Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Élection présidentielle : une loi veut mettre fin à l'égalité du temps de parole des candidats

Le texte discuté ce mardi à l'Assemblée préconise également la publicité intégrale de la liste des "parrains" de chaque candidat à l'élection présidentielle.

Chronomètre

Publié le
Élection présidentielle : une loi veut mettre fin à l'égalité du temps de parole des candidats

Selon les mots de Jean-Jacques Urvoas, cette proposition de loi veut mettre fin "aux règles baroques" qui encadrent le temps de parole des candidats à l'élection présidentielle. Crédit Reuters

Une proposition de loi qui vise notamment à supprimer l'égalité stricte du temps de parole des candidats à l'élection présidentielle sera discutée ce mardi à l'Assemblé nationale. Ce texte déposé par Bruno Le Roux et Jean-Jacques Urvoas sur la "modernisation des règles applicables à l'élection présidentielle" comporte plusieurs propositions qui aspirent à modifier en profondeur les contours de cette élection, mais aussi limiter la visibilité des petits candidats.

"Les présentations - communément appelées parrainages- devront désormais être transmises au Conseil constitutionnel par leur auteur, par voie postal", pour mettre fin au "harcèlement des maires", selon les termes employés par Jean-Jacques Urvoas .

Avec l'hypothèse de ce nouveau fonctionnement, les petits candidats craignent que la quête aux signatures soit rendue plus difficile. A l'heure actuelle, les candidats peut lui-même aller chercher ses parrainages. 

Le texte discuté ce mardi à l'Assemblée préconise également la publicité intégrale de la liste des "parrains" de chaque candidat à l'élection présidentielle. Selon la loi actuelle, cette liste n'est rendue publique que dans la limite de 500 signatures : les "petits candidats", qui obtiennent à peine plus de 500 parrainages, doivent publier quasiment tous leurs soutiens, alors que les "gros" candidats sont soumis à un tirage au sort.

Selon les mots de Jean-Jacques Urvoas, cette proposition de loi veut mettre fin "aux règles baroques" qui encadrent le temps de parole des candidats à l'élection présidentielle. Selon la règle actuelle, tous les candidats doivent disposer du même temps de parole médiatique cinq semaines avant l'élection. "Quand Jacques Cheminade fait 0,25 % des voix au moment du vote décisif, il ne me paraît pas anormal qu'il n'ait pas exactement le même traitement" a estimé Jean-Jacques Urvoas lors de la réunion de la commission des lois le 9 décembre.

Dès 2012, neuf directeurs de rédaction de chaînes de radio et de télévision avaient rédigé une lettre ouverte au président du Conseil constitutionnel pour obtenir que la période de stricte égalité du temps de parole soit réduite à deux semaines. Cette proposition avait été reprise par la Commission de rénovation et de déontologie de la vie publique.

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par D'AMATO - 16/12/2015 - 15:49 - Signaler un abus En d'autres termes on saurait d'avance quel % fera un candidat??

    Où est le DROIT dans cette loi??.... ...Et si on supprimait tout simplement la campagne avec meetings et on se limitait simplement à une campagne et à des affrontements télévisuels??...Ca ferait des économies!!!...Non??? A vrai dire cette loi "ecrase petits candidats"....on l'attendait.....

  • Par Camtom - 16/12/2015 - 16:17 - Signaler un abus Évidement !

    Évidement urvoas ne pensait pas à Cheminade qui ne sert que de prétexte. Mais rions un peu...super de ressortir une "vieille" photo des élections 2012, on peut voir qu'on mange bien à la cantine, lol !

  • Par cloette - 16/12/2015 - 16:27 - Signaler un abus liberté égalité fraternité

    déjà la liberté ! ...... la fraternité il n'y en a guère ......l'égalité eh bien non plus ! la preuve !

  • Par Borgowrio - 16/12/2015 - 17:26 - Signaler un abus Je m'voyais déjà ...

    Ils se sont aperçus qu' à la campagne des régionales la droite muselée et l'omniprésence médiatique Valls-Hollande avait porté ses fruits . En laissant aux journalistes le soin de distribuer la parole ils s'y voient déjà ...

  • Par J'accuse - 16/12/2015 - 17:34 - Signaler un abus Comptabilité dépassée

    Un élu est en campagne tout le long de son mandat pour se faire réélire, ses futurs opposants le combattent en permanence, et tous s'expriment tous les jours dans les médias, sur Internet et les réseaux sociaux. Compter les temps de parole dans les dernières semaines appartient à une époque révolue. Et pour certains, plus ils parlent, pire c'est pour eux: n'est-ce pas, Bartolone ? Si Cheminade veut qu'on parle de lui dans la presse, il n'a qu'à faire dans la provocation : les journalistes adorent, et ça marche à tous les coups !

  • Par Le gorille - 17/12/2015 - 00:31 - Signaler un abus Harcèlement des maires...

    Que vient faire le CC là-dedans ? C'est lui qui va dire à un maire X, "tu parraines XX", à un 2e Y, "toi c'est YY" et au Nième : "Toi ce sera NN" ? Va falloir qu'on m'explique ! Après tout, si on divise le nombre de parrains par 500, cela donne le nombre max de candidats... Finalement, j'ai une idée : le CC fait des lots de parrains (un peu plus de 500, au cas où il y aurait refus de signature), attribuables à chaque candidat... Attention, chacun ne peut dépasser son quota ! Je ne sais pas trop si je délire...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€