Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Essai thérapeutique : 1 mort et 5 personnes hospitalisées après un accident grave

"Je n'ai connaissance d'aucun événement comparable", a déclaré Marisol Touraine lors d'une conférence de presse.

Drame

Publié le
Essai thérapeutique : 1 mort et 5 personnes hospitalisées après un accident grave

"Il n'y a pas de cannabis dans ce médicament", assure la ministre de la Santé. Crédit Reuters

L'essai a mal tourné. Une personne est déclarée en état de mort cérébrale tandis que 5 autres se trouvent à l'hôpital, certaines dans un état grave, affirment plusieurs médias dont TF1. La ministre de la Santé Marisol Touraine a confirmé "un accident grave" lors de ce test thérapeutique qui s'est déroulé près de Rennes, dans le cadre d'une étude effectuée par un laboratoire privé. 

Dans un communiqué, elle a confirmé l'état de mort cérébrale d'un patient et l'hospitalisation de 5 autres personnes dont 4 en état grave. Elle a souligné que la fameuse molécule a été prise "par voie orale et en cours de développement par un laboratoire européen." Il s'agirait d'un antalgique à base de cannabis. Selon la direction de la communication de l'hôpital, Marisol Touraine s'est d'abord rendue au service de neurologie, où sont hospitalisés les patients, et devait rencontrer leurs familles ainsi que les équipes médicales.

La conférence de presse, prévue dans un amphithéâtre de l'hôpital, aura lieu après ces visites. De son côté, le parquet de Rennes a annoncé l'ouverture d'une enquête sur ce drame encore inexpliqué.

Lors de sa conférence de presse, vendredi après-midi, Marisol Touraine a indiqué que les six victimes de l'essai clinique sont tous des hommes, âgés de 28 à 49 ans qui souffrent de "manifestations neurologiques du même type". Selon elle, il s'agit de personnes "qui ont pris de façon répétée le médicament et qui ont subi des effets secondaires graves". Les victimes auraient commencé à prendre le médicament le 7 janvier, alors que les premiers problèmes ont été signalés le 10 janvier, et le premier patient a été hospitalisé le 11 janvier. "90 personnes se sont vues administrer cette molécule", précise-t-elle.

"Je n'ai connaissance d'aucun événement comparable", a déclaré la ministre, qui a également remercié les victimes "pour ce qu'elles ont fait jusque là, parce que l'engagement dans les essais cliniques est important. Elles n'ont donc aucune raison de se sentir coupables, comme certains me l'ont indiqué."

"Il n'y a pas de cannabis dans ce médicament", a précisé Marisol Touraine, qui affirme que ce médicament visait à lutter contre les troubles de l'humeur et à agir sur les systèmes naturels qui permettent de lutter contre la douleur.

"Ce laboratoire (Biotrial) était un laboratoire connu pour le sérieux des études qu'il mène. Cela n'empêche pas que toutes les questions seront posées", ajoute la ministre, qui assure "qu'aucun médicament commercialisé n'est en cause."

"J'ai été bouleversée par les victimes. Brutalement leur vie a basculé. Il y a l'enquête administrative. Et il y a la vie de ces hommes", a conclu la ministre de la Santé, qui appelle la presse à respecter le secret médical et la vie privée des six personnes hospitalisées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pierre de robion - 15/01/2016 - 19:17 - Signaler un abus Ne me parlez plus de com!

    Quand je vois les banalités, voire les incongruités que l'on peut proférer devant un tel drame, par ex:"Elles n'ont donc aucune raison de se sentir coupables, " (mais coupables de quoi?), les bras m'en tombe! Comme les grandes douleurs sont muettes, les vrais hommages sont sobres!

  • Par Liberdom - 16/01/2016 - 12:15 - Signaler un abus Toujours mentir

    Et il y a la vie de ces hommes", a conclu la ministre de la Santé, qui appelle la presse à respecter le secret médical et la vie privée des six personnes hospitalisées. Quand on sait que cette idéologue vient de faire voter une loi qui justement met fin au secret médical il y a de quoi se révolter.

  • Par gerint - 17/01/2016 - 14:24 - Signaler un abus Il faut rendre publiques les conclusions de l'enquête

    Je ne pense pas qu'une telle toxicité: cinq accidents graves sur 90 patients, soit déjà arrivée avec un essai clinique arrivé à ce stade. Il y a de quoi décourager les candidats potentiels, malgré le fait qu'ils soient souvent chômeurs et aient besoin de la rémunération

  • Par gerint - 17/01/2016 - 14:26 - Signaler un abus Du côté des médecins

    il y a aussi matière à refuser de participer aux essais si on n'a pas d'explication claire de cet accident épouvantable

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€