Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

En pleine crise financière, l'UDI songerait à abandonner son siège parisien

Selon des informations de RTL, l'échec subi aux dernières législatives a plongé les finances du parti centriste dans le rouge.

Fauchés

Publié le

Déjà considérablement affaibli sur le plan politique, l'UDI flirte-t-il dangereusement avec la banqueroute ? Le parti centriste serait en effet en proie à d'importants problèmes financiers, selon des informations de RTL. La raison ? L'échec subi aux dernières élections législatives. En effet, au-delà du seuil de 50 candidats à plus de 1 % dans 30 départements, chaque formation politique reçoit 1,42 euro par voix recueillie au premier tour.

Avec ses 687 225 votes aux dernières législatives, l'UDI devrait donc toucher 976 000 euros par an.

À cette somme s'ajoutent les 37 000 euros perçus pour chacun de ses 18 députés élus. Au total, c'est donc une enveloppe annuelle de 1 650 000 euros qui serait alloué au parti de Jean-Christophe Lagarde. Une somme plutôt maigre alors que durant la précédente législature, la formation pouvait compter sur 2 680 000 euros.

L'UDI va donc devoir compter ses sous et se serrer la ceinture. Le parti pourrait dire au-revoir à son siège parisien, dont il est locataire. Situé dans le XVe arrondissement de la capitale, le site comprend trois étages, des salles de réunion et un studio télé au sous-sol de ces locaux cossus situés dans le XVème arrondissement de Paris. Par ailleurs, toujours selon RTL, un plan social serait dans les tuyaux pour les quelques salariés du parti.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/09/2017 - 21:36 - Signaler un abus Petit motif de satisfaction pour les patriotes...

    ils ont abattus les châteaux seigneuriaux d'excès confréries malfaisantes!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€