Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron ne veut pas "avoir d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre un statut cheminot" inchangé

Lors de sa visite au Salon de l'agriculture, Emmanuel Macron a été interpellé par un cheminot inquiet de la réforme de la SNCF.

Comparaison

Publié le
Emmanuel Macron ne veut pas "avoir d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre un statut cheminot" inchangé

Après sa discussion houleuse avec des agriculteurs sur le glyphosate, Emmanuel Macron a croisé le fer (verbal) avec un cheminot, lors de sa longue visite au Salon de l'agriculture, ce samedi.

Alors qu'un salarié de la SNCF lui faisait pas de ses inquiétudes à propos de la réforme de la SNCF, le président de la République n'a pas hésité à mettre sur le tapis la situation des agriculteurs : "Je ne peux pas avoir d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre avoir un statut cheminot et ne pas le changer", a répondu Emmanuel Macron.

"Je suis petit-fils de cheminot, allez voir les agriculteurs, ils n'ont pas de statut... Faut pas raconter de craques aux gens. Vous avez quel âge ? Vous n'avez pas le même rythme que mon grand-père qui était cheminot", a déclaré le président.

Ajoutant qu'il ne veut pas "tout casser" et qu'il n'est "pas du tout pour rogner sur les salaires", le président a argumenté qu'il y "a des éléments de statuts et une gestion de l'entreprise qu'il faut adapter" car "le monde n'est plus comme avant".

Je ne vais pas faire rentrer un cheminot [à la SNCF avec un statut] comme il y a 50 ans, ce serait fou !" s'est exclamé le président.

Le cabinet du Premier ministre annoncera lundi la méthode et le calendrier de la réforme de la SNCF qu'il va entreprendre à la suite de la présentation, la semaine dernière, d'un rapport sur la question, qui avance notamment la possibilité d'une transformation en société anonyme et la fin du statut des cheminots à l'embauche.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 24/02/2018 - 18:30 - Signaler un abus Veut il des clandestins assistés ?

    Puisque l'état, nous , achète des hôtels pour loger africains, arabes qui arrivent en nombre grae aux associations alors que nos paysans triment et qui par desespoir se suicident car ils ne parviennent pas à vivre et nourrir leur famille..... A vomir...

  • Par vangog - 24/02/2018 - 18:48 - Signaler un abus Des agriculteurs qui parviennent à peine à dégager quelques

    centaines d'euros, en travaillant leurs sept jours sur sept, et en étant pressurés par les emprunts bancaires, côtoient les privilégiés bobos, choyés par le système macroniste et des envahisseurs islamisés, choyés par les associations extrême-gauchistes...une aberration bien française!

  • Par Deudeuche - 24/02/2018 - 19:52 - Signaler un abus Macron

    Bonne remarque!

  • Par Stargate53 - 24/02/2018 - 21:39 - Signaler un abus Comparaison n est pas raison !

    Curieuse méthode de culpabilisation qui ne va pas rendre facile la réforme de la SNCF ! La provocation fait plaisir mais apporte rarement des solutions satisfaisantes ! Un peu populiste la méthode en plus pour un soit disant libéral ! Et en quoi cela fait avancer le malaise des agriculteurs français, on est en droit de se poser la question !

  • Par MonsieurD - 25/02/2018 - 05:33 - Signaler un abus Bon sens

    Il a évidemment raison.

  • Par PB974 - 25/02/2018 - 09:23 - Signaler un abus Comment lui donner tort ?

    ... Nous ne sommes plus dans la France de l'après-guerre. Et si dire la vérité, c'est provoquer ... Il est vrai que les français n'y sont guère habitués (au discours pragmatique et la responsabilisation).

  • Par l'enclume - 25/02/2018 - 10:28 - Signaler un abus J'ai la rage, le populisme ne passera pas.

