Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Escroquerie bancaire : le nombre de victimes a explosé en 2017

Le taux des ménages victimes d'escroquerie bancaire a plus que doublé en 7 ans : ils étaient plus de 1,2 million en 2017.

Danger

Publié le
Escroquerie bancaire : le nombre de victimes a explosé en 2017

 Crédit Reuters

Une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a été rendue publique mercredi. Et elle fait froid dans le dos : selon cette étude, le nombre de victimes d’escroquerie bancaire a plus que doublé en l’espace de 7 ans. Elles sont passées de 500.000 ménages victimes en 2010 (première année de l'étude) à 1,210 million l'an passé.

En 2016, 64% des ménages victimes ont déclaré un préjudice d’un montant inférieur ou égal à 300 euros tandis que les escroqueries supérieures à 1 000 euros représentent une part bien moins importante (13% des ménages). Une bonne nouvelle ? Pas vraiment : ces escroqueries d'un (relativement) faible montant sont plus difficiles à détecter. Par conséquent, ne comptez pas sur votre banque pour vous alerter : environ 70% des ménages (834 000) affirment s’être aperçus de la fraude en jetant un œil à leur relevé bancaire.

La part des ménages ayant été alertés du préjudice par leur établissement bancaire diminue au fil du temps : elle est passée de 29% en 2014 à 22% en 2016.

Ces escroqueries visent, dans leur majorité (58%), à faire des achats en ligne. 

Pour éviter le piratage de vos données bancaires, Que Choisir recommande de se servir d'une adresse email  spécifique et sécurisée pour vos transactions importantes (banque, impôts, etc.) et d'une adresse différente pour les achats, inscriptions à des sites, etc. "Comme cette adresse circulera sur le Net, elle a plus de chances d’être piratée. Mais les escrocs ne pourront rien en faire, puisqu’elle ne sera reliée à aucune donnée sensible", écrit le site. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 21/05/2018 - 15:40 - Signaler un abus Une adresse email est publique et sans danger

    Ce n'est pas avec une adresse email qu'on fait des achats ou des opérations bancaires, et donc ce n'est pas parce qu'un escroc la connait qu'il peut prendre votre argent. Pour pirater une adresse email, il ne suffit pas de la connaître ! Tout est dans la carte bancaire et les mots de passe: c'est ça qu'il faut protéger ou ne communiquer qu'avec précautions, pas votre adresse.

  • Par J'accuse - 21/05/2018 - 15:48 - Signaler un abus Points faibles: les points de livraison

    Un achat en ligne nécessite une livraison. Les escrocs ne vont pas se faire livrer chez eux, et encore moins chez leur victime, mais dans des points de livraison. Malheureusement, nombreux sont ceux qui n'exigent pas une pièce d'identité pour remettre le colis: ils devraient tous le faire. De cette façon, si on vole une CB, c'est beaucoup plus difficile pour le voleur d'acheter quelque chose en ligne.

  • Par kelenborn - 21/05/2018 - 17:15 - Signaler un abus ?????

    Ma CB a été piratée deux fois mais....1 .les paiements litigieux cessent quand on atteint un certain montant, 2 On est couvert par l'assurance. Il en résulte que c'est plus le réseau qui est affecté et la, je m'en tape. En revanche, celui qui est assez con pour donner ses coordonnées quand on lui dit qu'il a gagné un smartphone mais qu'il faut payer une somme symbolique de 5 euros et bien je dis: mort aux cons! c'est bien fait! Et en plus je me dis qu'il a du voter Macron !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€