l'Autriche, l'Allemagne, le Danemark, la Suisse et l'Italie), c'est la Suisse qui s'en sort le mieux, avec seulement 3,1% de taux de chômage.

Elle est suivie de la Norvège (3,5%) et de l'Islande (4,7%). Le plus fort taux de chômage des pays sans salaires minimum revient à l'Italie (12,5%).

Dans les pays qui en ont un (le Luxembourg, le Royaume-Uni, l'Irlande, la France, l'Espagne, le Portugal, la Grèce, les Pays-Bas et la Belgique), ce sont les Pays-Bas les moins affectés par le chômage : 7%, soit tout de même 4% de plus qu'en Suisse. Le taux de chômage le plus important se situe en Grèce, où il atteint les 27,5%. Avec 26,6% de chômage, l'Espagne arrive juste derrière.     

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jardinier - 04/04/2014 - 23:52 - Signaler un abus Ca donne quoi, si on enleve le portugal, l'espagne et la grece ?

    Ça me semble plus réaliste, parce que pour ces pays, le taux de chômage ne vient pas que de l’existence d'un salaire minimum. Maintenant, je suis a peu près sur que c'est vrai.

  • Par slv - 05/04/2014 - 03:19 - Signaler un abus plus de règles = moins de libertés

    C'est évident que le salaire minimum imposé par l'Etat est néfaste pour l'emploi, ici au Japon 4% de chômage, pas de salaire minimum, pas d'allocation logement et très peu de sdf.

  • Par Vautrin - 05/04/2014 - 10:05 - Signaler un abus Le smic

    est une fausse sécurité. Il pénalise l'emploi des personnes peu ou pas qualifiées. En même temps, il entraîne la fermeture d'entreprises aux possibilités financières réduites. Il apporte une importante contribution au taux de chômage. Bien entendu, c'est un sujet tabou en France, où le smic représente 61% du salaire moyen et dont 75% des personnes sondées pensent qu'il ne faut pas le réformer. Pourtant, au lieu d'être arbitrairement fixé par l'État, il pourrait être négocié par secteurs de l'économie et par régions. Il faudra bien y venir un jour ou l'autre, car le "modèle Français" a vécu, bien que peu de monde s'en rende compte.

  • Par Gringo Nedromi - 05/04/2014 - 16:06 - Signaler un abus C'est aussi vrai que

    c'est dans un pays sans smic (les US) qu'on à été les derniers de la planète à abolir l'esclavage... J'entends déjà les: "mais non voyons, y a aucun rapport" Si si, il en a un. Seul différence c'est qu'aujourdh'ui on veut asservir blanc et noir. Tous esclaves de la finance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€