Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 22 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Education nationale : un tiers des enseignants envisage de quitter leur job

Cette nouvelle étude démontre néanmoins que 70% des personnels d’éducation déclarent que le climat scolaire est bon.

Entre les murs

Publié le
Education nationale : un tiers des enseignants envisage de quitter leur job

82% des personnels enseignants se sentent respectés par leurs élèves Crédit Reuters

Alors que Vincent Peillon annonce que le concours d'enseignants, qui aura lieu exceptionnellement en juin, a attiré 46% de candidats de plus que celui d'octobre, voici une étude qui pourrait freiner les ardeurs de ces futurs enseignants.

Près d'un tiers des personnels d'éducation envisagent de quitter leur job, en raison des tensions régnant au sein des équipes adultes, selon Le Figaro. "Le harcèlement est bien un facteur de décrochage professionnel", souligne Éric Debarbieux, spécialiste de la violence scolaire. Cette étude, d’une ampleur inédite, a été menée auprès de 156 000 personnels du second degré.

Parmi eux, 26 % estiment que la violence est présente dans leurs établissements. Une proportion qui atteint 64 % dans l'éducation prioritaire.

Des résultats à contraster néanmoins : près de 70 % des personnes interrogées déclarent en effet que le climat scolaire est "bon" et "plutôt bon". Très majoritairement, à 82 %, les personnels se sentent respectés par les élèves.

Le quotidien précise que dans la lignée d'autres enquêtes, l'étude confirme la relative rareté des violences physiques (depuis septembre dernier, 5 % des personnels disent avoir été "bousculés violemment", 0,9 % "frappés" et 0,3 % "blessés par arme" depuis septembre dernier). Mais dans le même temps, elle établit la banalisation des violences verbales (42 % ont été "insultés", dont 13 % à plusieurs reprises).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JohnL - 27/02/2013 - 11:45 - Signaler un abus Hahahaha !

    Et bien quittez-le ! Une fois confronté au travail dans le privé vous allez vite vite faire marche arrière, c'est certain !

  • Par brachycephale - 27/02/2013 - 12:06 - Signaler un abus Un tiers ?

    A mon avis, ils sont plus nombreux que ça mais sont rebutés/effrayés par une reconversion.

  • Par bagad - 27/02/2013 - 13:03 - Signaler un abus bon débarras !

    malheureusement ce sont les meilleurs qui partiront car les autres sont tellement enfermés dans leur train-train de quotidienneté fonctionnarielle (!) qu'ils sont incapables de prendre des risques. rien que d'y penser !!! enfin, ces fonctionnaires de l'EN se retrouvent piégés par leur propre diktat. l'heure est-elle venue de la purge du mammouth ? ils en ont tellement bousillés, d'enfants et d'adolescents, que je n'ai aucune peine pour ce qu'il va enfin leur arriver.

  • Par jlbaty - 27/02/2013 - 13:20 - Signaler un abus excellente idée

    Une expérience dans le privé leur ferra le plus grand bien ils reviendront en courant et prêts a travailler 40 heures 11 mois sur 12 sans vacances scolaires sans gréve et sans formations bidons

  • Par Tellmethetruth - 27/02/2013 - 14:03 - Signaler un abus Connaître pour juger ?

    A lire ! oravox.fr/tribune-libre/article/devenir-prof-ou-comment-tuer-ses-131364

  • Par Lennart - 27/02/2013 - 17:31 - Signaler un abus Faire de la place ...

    ...pour de nouveaux arrivants qui sont prêts à de grand changements et à s'investir pour qu'enfin on ait des mômes qui sachent lire, écrire, compter, connaissent l'histoire, la géographie etc.. et tout cela sans se mettre en grève au moindre pet de travers serait peut être une bonne chose.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€