Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Euro : Joseph Stiglitz réitère que la monnaie unique a été une erreur

Le Prix Nobel d'économie est en France pour la promo de son livre au titre explicite : "L'Euro, comment une devise commune menace l'avenir de l'Europe".

Quod erat demonstrandum

Publié le
Euro : Joseph Stiglitz réitère que la monnaie unique a été une erreur

"L'euro a été créé non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen de parvenir à un but. Le but était de créer une Europe plus prospère et une plus grande solidarité politique. Par rapport à ce but-là, l'euro n'est pas une réussite", résume Joseph Stiglitz, dans une longue interview donnée aux Échos. Ce dernier est une sommité du monde économique, notamment ancien économiste en chef de la Banque mondiale de 1997 à 2000 et Prix Nobel d'économie en 2001.  

L'euro a donc aggravé la crise économique qui a secoué le monde après la chute de Lehman Brothers. "Il y a plusieurs moyens de répondre à une crise : vous baissez vos taux de change, vous baissez les taux d'intérêts, différents pays peuvent agir de façon différente. Avec la monnaie unique, ces mécanismes ont été enlevés. Et rien n'a été mis à la place. En faisant cela, l'Europe s'est lié les mains : vous ne pouvez pas utiliser les taux de change, les outils de politique monétaire..." De plus, selon l'économiste, les règles européennes de limitation des déficits empirent encore la situation.

"dire que le problème peut être résolu en réduisant les déficits est une erreur : cela aggrave la situation."

Le problème central est tout simplement "qu'avec 19 pays, il y a trop de divergences économiques et politiques, et même philosophiques, pour que l'Europe fonctionne."

Et que propose Joseph Stiglitz comme solution ? Une zone euro plus flexible--à plusieurs vitesses, en somme. "Il ne s'agit pas de revenir à 19 monnaies différentes, mais on pourrait avoir des différences entre le nord et le sud, on pourrait avoir trois niveaux."

Voir l'interview complète sur le site des Échos >>>

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 16/09/2016 - 18:51 - Signaler un abus Bon sens

    la première phrase résume toute la problématique sur l'euro.

  • Par J'accuse - 16/09/2016 - 22:42 - Signaler un abus C'était pas la seule erreur

    La PAC, qui a rendu notre agriculture dépendante des subventions; l'acceptation du Royaume-Uni à des conditions trop préférentielles; Schengen, qui a supprimé les frontières intérieures sans les protéger; l'intégration des pays de l'Est, uniquement intéressés par notre argent; l'obligation de l'unanimité pour ratifier des accords (la démocratie, c'est la majorité), et j'en passe ... sont aussi des erreurs majeures. En fait, on se demande si une seule chose a été bien faite après la CECA.

  • Par pale rider - 16/09/2016 - 22:47 - Signaler un abus je rêve .... et ça a un prix Nobel

    On aurait écouté n'importe quelle personne ayant 2 sous de bon sens , l'euro n'aurait jamais été imposé . Mais bon , c'est en haut de la pyramide et ça se croit intelligent ....

  • Par vangog - 17/09/2016 - 02:10 - Signaler un abus Laissons crever le monstre de sa belle mort!

    Avec un peu de chance, l'UE s'écroulera sur Juncker-l'immigrationniste, Merkel-verraterin, Flamby-le-menteur, papa-Schultz-rose, Mosco-le-vicieux, Moguerrini-la-bécasse et toute cette bande de bras cassés qui soutiennent ce malade de naissance...

  • Par Nap4 - 17/09/2016 - 14:33 - Signaler un abus Bof

    Un type qu'on entend parler au moins une fois par moi sur France Culture. C'est dire s'il est crédible en temps qu'économiste...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€