Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

The Economist égratigne le management à la française

Dans un article publié cette semaine, l'hebdomadaire britannique critique sévèrement les méthodes des patrons de l'hexagone.

Incapables

Publié le

Les managers français sont dans la ligne de mire de The Economist. Dans un article intitulé The French Way of work, l’hebdomadaire britannique égratigne le travail “à la française”. Pour lui, les managers français sont trop vite parachutés à la tête des grands groupes, trop distants avec leurs équipes et déconnectés des tâches concrètes de l’entreprise. «Le problème avec les salariés français ce n'est pas qu'ils sont fainéants, mais qu'ils sont mal gérés», explique le magazine.

Malgré l’initiative « J’aime ma boîte » relevé par The Economist, seuls 64% des Français aiment leur entreprise.

Ils seraient globalement satisfaits de leurs missions, mais c’est la façon dont elles sont données qui leur posent problème. L’image qu’ils ont de leur entreprise en prend alors un coup. Ainsi, selon une étude du BVA, deux employés sur cinq n'apprécieraient pas leurs managers.

Selon le magazine, «la France se situe dernier des dix pays de l'opinion des travailleurs envers la direction de leur entreprise, selon un rapport de 2007, alors que les deux tiers des employés américains, britanniques et allemands disent qu'ils ont des relations amicales avec leur supérieur hiérarchique, moins d'un tiers des travailleurs français confirment ce sentiment ».

Pour The Economist, le problème de fond serait la formation des managers français. Sortis de grandes écoles, ils n’auraient pas passé assez de temps sur le terrain, parmi leurs subordonnés. Ils pointent aussi du doigt le système de pistons et des compétences peu valorisées, provoquant un sentiment de déception.

Seul point positif : l’hebdomadaire reconnait le mérite de certains grands groupes français, tels que Alcatel ou Danone, et la modernité de leur management.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ciceron - 22/11/2011 - 18:35 - Signaler un abus Oups

    The Economist a enquêté dans ma société ? Je devais dormir quelque part... Le problème c'est que tous les anciens du terrain avec leurs compétences sont poussés dehors pour faire de la place aux petits des grandes écoles Une grande perte de compétences, que l'on ne voit que lorsqu'il y a des soucis... Je confirme cette article... mais je dois être jaloux...

  • Par RcommeRobert - 22/11/2011 - 19:22 - Signaler un abus En général, cela se passe de la façon suivante

    En général, cela se passe de la façon suivante : lorsqu'un employé est trop mauvais, on le mute dans un autre service avec une promotion. Au bout de quelques années, les plus mauvais sont à la tête de l'entreprise. C'est une forme de méritocratie... mais à l'envers. Et surtout, ne jamais changer une équipe qui perd. Mais moi aussi je dois être jaloux.

  • Par lorrain - 22/11/2011 - 19:37 - Signaler un abus enfin

    cela fait des années que les gens dans les boites le disent, mais, de toute façon, le gros problème de nos managers, c'est que personne et surtout pas eux ne les remets en question même en cas d' échec flagrant. quand à reconnaitre les mérites des autres, alors là, science fiction

  • Par 12Emma3 - 22/11/2011 - 21:55 - Signaler un abus Peu de bons managers en France en effet

    L'effet negatif des grandes ecoles est certain J'ai connu un "brillant X" qui n'osait pas donner a sa secretaire les taches a faire. Certains managers n'ont pas non plus les moyens d'etre bons car l'environnement de l'entreprise ne le permet pas. Ceci dit, certains salaries sont aussi difficiles a gerer: indisciplines, trop susceptibles, rebelles.

  • Par sheldon - 23/11/2011 - 00:17 - Signaler un abus Là on est dans le "café du commerce" !

    Ayant "audité" des entreprises à l'étranger, je trouvais, au contraire, que le management en France était souvent moins distant ! Ce qui est clair est que dans la notation d'un manager la management de son équipe peut être moins valorisé par rapport à des résultats court termistes. La généralisation est difficile, il y a de fortes disparités managériales suivant les cultures d'entreprises

  • Par DEL - 23/11/2011 - 00:22 - Signaler un abus C'est français, pas manageurial....

    Le mépris pour celui que l'on commande est la règle d'or, non dite, de la société française. D'où les problèmes de relations sociales: bien des grèves ont été dues au manque de reconnaissance pour les salariés de certaines professions. De plus, dans l"Education, on oriente, non par goût de l'élève, mais par défaut par rapport à une norme, et celui qui ne fait pas "S" puis prépa, puis concours est

  • Par DEL - 23/11/2011 - 00:26 - Signaler un abus Mépris français ( suite)

    condamné d'avance. Alors, faire technique, ou l'IUT, vous pensez bien...Ce n'est pas en France que l'on verra le portrait du jardinier trôner parmi ceux du PDG, des DG, du DRH, des chefs de service et autres employés, comme on peut le voir ailleurs! Et ces messieurs s'étonnent qu'on ne les aime pas?

  • Par Demystificateur - 23/11/2011 - 09:18 - Signaler un abus En passant du management paternaliste au management

    par la crainte les grandes entreprises ont multiplié par dix leurs résultats. Elles n'ont donc pas de raison de changer de méthode ! Si la culture d'entreprise n'existe plus c'est que la culture du salarié a disparu depuis longtemps !! Le marche ou crève est à l'honneur.. Seul le résultat compte . Les ressources humaines étaient avant le ''capital de l'entreprise'' plus du tout aujourd'hui !

  • Par iznogoud - 23/11/2011 - 09:35 - Signaler un abus Le pays du diplôme roi.....

    En France, si vous n'êtes pas issu de Mines, Centrale ou "Ponts", il est presque impossible d'accéder aux plus hautes fonctions. Alors que quand vous sortez de ces écoles élitistes, vous entrez directement cadre dirigeant, sans passer pas une quelconque case d'apprentissage..... Il ne faut donc pas s'étonner qu'ils soient si déconnectés de la réalité et si arrogants !

  • Par LeTimbre - 23/11/2011 - 21:43 - Signaler un abus A lire....

    Très bon article ! http://www.economist.com/node/21538733

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€