Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si les cellules souches permettaient de soigner les fractures ?

Cette technique innovante, qui pourrait remplacer la greffe de moelle osseuse, va être testée à l'échelon européen.

Vieux os

Publié le
Et si les cellules souches permettaient de soigner les fractures ?

Cette technique permettrait de soigner les fractures sans tous les désagréments liés à la greffe osseuse habituelle Crédit Flickr

Un projet de régénération osseuse atteint la phase clinique. Et il pourrait bien révolutionner les techniques actuelles. Appelé "Reborne", ce projet se base sur un essai clinique coordonné qui pourrait permettre de remplacer les greffes osseuses par un procédé médical moins risqué. Une bonne nouvelle quand on sait qu'en Europe, plus d'un million de greffes osseuses sont réalisées chaque année.

Les chercheurs testent ainsi un nouveau procédé utilisant les cellules souche afin d'éviter les infections. Mais comment fonctionne ce processus ? Une greffe osseuse est un geste chirurgical grave qui consiste à prélever un morceau de la hanche afin de soigner une fracture important comme une fracture ouverte avec perte osseuse ou une dégradation de la tête fémorale par exemple. Ces opérations sont lourdes et laissent souvent des séquelles ou des effets secondaires comme des infections ou des douleurs chroniques.

"L’objectif est de démontrer que cette méthode est au moins équivalente aux traitements standards, sans leurs inconvénients." explique l’initiateur français du projet.

L’Agence française du médicament et son équivalent allemand viennent ainsi de donner leur aval pour pratiquer des essais du projet "Reborne". Ce procédé sera utilisé dans un premier temps pour soigner une trentaine de patients en France et en Italie avant d’être généralisé si les résultats sont probants. Si cette phase de tests est concluante, il faudra encore une nouvelle étape basée sur 150 patients avant de généraliser cette méthode innovante.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€