Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron annonce des premières mesures pour mieux rémunérer les agriculteurs

"Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix, qui partira du coût de production" a-t-il annoncé ce mercredi à Rungis.

Engagement

Publié le
Emmanuel Macron annonce des premières mesures pour mieux rémunérer les agriculteurs

Rassurer la filière agricole : tel était l'objectif d'Emmanuel Macron, en visite à Rungis ce mercredi après-midi. S'exprimant en clôture de la première partie des États généraux de l'alimentation, le chef de l'Etat a d'abord salué le travail des agriculteurs. "Je n'ai jamais vu un paysan demander des aides" a-t-il lancé. "Je n'ai vu que des femmes et des hommes qui ne comptent pas leurs heures."

Il a ensuite donné ses pistes pour faire face à la paupérisation des agriculteurs, souhaitant rééquilibrer les contrats entre agriculteurs, industriels et distributeurs.

"Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix, qui partira du coût de production" a-t-il annoncé. Et de souhaiter "un engagement clair des parties prenantes en ce sens, avant la loi, pour que ces négociations reflètent l'esprit de la loi à venir, sous l'autorité des ministres.

Le locataire de l'Elysée a également pointé du doigt la guerre des prix.  "Nous avons tous une responsabilité et la première c'est de mettre fin à cette guerre de prix. Stopper la guerre des prix c'est stopper la dévalorisation permanente du revenu des agriculteurs, c'est leur permettre de vivre ou plutôt de revivre". Mais "l'Etat ne fera pas tout" a averti Emmanuel Macron, qui a également appelé à "accélérer la transition agricole" et "faire pivoter les modèles".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 11/10/2017 - 23:58 - Signaler un abus En marche.. sur la tête

    C'est le marché qui fait les prix, pas le producteur, et c'est à lui de s'adapter, pas l'inverse. Sinon, nous aurons des entreprises agricoles mal structurées, mal gérées, non compétitives et essayant de vendre leurs produits trop cher pour qu'on les achète: en d'autres termes, la fin de l’agriculture en France.

  • Par Ganesha - 12/10/2017 - 04:48 - Signaler un abus Espoir !

    Voici une exception rarissime : notre président fait preuve de clairvoyance, d'honnêteté et de bon sens ! Apparemment, l'industrie agro-alimentaire et la grande distribution n'ont pas été très généreuses avec lui pour soutenir sa campagne ! Il considère qu'il ne leur doit rien, et n'en espère pas beaucoup plus ! Il y a donc un espoir pour qu'Emmanuel Macron mette enfin de l'ordre et un minimum d'humanité dans une situation scandaleuse, qui plonge des centaines de milliers d'agriculteurs dans une misère révoltante. Il va également s'attaquer frontalement à la Politique Agricole Commune et rétablir une politique de régulation par quotas de production ? En voyant la réaction ci-dessus, j'ai l'impression de relire dans Germinal de Zola le discours d'un patron d'une mine de charbon !

  • Par veloman95 - 12/10/2017 - 10:47 - Signaler un abus c'est pas gagné

    Réguler le marché pour que les agriculteurs vivent mieux, c'est pas gagné. Pour l'instant les acheteurs (entreprises ou particuliers) veulent avant tout des prix bas. Leclerc a laissez entendre qu'il se moquait de la situation des agriculteurs, que ce qui l’intéressait c’était les prix et il ne se généra pas pour continuer à aller chercher en Allemagne ou en Espagne ce qui est trop cher chez nous. Les agriculteurs souffrent du syndrome José Bové. Ils veulent tous faire du "terroir" alors que le marché évolue peut. Nos voisins européens eu ont investi de puis longtemps dans des grosses unités productives. J'ai peur que leur seule solution soit "la ferme des milles vaches" ou changer de travail. Bon courage à eux.

  • Par Vincennes - 12/10/2017 - 11:24 - Signaler un abus Ca ne peut pas marcher à partir du moment où AUCUN

    agriculteur et AUCUN représentant d'ONG ne sont prévus pour le pilotage de "usine à gaz macron" (une de plus) ......J'ai lu aussi que F.AYRAULT, dirlo général de DANONE (bizarre encore un danone, comme Pénicaud!!) faisait partie de l'organigramme qui sera piloté "EN CHEF" par o. ALAIN (pote de Macron)......OK avec J'ACCUSE : programmation de la fin de l'agriculture

  • Par Ganesha - 12/10/2017 - 14:21 - Signaler un abus Silence assourdissant

    Bien évidemment, une simple déclaration de Macron ne promet pas la solution de tous les problèmes des paysans. Mais elle est infiniment plus honorable que le silence assourdissant, pendant cinq ans, de ces crapules de François Hollande et de Le Foll, son ministre de l'agriculture !

  • Par jc0206 - 12/10/2017 - 16:45 - Signaler un abus Et si ...

    Nos agriculteurs se retrouvaient avec leurs produits sur les bras parce que trop chers face aux Espagnols, Polonais et autres concurrents ? Macron le président de l'impôt nous remettra peut-être 0,5 point de CSG ?

  • Par Ganesha - 12/10/2017 - 18:17 - Signaler un abus Jc206

    Jc206, vous êtes également partisan du travail des enfants en Asie ? Et pourquoi pas l'esclavage des Africains ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€