Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Etat islamique : esclaves sexuelles des combattants, de jeunes yézédies poussées au suicide

Dans un communiqué publié ce mardi 23 décembre, Amnesty International rapporte des témoignages de jeunes yézédies ayant réussi à échapper à leurs bourreaux.

Horreur

Publié le

"Evadées de l'enfer – torture et esclavage sexuel en captivité dans l'Etat islamique d'Irak". C'est le titre évoquateur d'un communiqué publié Amnesty International ce mardi 23 décembre. L'organisation y décrit les violences subies par des centaines de jeunes yézidies, minorité kurdophone persécutée par les combattants de l'EI. Mariée de force et contraintes de se convertir à l'islam, ces jeunes filles (souvent15 ans voire moins) finissent parfois par se suicider pour échapper à leurs bourreaux. Donatella Rovera, principale conseillère d’Amnesty International pour les situations de crise, résume ce qu'elle a vu et entendu au cours de l'automne 2014 dans le nord de l'Irak en ces termes : "Des centaines de femmes et de jeunes filles yézidies voient leur vie brisée par les horreurs de la violence sexuelle et de l'esclavage sexuel aux mains de l'EI".

Et d'ajouter : "Les combattants de l'EI utilisent le viol comme une arme lors d'attaques qui constituent des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité." 

Le document d'Amnesty International relate divers témoignages de jeunes victimes de l'EI, comme Randa, 16 ans, enlevée dans son village du sud du Mont Sinjar pour être vendue à un homme deux fois plus âgé qu'elle qui l'a ensuite violée. "J'ai été emmené à Mossoul et maintenue là tout le temps (...) Nous étions environ 150 filles et cinq femmes. Un homme appelé Salwan m'a pris et m'a amené dans une maison abandonnée avec ma cousine de 13 ans. Nous avons résisté mais il nous a battues. Il m'a prise de force comme femme. Je lui ai dit que je ne voulais pas mais il m'a encore battue. Mon nez a saigné, je ne pouvais rien faire pour l'arrêter", raconte-elle. La jeune fille a finalement réussi à s'enfuir est aujourd'hui enceinte. Sa mère est toujours retenue avec une autre de ses filles de 10 ans.

Il arrive que ces crimes atroces poussent les victimes au suicide : "Les horreurs subies aux mains de l'EI laissent ces femmes et jeunes filles si traumatisées que certaines ont mis fin à leurs jours", écrit Amnesty qui rapporte notamment le cas de Jilan, 19 ans, qui s'est suicidée alors qu'elle était prisonnière à Mossoul car elle craignait d'être violée. Une jeune fille ayant parvenue à s'échapper raconte : "Un jour, on nous a donné des vêtements qui ressemblaient à des costumes de danse et on nous a dit de prendre un bain et de les mettre. Jilan s'est suicidée dans la salle de bains. Elle s'est tailladé les poignets et s'est pendue. Elle était très belle ; je pense qu'elle savait qu'elle allait être emmenée par un homme et que c'est pour cela qu'elle s'est tuée."

Une autre captive raconte à l'ONG que sa sœur et elle avaient décidé de se tuer pendant la nuit pour échapper à un mariage forcé. "On a noué une écharpe autour de notre cou et chacune a tiré l'écharpe de l'autre aussi fort qu'elle pouvait, jusqu'à ce que je m'évanouisse", confie Wafa, 27 ans. Heureusement deux autres femmes, réveillées par le bruit, les ont empéché de commettre l'irréparable.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 23/12/2014 - 10:22 - Signaler un abus Il faut vitrifier ces ordures

    ces pédophiles. Brimés par leur religion moyenâgeuse. D'urgence

  • Par Marie-E - 23/12/2014 - 12:23 - Signaler un abus quand on pense

    Que l'ONU passe son temps à pondre des résolutions contre Israël et enquête sur d eventuels crimes de guerre en oubliant le Hamas , de même que les Ong comme Amnesty qui passent leur temps à demander toujours plus d efforts a Israël car c est une democratie. Que propsent ils pour les fous de Daech qu' ils soient la bas ou ici fascinés par les violences qu' ils font subir aux populations ou à leurs adversaires

  • Par chrisbord - 23/12/2014 - 14:23 - Signaler un abus @ Isableue

    Allez donc dire cela a toute la clique Hollande qui ne jure que par les arabes pour gagner les élections de 207 comme en 2012. Alors, si je puis me permettre qu'est-ce qu'ils en ont a f...de voire des chrétiennes torturées et violée en série !

  • Par ISABLEUE - 23/12/2014 - 15:49 - Signaler un abus chrisbord

    on s'en fout de hollande, il plane;. il reste les kurdes et les femmes ne sont pas seulement chrétiennes, elles sont aussi yazidies. De toute façon, tout le monde s'en fout, vous avez raison.....

  • Par bjorn borg - 23/12/2014 - 18:51 - Signaler un abus Oui

    C'est vrai que l'on s'en fout de tout!

  • Par Anouman - 23/12/2014 - 23:22 - Signaler un abus Esclaves sexuelles

    L'Ei, Boko Haram, d'autres aussi sans doute... Les femmes font des victimes idéales et utiles pour les barbares. Ca durera tant que les pays "civilisés" (croient-ils) refuseront d'appliquer les moyens de lutte adéquats contre ce fléau. Autant dire que pour les femmes de ces régions la fuite est le seul salut.

  • Par Fojema - 24/12/2014 - 09:26 - Signaler un abus Et Ban Ki Moun le fantôche de l'ONU

    Il est où, lui ? Que fait-il, que pense-t'il de tout cela ? A quoi servent tous les subsides que les Etats reversent à ce gouffre Onusien ? Ces pauvres gens ne sont que des variables d'ajustement, des broutilles pour marchandages, quantités négligeables, bien sur. On nous culpabilise pour des pratiques esclavagistes d'il y a cinq cents ans, mais maintenant que fait-on ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€