Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Boire et sortir : il faut souffler

Dans deux mois, les éthylotests deviendront obligatoires dans les discothèques.

Sam

Publié le

Un arrêté ministériel issu de la LOPPSI 2 de mars 2011 et publié samedi 1er octobre au Journal Officiel oblige les discothèques à s'équiper de dispositifs "permettant le dépistage de l'imprégnation alcoolique" d'ici deux mois.

Cette mesure, qui ne s'applique qu'aux établissements ouverts après 2 heures, devrait concerner environ 5.500 discothèques, cabarets, bars d'hôtel et bars dansants.

Les responsables de ces établissements  seront tenus de satisfaire "la demande de dépistage [...] dans un délai inférieur à quinze minutes".

Placés près de la sortie, les éthylotests devront être signalés par l'inscription suivante : "Soufflez, vous saurez. Ici, pour savoir si vous pouvez conduire, demandez un éthylotest."

Pour rappel, sur la route, 31 % des accidents mortels sont imputables à l'alcool.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par porticcio - 02/10/2011 - 07:11 - Signaler un abus Bien préciser

    Tard dans la nuit et compte tenu de l’état proche de l’Ohio de pas mal de leurs clients et clientes, les discothèques devront bien leur préciser qu’on souffle dans l'éthylotest, ni on le suce ni on l'aspire ! Il ne faut donc pas confondre l’éthylotest avec l’enculomètre de la marque DSK, certes ils se ressemblent beaucoup et à ces heures et dans ces lieux l’erreur est possible.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€