    Je ne souhaite pas faire la pige à Ganesha,avec les papys d'Atlantico, j'en suis un. Cependant, quel petit coq, qui ne supporte pas la contradiction. Le cheminot aurait pu rétorquer et, tous vos potes de l'Ena, de l'Inspection des Finances, du Conseil d'état, de la Cour des comptes,,des grands corps de l'état, qui y ont mis les pieds quelques années, voir quelques mois, voir le gros Hollande à la Cour des comptes et, qui empoche une retraite pleine, trente ans après. Combien de ces zigotos qui assèchent les caisses de l'Etat ???? Si vous voulez des noms, j'en connais trois : Fabius, Juppé, Hollande et,tous les députés(e) fonctionnaires, qui réintègrent leur corps, avec l'ancienneté, lorsqu'ils, elles sont battu(e)s aux élections législatives. Le cheminot ne peut pas se permettre cette gymnastique. Je plains les gugusses qui tombent dans le panneau de ce populisme vulgaire et inhumain.

  • Par J'accuse - 25/02/2018 - 11:15 - Signaler un abus Quel rapport ?

    Le statut des cheminots et la retraite des agriculteurs n'ont rien à voir entre eux. Macron a voulu flatter les seconds qui étaient là en spectateurs de la scène, en rentrant dans le lard d'un sans-costard (ses victimes favorites). Maintenant, on l'attend au tournant: va-t-il vraiment permettre la retraite qu'il vient de promettre, en réformant le statut des cheminots ? En même temps, bien sûr.

  • Par assougoudrel - 25/02/2018 - 12:06 - Signaler un abus Les cheminots joueront les

    zadistes. Par contre Sarkozy leur a donné encore plus qu'ils en avaient déjà et ceci, jusqu'en 2018, pensant qu'il serait réélu et il a laissé le "pot de pue" aux suivant, tout comme les autres avant lui. Le gros Hollande a été à l'abri pendant son mandat.

  • Par pascal farigoule - 25/02/2018 - 12:17 - Signaler un abus donc si je comprends bien

    Macron veut enlever à Paul, sans donner à Jacques ... c'est ce qui s'appelle réduire la fracture sociale, rassembler les français ... enfin du pur macron quoi !

  • Par MIMINE 95 - 25/02/2018 - 15:57 - Signaler un abus DIVISER POUR MIEUX REGNER

    ...... la base ! et le p'tit zeste de populo avec "mon grand père cheminot" pour assaisonner le péquin ..

  • Par 2bout - 25/02/2018 - 20:46 - Signaler un abus Pas mieux !!!

    Par 2bout - 08/09/2017 - 11:34 - Signaler un abus Elle est pas belle, la vie ? Mais avant, un peu d'histoire. En 1909, une loi définit l'âge à partir duquel une pension de retraite peut être attribuée pour les agents de conduite des locomotives. Cet âge fut fixé à 50 ans, sachant qu'à l'époque, l'espérance de vie pour les hommes était de 49 ans !!! En un siècle, l'âge de départ à la retraite est passé pour les cheminots de 50 à 52 ans, et en parallèle, l'espérance de vie a augmentée de 30 ans. Rappelons également que nos arrières grand-pères (le mien, par exemple) devenaient des « roulants » avant l'âge de 13 ans, et que leurs droits à la retraite n'étaient acquis qu'à partir de 150 trimestres ... Cela s'appelle le progrès social, financé par le contribuable, pour une infime partie de la population qui ne se considère même pas privilégiée. Et pourtant ... Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/suppression-regimes-speciaux-sncf-pourquoi-cheminots-cgt-sont-principaux-ennemis-securite-sociale-depuis-70-ans-3157902.html#Ech7i1JLVqwGQPBB.99

  • Par gerint - 26/02/2018 - 08:43 - Signaler un abus Cette façon de faire de Macron est habituelle

    Elle est inutilement clivante et agressive.

  • Par ISABLEUE - 26/02/2018 - 16:30 - Signaler un abus le petit jupiter fait le coq au salon de l'agriculture

    QUel rapport entre un paysan et un conducteur ?? Le conducteur a des responsabilités, la vie de ses clients;;; Le paysan ?? oui aussi, en polluant nos terres, notre eau..massacrant les animaux...

  • Par 2bout - 26/02/2018 - 16:54 - Signaler un abus Quelle est la différence entre un client et un usager ?

    L'un est roi, et l'autre ... renfloue la dette.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€