Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Etats-Unis : la principale agence de santé publique n'a plus le droit d'utiliser les mots "fœtus", "transgenre" ou "basé sur la science"

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont reçu, de la part de l'administration Trump, une liste de mots interdits.

Idéologie

Publié le
Etats-Unis : la principale agence de santé publique n'a plus le droit d'utiliser les mots "fœtus", "transgenre" ou "basé sur la science"

Le Washington Post révèle ce vendredi que l'administration de Donald Trump a adressé aux responsables des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), qui composent la principale agence de santé publique du pays, une liste de mots qu'ils n'auront plus le droit d'utiliser dans leurs documents officiels visant à préparer le budget pour 2019.

Les analystes et cadres des CDC ont reçu l'ordre, jeudi lors d'une réunion de trouver des alternatives aux termes jugés problématiques : "vulnérable", "droit", divesité", "transgenre", "foetus", "basé sur des preuves" et "basé sur la science". 

Comme alternative à "basé sur la science" et "basé sur des preuves", le CDC a proposé la périphrase suivante : "basé sur la science, en considération avec les normes de la société et ses souhaits".

D'autres termes ne se sont toujours pas vus attribuer de substitut. 

Lors de cette réunion, la perplexité (c'est un euphémisme) des responsables du CDC a été importante. "Vous êtes sérieux ? C'est une blague" ont demandé les cadres des CDC à Alison Kelly, responsable des services financiers de l'agence de santé. Celle-ci a répondu qu'elle ne faisait que relayer la demande de l'administration. "Dans mon expérience, on ne s'est jamais vu imposer un tel recul idéologique", a déploré un analyste auprès du Washington Post, qui précise que certains analystes de ces centres utilisent couramment ces mots, notamment ceux travaillant sur les maladies sexuellement transmissibles ou sur le virus Zika (qui se transmet... aux foetus).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 16/12/2017 - 20:20 - Signaler un abus « Être humain » à la place de fœtus...

    « Transsexuel »à la place de « transgenre »...basé sur l’enfumage écolo-réac » à la place de « basé sur la science »....Donald est enooooorme! Un éléphant dans le cimetière gauchiste...Et les gaucho-bobos vont encore criser! Pourtant, ils n’avaient pas crisé, lorsque la gauche avait remplacé les « vrais mots » par les mots « propagande sociétale », avant...

  • Par Deudeuche - 17/12/2017 - 08:22 - Signaler un abus @vangog

    Bien dit, la police des vieux porcs libéraux libertaires post soixante huitarde et à l’andropose zizi-centree devrait se manifester par quelques éructations visant à défendre leurs acquis societaux.

  • Par A M A - 17/12/2017 - 12:36 - Signaler un abus Mais pourquoi ces

    Mais pourquoi ces restrictions de l'usage de ces mots à caractère sexuel? Dire sottemeent et une fois de plus que Trump est un c..imprévisible ne résout pas le problème.

  • Par tubixray - 18/12/2017 - 08:59 - Signaler un abus En France aussi nous avons notre code linguistique

    Les races ne concernent plus que les animaux, un immigré clandestin devenu "sans papiers" est désormais un migrant, les voyous violents d'origine africaine devenus des jeunes, s'ils commentent une violence verbale accompagnée souvent de coups c'est une "incivilité" ... etc ...Différence avec les états unis ce sont nos bons médias de gauche qui fixent ce code linguistique alors qu'aux USA c'est assumé par le chef d'état (race excepté) ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€