Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Élection présidentielle américaine : "Barack sait ce qu'est le rêve américain, parce qu'il l'a vécu" selon Michelle Obama.

La Première dame américaine a donné un discours pour le premier jour de la convention démocrate.

Discours

Publié le

La bataille des présidentielles américaines ne fait que commencer. Après la convention républicaine, c'est au tour des démocrates américains de tenir la leur, censée investir Barack Obama pour concourir à sa propre succession à la tête des Etats-Unis. Et pour son ouverture, rien de mieux qu'un discours de Michelle Obama, la Première dame des Etats-Unis. Devant près de 15 000 personnes à Charlotte en Caroline du Nord, la femme du président a brossé un portrait laudateur de Barack Obama soulignant ses valeurs, et ses convictions qui n'ont pas changé, même après quatre ans à la Maison Blanche, assurant par ailleurs qu'un nouveau mandat était nécessaire pour continuer les réformes, "faire avancer ce pays".

Michelle Obama a ainsi déclaré : "Nous devons une fois encore nous rassembler, et nous dresser pour l’homme en lequel nous pouvons croire pour faire avancer ce pays", ajoutant qu'"en tant que président vous recevez toute sorte de conseils de toute sorte de gens, mais au final, quand il faut prendre une décision ... tout ce que vous avez pour vous guider, c’est vos valeurs, votre vision, et les expériences qui dans votre vie vous ont fait ce que vous êtes". Elle a ainsi rappelé les valeurs de son mari : travail, éducation, honnêteté, et intégrité soulignant leurs origines modestes : "Barack sait ce qu’est une famille qui a du mal. Barack sait ce qu’est le rêve américain, parce qu’il l’a vécu".

La Première dame a enfin expliqué que les États-Unis étaient capables de tout, et donc que le pays pouvait s'en sortir. " Aujourd’hui, quand les défis auxquels nous sommes confrontés semblent insurmontables, ou même impossibles, n’oublions pas que l’histoire de ce pays, c’est de réussir l’impossible", a-t-elle finalement déclaré.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€