Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 18 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Erwin Rommel : son fils révèle les détails de sa mort

Dans une lettre manuscrite, le fils du général allemand raconte en détails les derniers moments de son père, contraint de se suicider par Adolf Hitler.

Secrets d'histoire

Publié le

C'est une découverte historique de taille. Une lettre écrite par le fils du général Erwin Rommel retraçant les derniers jours de l'un des officiers allemands les plus connus de la Seconde Guerre mondiale vient d'être retrouvée. Dans cette lettre, le jeune Manfred Rommel, le fils du haut dignitaire nazi qui était alors âgé de 15 ans, fait un compte rendu détaillé des derniers moments de son père.

La missive révèle notamment que le général a été accusé d'un complot visant à tuer Hitler.

Bien qu'il n'ait pas participé directement à l'attentat du 20 juillet 1944 contre le Führer, le général Rommel, surnommé le "Renard du désert", fut contraint de se suicider à l'arsenic le 14 octobre 1944. La lettre explique qu'Erwin Rommel aurait "choisi" cette solution en échange de la garantie que sa famille serait épargnée.

Le jour de sa mort, deux généraux ont emmené Erwin Rommel dans une voiture de service. Quelques minutes plus trad, sa femme recevait un coup de téléphone l'informant de la mort de son mari. Le général Rommel, qui incarne toujours dans la mémoire collective le mythe du soldat allemand exemplaire, serait mort en seulement 5 secondes après avoir absorbé l'arsenic. "A midi, mon père a reçu deux généraux. Environ trois quarts d'heure après, je rencontrai mon père qui sortait tout juste de la chambre de ma mère. il me dit alors... que Hitler lui avait laissé le choix entre prendre du poison ou être traduit devant un tribunal populaire", explique Manfred Rommel dans cette lettre. "Adolf Hitler lui avait aussi fait savoir que s'il se suicidait, rien n'arriverait à sa famille."

La lettre de Manfred Rommel, écrite en anglais et datée du 27 avril 1945, a émergé d'un flot d'archives de la Seconde Guerre mondiale à l'occasion d'une vente aux enchères. Ces archives appartenaient au capitaine Noel Chavasse l'officier adjoint de Sir Bernard Montgomery, commandant de l'armée britannique.     

N'ayant pas servi sur le front de l'Est, Erwin Rommel est l'un des rares généraux allemands à n'avoir commis ni crime de guerre, ni crime contre l'humanité. Il l'un des généraux dirigeant des divisions de panzers permettant la percée sur la Meuse lors de la bataille de France en 1940. Il dirigea de 1941 à 1943 l'armée allemande d'Afrique du Nord, connue notamment sous le nom d'Afrika Korps. Il améliora les défenses du mur de l'Atlantique en 1944 et commanda le groupe d'armées stationné en France, en Belgique et aux Pays-Bas lors de la bataille de Normandie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Loupdessteppes - 31/12/2012 - 18:22 - Signaler un abus Cet épisode n'est-il pas déjà connu ?

    Cet épisode n'est-il pas déjà connu des historiens ? La lettre vient seulement confirmer ce qui était déjà considéré comme historique et est relaté dans de nombreux ouvrages...

  • Par POSITIF - 01/01/2013 - 07:12 - Signaler un abus Episode connu et deja revele

    Episode connu et deja revele par le fils Romel lors d'une emission de television il y a plusieurs annees .

  • Par jlbaty - 01/01/2013 - 09:24 - Signaler un abus nostalgie

    La tête des officiers en fin de régime nazie tenait qu'à un file ...Régime d' ordre de discipline, d'élimination physique des opposants, de la rce pure ,dommage pour toi gégéfoufou t'es pas née à la bonne époque

  • Par Loupdessteppes - 01/01/2013 - 12:16 - Signaler un abus jlbaty : deux voeux pour cette année

    jlbaty : Un - pour cette nouvelle année tu prends des cours d'orthographe... Deux - Tu mets de l'ordre dans tes pensées on ne pige pas grand chose de ta bafouille...

  • Par jlbaty - 01/01/2013 - 13:57 - Signaler un abus trois-a défaut de s' attaquer au fond on s' attaque à la forme

    La tête des officiers, en fin de régime nazi, tenait qu'a un file. Régime d' ordre, de discipline, d'élimination physique des opposants , d' apologie de la race pure, de la censure de la presse . Dommage pour toi Gégé tu n' est pas née à la bonne époque

  • Par Glop Glop - 01/01/2013 - 15:52 - Signaler un abus Le renard n'était pas un loup

    1. Erwin Rommel n'était pas de la SS mais de la Wehrmacht et n'était donc pas un dignitaire nazi mais un officier de l'école prussienne. 2. Erwin Rommel a trop tardé à apporter son soutien (soutien qu'il n'a jamais délivré par ailleurs) au complot "Stauffenberg" du 20 Juillet 1944 (Walkyrie) malgré les nombreuses solicitations qui lui furent adressées par des officiers et des dignitaires de la société civile allemandes dès 1942... mais son ambition en a décidé autrement surtout après avoir reçu le bâton de Feldmarschall des mains d'Adolf Hitler, et est devenue sans appel à partir de 1944 alors que le même Hitler lui délivrait un "Gummibefehl" (ordre élastique) pour prendre ses fonctions face à Gerd Von Rundstedt, Commandant en Chef de toutes les armées de l'Ouest (Oberbefehlhaber West à Saint-Germain-en-Laye). Les notes de Desmond Young qui fut l'un de ses prisonniers en dit long sur le renard. Erwin ne s'est jamais engagé dans un quelconque complot contre Adolf Hitler.

  • Par index.sui.et.falsi - 01/01/2013 - 18:30 - Signaler un abus Précisions s.v.p.

    En quoi ceci est-il nouveau ? À première vue, Manfred Rommel a déjà raconté tout cela en conclusion des carnets de guerre de son père. Édition française : Maréchal Rommel : La guerre sans haine, carnets présentés par Liddell-Hart, Les Presses de la Cité, Paris, 1962.

  • Par wolfgangamadp - 02/01/2013 - 14:11 - Signaler un abus C'est affreusement dramatique

    C'est affreusement dramatique comme fin. Vous imaginez les adieux et la séparation en quittant la chambre ? Et puis avoir le courage de raconter celà à son fils avant de mourir. C'est quand même pas rien.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€