Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 18 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Escort-girl, secrétaire d'Etat et milliardaire : le scandale qui pourrait bloquer Youtube et Instagram en Russie

La publication de vidéos et photographies montrant un milliardaire russe en compagnie d'un secrétaire d'État du gouvernement Poutine et d'une jeune escort pourrait avoir des conséquences inattendues.

Propaganda

Publié le
Escort-girl, secrétaire d'Etat et milliardaire : le scandale qui pourrait bloquer Youtube et Instagram en Russie

C'est une décision judiciaire qui risque de faire beaucoup parler d'elle. Le milliardaire Oleg Deripaska, fondateur d'un des plus grands groupes russes, Basic Elements, a remporté le 9 février une injonction à la cour de justice d'Ust-Labinsk contre des vidéos et des photographies le montrant, lui et le secrétaire d'Etat Sergey Prikhodko, secrétaire général du gouvernement de Dimitri Medvedev, tous deux sur un yacht en compagnie d'une jeune femme décrite comme étant une escort.

Le milliardaire a demandé à la justice de retirer ces vidéos qui seraient utilisées dans une "campagne de diffamation" contre lui : la cour a demandé le retrait de 7 vidéos sur Youtube et 14 photographies postées sur Instagram, ces dernières ayant été largement relayées par un militant anti-Kremlin, Alexey Navalny. L'activiste affirme que ces documents, pris par la jeune femme présente sur le bateau, Nastya Rybka, dévoileraient la possible corruption entretenue par les deux hommes. La jeune fille nie les accusations et devrait supprimer les contenus de ses comptes Instagrams et Youtube.

Mais évidemment, ceux-ci ont été largement diffusés depuis. 

Tous ces contenus ont donc été blacklistés par l'agence de contrôle des médias russes, Roskomnadzor à la suite de la décision de justice, ce qui rend la consultation des sites les diffusants impossibles.

Mais ce n'est pas tout : selon le journal Vedomosti, Instagram et Youtube pourraient techniquement être bloqués à partir de mercredi en Russie, et ce jusqu'à ce qu'ils suppriment les vidéos condamnés par la justice locale. 

Pour l'instant, les vidéos n'ont pas encore été supprimées de Youtube.

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€