Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron veut "sortir d'une relation perverse entre l'hexagone et l'outremer"

En déplacement en Guyane, il a aussi proposé plus de coopération avec les pays voisins pour lutter contre "la pression migratoire".

Moi président de la République

Publié le
Emmanuel Macron veut "sortir d'une relation perverse entre l'hexagone et l'outremer"

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a proposé mardi lors de son déplacement en Guyane de "sortir d'une relation perverse entre l'hexagone et l'outremer".

"Je ne suis pas le père Noël. Vous êtes habitués à voir des responsables politiques qui font des promesses qui ne sont pas suivies d'effet", a déclaré l’ancien ministre de l'Économie lors d'une réunion publique organisée à Cayenne. Il a expliqué que le projet qu'il voulait "porter pour l'outremer et la Guyane (devait) être construit ensemble au contact des réalités pour sortir d'une relation perverse entre l'hexagone et l'outremer". Emmanuel Macron a donc plaidé pour la reconnaissance de la diversité au sein de la République, en promettant s'il est élu de travailler avec la collectivité territoriale de Guyane à la modification de son statut régi par l'article 73, une collectivité territoriale née il y a un an de la fusion de la Région et du Département.

La lutte contre "la pression migratoire"

"Il faut donner les habilitations qui confèrent plus de compétences à la collectivité territoriale car les règles qui s'appliquent sur le territoire national ne sont pas adaptées au contexte local et sont une contrainte intolérable", a souligné Emmanuel Macron.

Pour lutter contre l'insécurité liée "à la pression migratoire", le candidat Macron promet plus de moyens pérennes. Il en a également profité pour tacler la présidente du FN Marine Le Pen qui l'avait précédé de quelques jours : "nul ne peut promettre de fermer les frontières de la Guyane, c'est du miel". Selon lui, les flux migratoires doivent être gérés par une coopération "plus virile" avec les pays voisins.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MIMINE 95 - 21/12/2016 - 08:21 - Signaler un abus C'est quoi une coopération plus virile ?

    Il va leur montrer son petit z'oiseau ?

  • Par cloette - 21/12/2016 - 08:54 - Signaler un abus Il ne va pas déclencher l'enthousiasme

    En Guyane , pas le genre qui plait !

  • Par Aghir - 21/12/2016 - 12:30 - Signaler un abus C'est vrai

    qu'à danser le zouk, on en apprend des choses!!!!!!!!!!!

  • Par langue de pivert - 21/12/2016 - 15:46 - Signaler un abus

    il va déclarer la guerre au Brésil et au Surinam ? A Haïti ? Au Guyana ? C'est clair que si Mme Le Pen a promis de fermer les frontières de la Guyane elle a loupé une occasion de se taire, mais sa proposition à lui n'es guère plus réaliste.

  • Par l'enclume - 21/12/2016 - 16:11 - Signaler un abus Tous pourris, certains plus que d'autres

    Moi, je souhaite qu'Emmanuel Macron, sorte de ses relations perverses avec Drahi, Mourad et Niel.

  • Par ikaris - 21/12/2016 - 17:11 - Signaler un abus Comprenne qui pourra

    A chaque fois qu'on parle des DOM TOM on se rend compte qu'ils ont un vrai problème avec l'immigration (ce n'est donc pas juste une vision "française de souche") , c'est suffisamment énorme pour que les politichiens en parlent sans se faire traiter de fachos ... et bien sûr rien ne se passe jamais ! Macron c'est original ta petite danse du ventre mais on sait bien que ça va se terminer à l'ENA

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€