Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Eric Ciotti condamne la "grave trahison" de Christian Estrosi

Les deux barons niçois ne s'entendent plus. Le premier accuse le second de s'être allié à l'Elysée.

Salade niçoise

Publié le - Mis à jour le 17 Août 2018
Eric Ciotti condamne la "grave trahison" de Christian Estrosi

 Crédit Valery HACHE / AFP

Depuis la campagne désastreuse de François Fillon à la présidentielle, les deux barons niçois des Républicains ont suivi des voies fort différentes. Pourtant, ils avaient tous les deux soutenu Nicolas Sarkozy à la primaire, avant de rejoindre le vainqueur Fillon. On peut même dire aujourd'hui que c'est une guerre fratricide qui est aujourd'hui déclarée entre le maire de Nice et celui qui fut son attaché parlementaire. Alors qu'Eric Ciotti, député de la 2nde circonscription des Alpes-Maritimes s'est illustré par une fidélité sans faille au candidat malheureux de LR, puis au nouveau patron des Républicains, Laurent Wauquiez, le maire de Nice semble tourner le dos à ses anciens alliés, grâce auxquels il était pourtant arrivé à la tête de la région PACA.

Prenant ses distances avec la droite, Estrosi avait été un temps pressenti par la presse pour être ministre du gouvernement Macron, et semble plus proche de LREM que de Laurent Wauquiez et de son plus fidèle porte-flingue. 

La bataille pour la mairie de Nice est déjà annoncée, et Eric Ciotti met ses troupes en ordre de bataille. En en rapportant aux siens - selon une information de l'Opinion - une rumeur selon laquelle la participation de Christian Estrosi à une réunion "sur une volonté de renforcement des métropoles au détriment des autres collectivités" à l'Elysée, il pointe du doigt le comportement de son adversaire. Un tel agissement serait selon lui "une remise en cause intolérable de l'équilibre des territoires et des collectivités qui les composent". Et il s'agirait d'une "grave trahison à l'égard de [sa] famille politique", tant on pourrait y voir une sorte de "négociation secrète et parallèle, dans le dos de [son] mouvement". Cette réunion, qui aurait eu lieu début août selon le Canard Enchainé, aurait rassemblé Alain Juppé, Jean-Luc Moudenc et Christian Estrosi, maires respectivement de Bordeaux, Toulouse et Nice, et tous connus pour être les défenseurs d'une droite plus proche du pouvoir. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 16/08/2018 - 20:53 - Signaler un abus Trahison

    Dans ce parti c'est plutôt monnaie courante, un art de vivre même.

  • Par Wortstein - 16/08/2018 - 21:33 - Signaler un abus Une droite plus libérale?

    surtout plus sociale-démocrate... Le libéralisme n'est pas incarné par Macron ni les sbires du centre mou... Il n'est d'ailleurs pas incarné du tout en France. C'est un pur abus de langage

  • Par vangog - 16/08/2018 - 23:31 - Signaler un abus Droite plus libérale????

    Hé ho, Atlantico! Vous vous êtes encore fait inverser le dictionnaire par les gauchistes...en augmentant la dépense publique, la manipulation médiatique et les impôts de manière effrénée, le couple Macron-Philippe a fait de la France un des pires pays gauchistes et réactionnaires au monde...absolument rien de comparable avec le libéralisme, qui ne peut passer que par une baisse drastique des împots, de la manipulation médiatique et de la dépense publique...revoyez votre copie! Quant à Estrosi, la seule et unique raison pour laquelle il a participé à cette réunion élyséenne sur les grandes métropoles, est son ambition démesurée pour le pouvoir, et, surtout, les deux milliards de subventions nationales que lui accordera Macrouille (Sarko-le-tricheur lui en avait déjà donné deux pour sa fidélité Ripoublicaine...) pour construite deux lignes supplémentaires de tram-gratuit, qui seront nécessaires à sa réélection...

  • Par Ajar - 17/08/2018 - 09:43 - Signaler un abus Estrosi

    Il est amoureux alors il fait n'importe quoi ...

  • Par Vincennes - 17/08/2018 - 11:50 - Signaler un abus JUPPE/ESTROSI/RAFFARIN dignes de Macrounet et

    toujours dans les "bons coups"contre "LR" …….manque plus que COPPE pour compléter ce TRIO de "porte flingues"

  • Par LOTHARINGIEN 31 - 17/08/2018 - 15:59 - Signaler un abus EDGAR SANSD

    comme disait E.Faure " ce n'est pas la girouette qui tourne , c'est le vent ..."

  • Par gilbert perrin - 17/08/2018 - 17:58 - Signaler un abus estrosi, est de ces girouettes qui ont tourné avec le vent ...

    il est de ceux qui à chaque élection, par ARRIVISME tout simplement TOURNENT avec le vent… ils sont nombreux et pas seulement aux LR, mais au LR il y a en particuliers tous les barons… POURQUOI les garde t'on ???? Ils sont même néfastes au redressement du pays, dans la liberté, la justice et l'égalité… POURQUOI tout simplement parcequ'ils conservent leurs vieilles méthodes, les pratiques malhonnêtes du système ??? ce qui revient à dire, toutes les places, tous les postes et toutes les ficelles, même dans le bureau national ???? c'est la raison TOUTE SIMPLE pourquoi les NANTIS restent les NANTIS après chaque élections… "MEME les BATTUS" reçoivent un emploi Théodule, dans une société Théodule, ou il n'est même pas question de compétence ?????? g perrin

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€