Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Etat islamique a exécuté 100 combattants étrangers qui voulaient déserter

Le groupe djihadiste a exécuté une centaine de ses combattants étrangers, qui tentaient de s'enfuir par le nord de la Syrie, a témoigné dans le Financial Times un activiste syrien.

Coup de balai

Publié le

L'Etat islamique a une punition pour ses déserteurs : la mort. On avait appris en octobre qu'il avait fait prisonnier cinq Britanniques, trois Français, deux Allemands et deux Belges, qui voulaient rentrer dans leur pays d'origine. Cette fois, les victimes de la justice djihadiste seraient une centaine. Selon un activiste, qui témoigne sous couvert de l'anonymat et que le Financial Times dit "bien connaître", une centaine de combattants étrangers qui tentaient de quitter la ville syrienne de Raqqa auraient été exécutés.

Une police militaire a été créée pour s'occuper des combattants étrangers tentant de déserter les combats, donnant lieu à des dizaines de fouilles de domiciles des combattants et à autant d'arrestations, rapportent des militants syriens. Le journal dit avoir eu accès à un document détaillant de nouvelles restrictions à la liberté de mouvement des combattants. Des militants locaux ont affirmé qu'ils devaient désormais avoir des documents d'identification sur eux. "A Raqqa, ils ont arrêté 400 membres et imprimé des pièces d'identité pour les autres", affirme l'activiste.

Les militants présents sur place expliquent cette volonté de fuir par des tensions communautaires (par exemple, entre combattants tchétchènes et ouzbeks) ou par des divergences stratégiques. Certains estiment par exemple que la ville kurde de Kobané n'est pas assez stratégique pour justifier les lourdes pertes qu'y subit le groupe.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par winnie - 20/12/2014 - 17:27 - Signaler un abus regarde donc!

    L'état islamique fait le boulot a notre place! Même pas besoin de les juger et de se demander de ce qu'on en fera quand il rentreront en France,finalement c'est pas mal

  • Par assougoudrel - 20/12/2014 - 19:20 - Signaler un abus Ce n'est pas moi, qui vais

    les pleurer, au contraire.

  • Par Le gorille - 20/12/2014 - 19:33 - Signaler un abus Cela reste l'horrreur

    Indépendamment de tout jugement, cela reste l'horreur. Ce ne sont que crimes. Pour nous, le pardon reste un formidable ciment social quand le repentir est sincère. Il vaut peut-être la peine de prendre le risque, avec des gens qui peuvent revenir "dégoûtés" et capables de transmettre leur dégoût. Mais l'article, je le reconnais, ne va guère dans ce sens. Dommage !

  • Par vangog - 20/12/2014 - 19:34 - Signaler un abus Expéditif et sans bavures...

    Voila la raison précise pour laquelle il faut les laisser aller faire le jihad en Syrie et en Irak!

  • Par assougoudrel - 20/12/2014 - 19:50 - Signaler un abus Ceux qui sont partis le savaient

    Seulement ce sont des chouchous qui se prenaient pour des chênes, alors que ce ne sont que des glands. Beaucoup rentrent dans l'Armée et pleurent dès qu'ils sont sur le terrain. Leur confort et leur maman les manquent.

  • Par valencia77 - 21/12/2014 - 03:26 - Signaler un abus valencia77

    too good to be true. Why have them back? who wants such ass holes? Hell kill all the one in France too. Really, reeducate them? cry me a fucking river gorille.

  • Par Nicolas V - 21/12/2014 - 17:21 - Signaler un abus Good !

    Ces brêles n'avaient qu'à ne pas marcher dans la propagande de leurs gouvernements relayée par la presse mainstream. A ceux qui n'ont pas de discernement , bon débarras ! Sans compter que nous ne savons pas si l'EI ne fait pas le ménage à la demande de tous nos gouvernants. (Pas de témoins de l'intérieur ).

  • Par Solognitude - 21/12/2014 - 20:46 - Signaler un abus Je serai plus nuancé pour ceux qui quittent le navire:

    De ceux qui reviennent, il va falloir faire le tri entre les illuminés potentiellement dangereux, et ceux qui ont réalisé dans quel pétrin ils se sont fourrés. Dans cette 2ème catégorie, on peut espérer trouver nombre de repentis pouvant être utiles à infiltrer ceux de la 1ère catégorie. Bref, ceux qui vont à présent réussir à déserter, compte tenu du danger à foutre le camp,seront peut-être récupérables et même utiles au 2ème bureau pour y voir plus clair! Bon courage à nos fonctionnaires concernés dans ce panier de crabes!

  • Par valencia77 - 21/12/2014 - 22:38 - Signaler un abus valencia77

    Solognitude, pourquoi absolument vouloir recuperer ces imbeciles dangereux?Tri, repentir, recuperables? Une balle dans la tete est plus sure. Donnez l'argent que ca couterait (pour des resultats incertains) pour des bourses universitaires a des jeunes equilibres. esperons qu'lis n'arrivent pas a deserter et se fassent tous tuer par les dingues qu'ils admirent.

  • Par Lilith la Maudite - 22/12/2014 - 13:29 - Signaler un abus Risque ou pas

    Le gorille, je ne suis pas du tout d'accord. Personnellement, aucune vie en France ne mérite d'être mis dans la balance face à des cinglés partis massacrer pour le plaisir. Il est hors de question que je mette un risque sur la tête de mes enfants au cas où l'un des djihadiste serait vraiment un repenti. Ils ont voulu aller combattre? c'est leur choix, qu'ils l'assument.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€