Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Espagne : des sympathisants de Franco manifestent contre le transfert de sa dépouille

Au moins mille personnes se sont rassemblées dimanche au mausolée de Franco, à 50 kilomètres de Madrid, pour protester contre la décision du gouvernement socialiste de Pedro Sánchez de retirer sa dépouille.

Mémoire

Publié le
Espagne : des sympathisants de Franco manifestent contre le transfert de sa dépouille

 Crédit JAVIER SORIANO / AFP

43 ans après sa mort, le dictateur espagnol Francisco Franco va déménager. Le nouveau chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, a déclaré fin juin le transfert "immédiat" des restes de Franco. "Je crois qu'une démocratie mature comme la nôtre, européenne, ne peut avoir de symboles qui divisent les Espagnols", estime-t-il.

Pour protester contre cette décision, environ un millier de manifestants se sont présentés au mausolée ce dimanche.

Ils sont venu  assister à la messe dans la monumentale basilique au bout de laquelle se trouve la tombe du dictateur. Les participants sont venus à l'appel d'un mouvement d'extrême droite à "une pérégrination nationale patriotico-religieuse" contre "la spoliation que les rouges prétendent perpétrer".

Francisco Franco, chef de l'Etat espagnol de 1939 jusqu'à sa mort en 1975, repose actuellement dans la "Valle de los Caidos" (La vallée de ceux qui sont tombés), construit d'abord pour rendre hommage aux "héros et martyrs de la Croisade", désignant par là les combattants nationalistes morts pendant la guerre d'Espagne (1936-1939), auxquels furent ajouté en 1958 des combattants républicains, pourvu qu'ils fussent catholiques, souvent sans en avertir leur famille. Près de trente-cinq mille combattants, principalement des nationalistes mais aussi des républicains, reposent dans la crypte, non loin de la nef centrale où sont situées les sépultures de Francisco Franco et du chef de la Phalange, José Antonio Primo de Rivera.

En 2007, une loi sur la mémoire historique du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero avait prévu de dépolitiser le monument afin de le consacrer uniquement à sa vocation religieuse.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 15/07/2018 - 18:54 - Signaler un abus Socialauds, respectez les morts!

    Staline, Lénine, Trotsky, Mao, Pol Pot, Ceaucescu, Markosi, Georgi Dimitrov, Castro, Sékou Touré, Hoxha, Rudolf Slansky, Edvard Benes, Erich Honecker, Walter Ulbricht etc...aucun de ces nombreux dictateurs socialistes n’a subi le viol de sa sépulture, malgré les crimes du socialo-communisme...décidément, les socialistes ne tolèrent pas l’histoire, lorsqu’elle ne favorise pas leur dictature passéiste...honte à Pedro Sanchez qui fait retourner l’Espagne très loin en arrière!

  • Par ISABLEUE - 16/07/2018 - 09:36 - Signaler un abus la photo de ces bras levés m'écoeure

    Mille salopards d'espagnols....

  • Par Ajar - 16/07/2018 - 17:54 - Signaler un abus Fragile Isableue

    Du sectarisme socialiste à 2 pesetas

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€