Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emploi fictif d'Anne Hidalgo : le témoignage qui accable la maire de Paris

Le 13 novembre dans les colonnes de Capital, Thierry Dahan, vice-président de l’Autorité de la concurrence et ex-conseiller ministériel de Marylise Lebranchu, a été interrogé sur l'emploi fictif d'Anne Hidalgo au début des années 2000. Il a démenti ses propos après la publication de l'article.

Accusations

Publié le
Emploi fictif d'Anne Hidalgo : le témoignage qui accable la maire de Paris

Fin octobre, le magazine Capital avait accusé Anne Hidalgo d'avoir bénéficié d'un emploi fictif au ministère du Travail pendant vingt mois au début des années 2000, alors qu'elle était conseillère au cabinet de la ministre de la Justice Marylise Lebranchu puis la première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Après la publication de l'article de Capital, Anne Hidalgo avait annoncé qu'elle portera plainte contre le magazine pour diffamation. Mais le 7 novembre, Le Canard Enchaîné a confirmé les informations du magazine économique et a affirmé que la maire de Paris aurait perçu indûment 116.000 euros entre 2001 et 2002. 

"On ne la voyait pas beaucoup au ministère"

Lundi 13 novembre, Capital est revenu donc à la charge en apportant comme preuve le témoignage de Thierry Dahan, vice-président de l’Autorité de la concurrence.

"Je l’ai à peine croisée !", a affirmé  Thierry Dahan au Capital. "Très vite, au début 2001, on a laissé carte blanche à Anne Hidalgo pour mener sa campagne municipale à Paris. Du coup on ne la voyait pas beaucoup au ministère", a assuré l’ancien conseiller. Et d'ajouter : "Lorsque, au mois de mars 2001, elle a été élue et est devenue première adjointe, elle a quitté définitivement le cabinet". "Il est sans doute le mieux placé pour en témoigner, car c’est lui qui l’a remplacée à son poste de conseillère sociale", affirme Capital de son côté. "Elle est venue me voir juste après son élection. Nous avons examiné ensemble les dossiers qu’elle avait à gérer, et elle m’a passé le relai. Je me suis installé dans son bureau, et à partir de ce moment, c’est moi qui ai mené toutes les négociations sociales pour le ministère de la Justice", a précisé au magazine Thierry Dahan.

>>> À lire aussi : Scandale des emplois fictifs d’Anne Hidalgo : les langues se délient enfin 

Durant quelques semaines, il a donc eu une double casquette, conseiller budgétaire et conseiller social. "Une tâche beaucoup trop lourde pour être réalisée par un seul homme", confie Capital, précisant que "deux mois plus tard, Marylise Lebranchu [était] donc contrainte de revoir l’organisation de son cabinet". Et d'ajouter : le 30 mai 2001, elle a embauché un nouveau conseiller budgétaire, François Adam et nommé officiellement Thierry Dahan conseiller "chargé des affaires économiques et sociales" à la place d’Anne Hidalgo. "Quelques semaines plus tard", elle a donné "à cette dernière le titre de "chargée de mission" sans affectation particulière, une dénomination habituelle, à l’époque, pour couvrir les emplois fictifs", déclare Capital.

La mairie de Paris demande en vain à Capital de modifier son article

Après la publication de cet article, Thierry Dahan est revenu sur ses propos. Il a accusé le magazine de mentir et d’avoir déformé ses propos sur Anne Hidalgo : "Vous présentez mes propos comme un 'témoignage qui accuse' alors qu'il s'agissait simplement, à l'occasion d'une conversation plus large qui a aussi porté sur l'activité de l'Autorité de la concurrence, de répondre à vos questions sur la manière dont j'avais connu Mme Hidalgo lors de notre passage commun au cabinet de Mme Marylise Lebranchu, alors Garde des Sceaux. Je vous ai d'ailleurs indiqué que je n'avais aucune déclaration à faire à ce sujet et que je ne souhaitais pas être mentionné dans votre article. Vous n'en avez tenu aucun compte".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par hannibal barca - 14/11/2017 - 13:23 - Signaler un abus Plus escroc que les socialistes tu meurs

    Hidalgo doit rendre l argent des contribuables De plus elle a transformé Paris en cloaque C est la honte

  • Par lasenorita - 14/11/2017 - 13:33 - Signaler un abus Eux,ils ont ''le droit''!

    Les gauchistes ont TOUS les droits! Ils ont fait ''un foin'' pour les ''emplois fictifs'' des politiques ''de droite'' mais les merdias se taisent quand il s'agit de politiques ''de gauche''...ainsi la sénatrice et maire des quartiers Nord de Marseille, Samia Ghali(socialiste),emploie, dans sa mairie, tous ses cousins,copains,etc..dont certains sont des dealers ''reconnus''...cette dame avait été la secrétaire de Guérini, qui traîne d'énormes casseroles et qui est toujours député!...

  • Par gerint - 14/11/2017 - 14:16 - Signaler un abus L'article de Capital ne nuit moi à l'image de la Mairie de Paris

    (qui est déjà bien jaunie) qu'à celle de cette poufiasse.

  • Par Atlante13 - 14/11/2017 - 18:21 - Signaler un abus Allo allo le PNF,

    alors, on se réveille? On a pourtant connu sa présidente beaucoup plus réactive, flamme et cheveux au vent, pourfendant de sa ire les auteurs supposés d'emplois fictifs. Et là, silence, on tourne une scène bisounourse pour lapins crétins. A la Bastille...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€